Aller en haut Aller en bas


    InvitéInvité

    La Justice Nocturne [PV Rey]

    Message par Invité le Ven 8 Sep - 13:58

    Zakhary Kammthaar



    La Justice Nocturne

    ''Analyse de la situation en cours. Nombre d'ennemis : 3, tous de sexe masculin. Munis d'armes blanches, tempérament agressif. Technique de combat primitive, aucune maîtrise des arts martiaux. Détection de particules d'éthanol dans leur expiration. Les sujets sont sans doute ivres. Réflexes amoindris. Nombre de civils : 1. Sexe féminin. Désarmé. Tempérament apeurée. Estimation des probabilités de victoires : 95%. Prudence quant aux mouvements désordonnés des ennemis. Engagement du protocole de combat, distribution de l'énergie dans les prothèses.''

    Je poussai un soupir désabusé. Pas besoin d'une analyse détaillée de la situation pour savoir que j'allais leur mettre une raclée. Trois idiots ivres morts qui menaçaient de viol une pauvre femme esseulée avec des couteaux, pas de quoi avoir peur pour moi. Je retirai donc le capuchon qui me servait à cacher mon apparence si reconnaissable, puis me mit en position de combat.

    ''T'es sourd, abruti ? On t'a dit d'aller voir ailleurs !'' me criait l'un d'entre eux.
    ''Mec, fais gaffe, c'est un robot. Regarde le, il est blindé de partout…
    - J'm'en cogne, j'vais lui faire cracher son carbu' à c't'enfoiré ! Allez viens par là !''

    Celui des trois hommes qui me proférait ces menaces se jeta alors sur moi dans une charge lourde et imprécise, couteau brandit devant lui.

    Facile. Un pas de côté, je me saisis de son bras, un coup de genou dans l'articulation du coude pour lui plier le bras dans le sens inverse, histoire de m'assurer qu'il ne tiendra plus jamais de couteau de cette main là. Puis je le projette au sol, le laissant hurler de douleur en me retournant vers ses acolytes. L'un d'entre eux à posé son couteau sur la gorge de leur victime, qui pleure à chaude larmes. La peur de mourir, l'émotion est trop forte, elle est tétanisée. Je la vois essayer de m'appeler à l'aide, essayer de m'implorer de faire quelque chose sans que ses cordes vocales ne puissent vibrer. Aucun son ne s'échappe de sa bouche. Ne vous en faite pas madame, je vais vous sortir de là. Alors que je reçois des menaces comme quoi ils vont l'égorger si je ne fais pas demi-tour, j'évalue la situation.

    ''Distance jusqu'aux ennemis : 2 mètres. Probabilité qu'ils mettent leur menace à exécution variable. Attaque frontale déconseillée, probabilité de perte de l'otage de 98%. Projection de sable déconseillée, probabilité de succès nulle et risque de perte de l'otage élevée.''

    Bien, je n'ai pas beaucoup de marge de manœuvre, il me faut donc ruser. Par chance, j'ai un homme à terre qui ne peut plus tenir son couteau derrière moi. Le plan est donc tout tracé. Je recule, levant les mains devant moi et faisant mine de renoncer. Je me retourne lentement et fait mine de partir, puis une fois arrivé à hauteur de l'homme blessé, j'enclenche mon plan.

    J'utilise un boost d'énergie pour m'accroupir à une vitesse surhumaine, m'empare du couteau, me retourne et le lance en direction de ma cible. Grâce à mes calculateurs intégrés, j'ai parfaitement dosé l'angle, la puissance et le timing de mon lancé. Alors que la lame s'envole vers ma cible sans que rien ne l'arrête, je m'élance, à nouveau avec un boost de puissance dans ma jambe gauche, vers le troisième. Au moment où je le plaque au sol, le couteau que j'avais lancé se plante entre les deux yeux du preneur d'otage. Je brise la nuque du dernier, puis me redresse et me rend auprès de la victime.

    ''Tout va bien, madame. Vous êtes tirée d'affaire. Je vous conseil de vous rendre au commissariat le plus proche afin de leur signaler la présence de trois corps dans cette ruelle. Le bâtiment se trouve à deux rues d'ici, soyez prudente et prenez ceci pour vous défendre en cas de besoin.''

