Aller en haut Aller en bas

    Blue Zandal'ar
    Blue Zandal'arFurettozorus Rex Blue

    Le furet blanc et le chaperon rouge -Libre-

    Message par Blue Zandal'ar le Mar 8 Jan - 19:51



    Le furet et le chaperon


    "Grr.. Grrrrr Rlrlrlrlrlll.... GROAAAAAAAAAARRRGGHHH... ♥️"


    Nyx
    (début septembre)

    Après avoir plus où moins réussis à retrouver sa maîtresse chamane, bien que devenue poussiéreuse et aigrie, Ursoc s'évertuait à trouver et chercher des ingrédients bruts et transformés à Sévia, dans le but de chercher sa maîtresse.

    Gonflant son humble poitrine de petit furet immaculé aux yeux d'un bleu profond devant sa maîtresse et les deux autres aventuriers, il s'était promis de trouver des remèdes quotidiens et nécessaire à la réalisation de soins et d'anti-brûlures pour sa protégée.

    Cependant, pour s'être déjà aventuré seul dans la forêt de Sévia et s'être perdu -pas très bon en orientation l'animal- Il avait du faire les yeux doux à Gunter pour l'emmener -si ce n'est une fois de plus- dans cette aventure à la recherche et à la traque de quelques ossements permettant la création d'une première potion Anesthésique.

    Puis, de quelques pousses de fleurs de printemps pour en finir avec quelques coeur d'humain frais afin de parfaire cette maudite potion bleue.
    Après cela, Ursoc savait a peu prêt où se dégoter des potions de soins, c'est à dire directement à la source de l'hopital.

    Il avait donc choisit intelligemment -si ce n'est par défaut- le jeune chaperon, le trianant par la peau des fesses au bout de ses crocs d'Ursin de quelques trois mètres jusqu'au devant du musée s'il fallait vraiment en venir à là.
    Du moins, si ce dernier n'aurait pas été consentant à venir faire une balade au musée dans le but de voler quelques précieux os ternis... Sinon il se serait fait furet et aurait tout simplement gardé son calme.

    Blue avait su dresser deux listes. L'une roulée et mise en pièces sous le brassard de son furet. Quant à l'autre, à voir si Gunter ne se l'était pas prit dans la figure à défaut de gentillement la mettre dans sa poche...

    En soit, voilà nos deux protagonistes devant la paroisse lustrée du Musée de Sévia.

    " " -... pout...pout...?

    Ajoutait l'animal en lançant un regard légèrement stupéfait au chaperon...


    _________________
    Günter Jaeger
    Günter JaegerChaperon Rouge

    Re: Le furet blanc et le chaperon rouge -Libre-

    Message par Günter Jaeger le Mer 9 Jan - 9:03

    Depuis quelques temps, Günter squattait la cabane de la chamane dont il était devenu implicitement l’aide soignant sans trop savoir comment au final… Le Baalkyan avait l’intime conviction que ses actes étaient dictés par Dios. Après tout, en tant que fidèle de la divinité de Teren, il était évident qu’il se devait d’aider ses alliés fidèles dans le besoin