    Je lui déposai alors un des trois couteaux dans la main avant de me relever et de repartir dans la direction opposée.

    ''T… Trois corps ? Mais celui là bas est encore vivant…
    - Plus pour longtemps. Partez, vite.''

    Alors que la jeune femme recouvrit sous le coup de l'adrénaline l'usage de ses jambes, je me mis en route vers le premier malfrat que j'avais neutralisé, puis saisis sa tête et lui brisa la nuque sans sommation avant de récupérer mon capuchon et de le remettre. Je quittai ensuite cette ruelle avant l'arrivée de la police.

    Je retournai donc dans une zone sinistrée, aux maisons en ruines et abandonnées de tous. L'endroit parfait pour me cacher, du moins jusqu'à ce que l'armée ne vienne y fourrer son nez. Après quoi il me faudrait trouver un autre endroit ou me cacher. Mais pour l'heure, j'allai donc m'y reposer, car malgré mes nombreuses modifications corporelles, je ressens toujours les besoins d'un humain, comme la fatigue. Je déambulai donc dans les rues, marchant d'un pas lourd et las, espérant qu'un jour je trouverai une réponse à la question qui me hante et que je pourrai alors vivre une autre vie que celle-ci.
    avatar
    Rey BraveheartMecanik girl
    Mecanik girl

    Re: La Justice Nocturne [PV Rey]

    Message par Rey Braveheart le Dim 24 Sep - 14:27

    La justice nocturne

    Rey & Zakhary

    Les journées de Rey se ressemblaient toutes plus ou moins, jusqu’à ce que le soleil se couche. A ce moment-là, la jeune femme retournait rapidement chez elle pour récupérer deux ou trois affaires qui lui servaient à son activité parallèle avant de rejoindre vagabonder dans les bas-quartiers. Son but : trouver des machines et des robots considérés comme des rebuts de la société pour leur donner une seconde vie. Une fois retapés, elle les revendait et quand ils étaient trop amochés, elle conservait précieusement les pièces utilisables pour en faire autre chose. C’était d’ailleurs à coup de pièces recyclés que la jeune mécanicienne avait réussi à donner vie à BB-8 son fidèle compagnon en métal.

    Même s’il était plutôt du genre peureux et chétif, ce dernier la suivait partout, même dans les coins les plus isolés et abandonnés d’Öazys. C’était souvent dans les endroits les plus douteux que Rey trouvait ses meilleures pièces, dont certaines lui avait servi à construire sa propre variante de l’Aktech Shiva. Il n’y en avait aucun autre sur le marché comme le sien : une ceinture connectée à quatre bras mécaniques sans fils qu’elle pouvait contrôler par la pensée grâce aux liens fait avec sa moelle épinière. Ces quatre bras mécaniques avaient deux ou trois transformations chacun en fonction de leur utilité ce qui pouvait être très pratique dans certain cas. D’ailleurs deux de ses bras additionnels l’aidait à porter une montagne de pièces détachées trouver ici et là qui l’empêchait de voir correctement ce qu’elle avait devant elle.

    Même si BB-8 était habituellement un très bon guide dans ce genre de situation, le petit robot avait cette fois-ci failli à sa mission. En effet Rey avait percuté quelque chose, faisant tomber la moitié de son trésor par terre. Voyant qu’il ne s’agissait pas d’une chose mais d’une personne, elle dit d’une voix monotone :

    « Pardon, je ne vous avais pas vu. »

    Rey regarda ensuite ses pièces détachées et en remarqua une, plutôt imposante, qui était tombée sur le pied de l’inconnu. La jeune mécanicienne utilisa un de ses bras mécaniques pour la récupérer avant d’ajouter :

    « Ça va ? »

    InvitéInvité

    Re: La Justice Nocturne [PV Rey]

    Message par Invité le Dim 12 Nov - 20:58

    Zakhary Kammthaar



    Alors que je déambulais d’un pas lourd dans les rues, cherchant désespérément un prétexte pour ne pas retourner me terre dans mon trou, une jeune femme portant une grosse pile de pièces détachées me percuta. L’une de ces pièces, assez volumineuse, s’écrasa sur mon pied gauche dans un bruit sourd et métallique. La jeune femme s’empressa alors de s’excuser et, tout en ramassant ses bouts de métal tombés au sol, me demanda si j’allais bien.

    Je mis un petit temps avant de prendre la parole, car il avait deux réponses qui m’étaient venues à l’esprit. La politesse ou la vérité. La politesse aurait voulu que je lui mente, que je la rassure en lui disant que tout allait pour le mieux, que mon pied n’avait rien car je portais des bottes ak’tech de propulsion renforcées, d’où le bruit sourd qu’avait fait la pièce de métal en tombant dessus et mon absence de douleur. La vérité, quant à elle, aurait voulu que je lui réponde que non. Car en vérité, je n’allais jamais bien. Plus depuis que je m’étais éveillé, ou réveillé dans ce maudit laboratoire, sans savoir qui j’étais réellement, sans savoir démêler le réel de l’illusion, sans pouvoir dire si j’étais toujours Zackhary Kammthaar ou une pâle copie. Mais j’en avais assez de ressasser cette pensée dans ma tête, et qui plus est cette jeune femme n’avait rien demandé, elle ne méritait pas que je passe ma crise existentielle sur elle. Elle avait simplement eu un petit moment de maladresse sans conséquence, et avait même la politesse de s’enquérir de mon état, chose assez rare dans ces quartiers. La réponse était toute trouvée.

    « Aucun soucis, ne vous en faites pas. » répondis-je de ma voix aux accents légèrement synthétiques qui ne trahissaient que trop bien ma condition. Je l’oubliais parfois, tant j’y étais habitué. Je ne réalisais plus que ma voix n’avait plus l’air humaine. Je chassais immédiatement ces interrogations de mon esprit, n’ayant pas l’envie ni la force de me poser ce genre de questions.

    J’observai alors par dessous mon sombre capuchon la jeune femme et plus précisément sa cargaison. Elle semblait jeune. Très jeune. Trop jeune pour vivre seule et se promener ainsi dehors, de nuit, dans ces quartiers peu fréquentables une fois que l’astre stellaire qui éclairait cette nouvelle Terre s’était fait avalé par l’horizon. Et toutes ces pièces détachées… où les avait-elle obtenues ? Ce personnage bien singulier venait de piquer ma curiosité au vif. Un rapide balayage de mes bases de données ne donna aucun résultat probant, ce qui indiquait au moins qu’elle n’était pas connue en mal des autorités d’Oazys. Un bon point pour elle comme pour moi. Je n’aurais pas supporter de devoir m’en prendre à une enfant tombée dans le crime. Ce symbole de l’innocence cachée en chaque être humain ainsi détruit par la violence et la haine qui régnait dans ces rues m’aurait ôté tout espoir de rendre cette ville, à défaut du monde, meilleure. Je me penchai alors pour l’aider à ramasser les nombreux débris qui avaient chuté au moment de notre choc, et lui demandai :

    « Excusez moi, mais toutes ces pièces, d’où viennent-elles ? Voyez-vous, je pourrais en avoir besoin et avoir une adresse où m’en procurer facilement ne serait pas de refus… »

    Je découvris alors légèrement mon bras droit, juste assez pour lui dévoiler quelques traces d’impact sur mon exo-armure. Des rayures en parcouraient le métal en stries, comme reliant les impact entre eux dans un ballet géométrique incertain et hasardeux, venant trancher le blanc impeccable que mon armure avait arboré autre-fois.

    Je continuai de fixer la jeune femme, caché sous mon capuchon, dans l’attente d’une réponse à ma question, espérant y trouver une solution à mon épineux problème qui devenait de plus en plus pressant de jour en jour. Mais alors que je soutenais son regard, le mien dériva sur ses bras. Mécaniques. Une technologie remarquable, surprenant, me rappelant évidemment aux premiers abords mes propres membres artificiels. Mais les siens n’étaient pas conçus de la même façon, ils étaient différents, ils semblaient … Uniques. Je ne me rappelais pas avoir déjà vu de tels prothèses, et mes scanners semblaient confirmer mon hypothèse. Ils étaient de facture artisanale, et j’étais forcé d’en déduire qu’on les lui avait fait spécialement pour elle. Sans doute un mécano clandestin local qui lui était venu en aide pour lui remplacer ses bras irrémédiablement endommagés par un quelconque accident. Mais mon regard s’attarda aussi sur le petit robot qui l’accompagnait, lui aussi un modèle unique absent de mes bases de données intégrées dans mon cerveau moteur. La coïncidence aurait été assez folle, à moins qu’elle n’ait tout simplement de bonnes relations dans la mécanique et la robotique clandestine qui s’étaient établies dans les bas quartiers. Mais j’en venais aussi à envisager une autre solution : et si c’était elle qui les avait fabriqués tous les trois ? Ces deux bras et ce petit droïde, si tout simplement elle en était la créatrice ? Une idée certes moins probable, mais probable tout de même. On avait déjà pu constater l’existence de nombreux génies au sein de l’espèce humaine, des surdoués dotés de capacités cognitives et intellectuelles hors normes et capables de prouesses scientifiques ou réflexives qui nous auraient semblé inatteignables sans eux. Cette jeune femme était vraiment très intrigante.
    avatar
    Rey BraveheartMecanik girl
    Mecanik girl

    Re: La Justice Nocturne [PV Rey]

    Message par Rey Braveheart le Mer 6 Déc - 16:15

    La justice nocturne

    Rey & Zakhary

    Cette question lui était venue toute seule comme un lointain souvenir de ses années passées entourée d’humain. Rey avait l’impression que ce que ses parents lui avaient enseignée quand ils étaient encore avec elle, lui servait de base pour tout le reste. Ainsi quand quelqu’un se recevait une pièce métallique sur le pied à cause d’une erreur de sa part, elle se devait de demander si tout allait bien même si en théorie elle s’en fichait. Les humains ne l’intéressaient pas. Ils étaient juste là pour la mettre dans des situations inconfortables qu’elle n’avait jamais connues et qui la déstabilisait.

    Or quelque chose chez cet individu attisait sa curiosité. Peut-être était-ce le bruit sourd et métallique que la pièce qui était tombée sur son pied avait provoqué ? Ce n’était pas le genre de bruit auquel l’on pouvait s’attendre dans ce genre de situation. De plus Rey se doutait que rare étaient les personnes capables de garder leur sang-froid quand leur pied se retrouvait écrasé par une pièce métallique qui faisait bien son poids. Qui était donc cet individu qui arrivait à l’intéresser comme si elle était devant un prototype de robot ultra sophistiqué ?

    « Aucun soucis, ne vous en faites pas. »

    Cette simple phrase n’eut pas le don d’assouvir sa curiosité. Au contraire, cela l’interpellait encore plus vu que sa voix n’était pas humaine. C’était ce genre de sons qu’elle aurait toujours rêvé de pouvoir donner à son familier robotique mais qu’elle n’arrivait pas à fabriquer. Alors qui avait réussi un tel exploit ? Le réseau des mécaniciens était assez fermé alors la jeune prodige aurait dû être au courant d’une telle avancée technologique.

    Une légère moue se dessina sur ses lèvres. Rey aimait apprendre et découvrir de nouvelles techniques toujours plus avancées pour améliorer ses créations mais au fil des années elle était aussi devenue un chouia compétitif. Ainsi que quelqu’un ait réussi ce qu’elle avait toujours essayé de faire lui déplaisait un peu.

    « Excusez moi, mais toutes ces pièces, d’où viennent-elles ? Voyez-vous, je pourrais en avoir besoin et avoir une adresse où m’en procurer facilement ne serait pas de refus… »

    En découvrant légèrement son bras droit, l’individu donna à la jeune femme une nouvelle de raison de s’intéresser à lui. La moue de Rey disparue aux profits d’étoiles dans ses yeux. Elle n’avait pas conscience de ce qu’avoir un exosquelette signifiait : elle ne voyait que la machinerie qu’il y avait derrière et les problèmes liés aux traces d’impacts. Son cerveau commençait déjà à bouillonner d’idées d’amélioration tandis que ses mains trépignaient d’impatience de pouvoir user de leur talent sur toute cette mécanique.

    Rey activa ses deux derniers bras mécaniques. Habituellement accrochés à sa ceinture comme deux bâtons de moyenne taille, ils étaient maintenant en train de léviter attendant que leur créatrice ne leurs donnent la charge qu’elle portait avec ses vrais bras. Ses quatre bras mécaniques sans fils vinrent ensuite se placer derrière elle comme si de rien n’était, lui donnant des airs de déesse hindoue. Personne ne se doutait que de longues heures de travail et une ingéniosité qui dépassait toutes les jeunes femmes de son âge lui avait permis d’arriver à ce résultat-là : un Aktech Shiva connecté à sa moelle épinière pour qu’elle puisse le contrôler par la pensée comme s’il s’agissait de membres à part entière.

    « Dans les entrepôts désaffectés mais il n’y en a pas toujours, aujourd’hui j’ai eu de la chance. »

    Rey fit un pas vers lui pour se rapprocher et toucher du bout des doigts l’exo-armure qu’il lui avait dévoilé. Elle se rétracta au dernier moment pour lui dire en cherchant le regard de l’inconnu des yeux :
    « Par contre je peux vous aider pour votre bras. Je m’y connais plutôt bien en mécanique. »

    Comme pour certifier ses dires, BB-8 s’était mis à faire de petits bip bip joyeux tout en tournant sur lui-même, faisant sourire légèrement la jeune femme qui ajouta : « Il en est la preuve vivante. »

    InvitéInvité

    Re: La Justice Nocturne [PV Rey]

    Message par Invité le Jeu 4 Jan - 21:28

    Zakhary Kammthaar



    Mon regard s’attarda sur ses bras mécaniques lorsqu’ils se mirent en action. Stupéfiant. Brillant. Ingénieux. Je ne décelai pas la moindre commande mécanique manuelle. Pas de bouton d’activation, pas de télécommande, pas de petit terminal servant d’interface physique pour actionner les membres mécaniques. Un scan au rayon X grâce à mon œil bionique me permit de découvrir de multiples implants qui parcouraient sa colonne vertébrale et semblaient reliés directement à sa moelle épinière. Contrôle par la pensée. Vraiment ingénieux. Ingénieux mais risqué. Une telle opération comportait un fort taux d’échec, et par échec, il fallait entendre risque de séquelles, de lésions graves et irréversibles. On ne trafique pas une moelle épinière comme ça. C’était du travail de haute précision. Pourtant, il était clair qu’elle n’avait aucun lien avec l’armée, puisqu’elle ne semblait pas m’avoir reconnu lorsque je m’étais adressé à elle. Cela écartait donc les ressources militaires et gouvernementales. Alors où et comment avait-elle pu trouver une personne assez compétente pour procéder à une telle chirurgie ? Car elle n’avait pas pu s’implanter ce dispositif toute seule, c’était impensable. Impossible.

    Mais comme si les bras ne suffisaient pas à m’épater, le petit droïde attira également mon attention. Bien que je l’avais remarqué avant, c’est son comportement qui me surpris. En effet, il montra clairement un signe d’enthousiasme en corrélation des dires de sa maîtresse. J’avais donc affaire à une I.A, ou alors une version très bien émulée. Encore une fois, rien d’extraordinaire dans le fait de croiser une I.A dans un petit robot, son aspect extérieur était d’ailleurs très simple, épuré, clairement pas taillé pour l’assistance au quotidien, mais plus comme un droïde de soutien mécanique. Ce qui était surprenant, c’était le fait qu’elle l’avait crée. Décidément cette jeune femme était un véritable prodige, et je me rassurai intérieurement qu’elle ne fasse pas partie de l’armée. Un tel esprit, un tel potentiel mis au service de ces monstres sans âmes aurait été non seulement un gâchis mais également un danger incommensurable.

    « Par contre je peux vous aider pour votre bras. Je m’y connais plutôt bien en mécanique.
    - Cela serait très aimable de votre part, mademoiselle. Mais je m’en voudrais d’abuser de votre générosité. De plus, je ne veux pas vous attirer des ennuis. »


    Je rabaissai alors le tissu de ma cape pour cacher à nouveau mon bras et relevait légèrement la tête, dévoilant mon œil humain et mon œil mécanique. Je hochai alors lentement la tête en signe de politesse, puis j’ajoutai :

    « Je ne suis pas le genre de personne qu’il est bon de fréquenter si on cherche à éviter les ennuis. Je vous remercie sincèrement de votre proposition, ainsi que de l’information sur les entrepôts mais je m’en voudrais de mettre la vie d’une innocente en danger. »

    Je pris alors le haut de mon capuchon entre mes doigts, comme un cowboy prendra son chapeau pour faire signe d’au revoir, et commençai à faire demi-tour pour m’éloigner. Direction les entrepôts.
    avatar
    Rey BraveheartMecanik girl
    Mecanik girl

    Re: La Justice Nocturne [PV Rey]

    Message par Rey Braveheart le Mer 17 Jan - 13:14

    La justice nocturne

    Rey & Zakhary

    Aider cet inconnu serait un exercice d’autant plus enrichissant que les technologies utilisées pour son bras lui semblaient inconnues. Rey adorait pouvoir démonter et remonter tout ce qui lui tombait sous la main, ainsi elle ne pouvait pas passer à côté d’une occasion pareille. Même si ce n’était pas son genre d’aller vers les autres et d’entamer la conversion de cette manière. Habituellement, la jeune mécanicienne préférait de loin ignorer les autres et rester dans son coin à bricoler, les humains l’ayant trop blessée par le passé.

    D’ailleurs son paradis rêvé serait une ville entièrement constituée de robots, où elle pourrait s’épanouir et faire profiter de ses connaissances sans avoir peur qu’on l’enferme pour cela. La « renommée » de sa famille à présent décimée, la hantait encore aujourd’hui même si elle n’était personnellement responsable de rien. Dans un sens, cet inconnu était donc une sorte de cristallisation de cette liberté qu’elle souhaitait tant.

    « Cela serait très aimable de votre part, mademoiselle. Mais je m’en voudrais d’abuser de votre générosité. De plus, je ne veux pas vous attirer des ennuis. »

    Rey n’était pas douée avec le relationnel mais elle se doutait que cette réponse s’approchait plus du négatif que du positif. Les mots employés étaient mielleux et ressemblaient fortement à ceux utilisés par « son patron » quand il ne voulait pas qu’un de leurs clients mécontents partent en cassant tout ce qu’il y avait dans leur boutique. Le fait que l’inconnu remette sa cape pour cacher son bras mécanique lui faisait savoir qu’il allait probablement partir et refuser son offre. Chose qu’elle ne comprenait pas vraiment d’ailleurs vu qu’elle lui avait montré ce qu’elle était capable de faire en la présence de BB-8.

    « Je ne suis pas le genre de personne qu’il est bon de fréquenter si on cherche à éviter les ennuis. Je vous remercie sincèrement de votre proposition, ainsi que de l’information sur les entrepôts mais je m’en voudrais de mettre la vie d’une innocente en danger. »

    La jeune mécanicienne le regarda s’éloigner songeuse. Même si elle n’avait rien fait, l’état ne la considérait pas comme une innocente. D’après les dirigeants de cette ville, elle était responsable des « méfaits secrets » causés par ses parents et ses grands-parents. Elle ne savait pas de quoi il en retournait exactement mais elle était tout simplement celle qu’ils avaient désignée comme étant la coupable idéale. Ainsi vu ce qu’il venait de lui dire, l’aider pourrait l’amener à sa propre perte mais dans un autre sens ne rien faire serait source de frustration.

    Elle serra les poings en repensant à toute la prudence dont elle avait dû faire preuve dans les entrepôts et arriva à une conclusion toute simple : l’aider sans le faire réellement et lui tendre une perche s’il voulait la retrouver.

    « Prenez la première venelle à votre droite, elle vous mènera à une bouche d’égouts. Entrez et suivez le chemin jusqu’à la sortie et montez à l’échelle, cette dernière donne directement accès à l’intérieur des entrepôts. C’est un passage qui n’est pas vraiment sécurisé alors c’est plutôt pratique quand on veut faire des emplettes de ce genre. » Elle lui tourna le dos avant d’ajouter : « Venez à LowAkteck sur la place centrale si vous voulez que je vous aide avec tout votre butin et demandez Rey. »

    Retourner sur ses pas auraient été trop dangereux pour elle, ainsi la jeune mécanicienne préféra lui donner des pistes pour ne pas avoir les mêmes difficultés qu’elle avait eu lors de sa première invasion dans les entrepôts. C’est d’ailleurs sur ces mots, la jeune femme reprit le chemin de son appartement de fortune avec ses trouvailles.

    Contenu sponsorisé

    Re: La Justice Nocturne [PV Rey]

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 19 Juil - 2:24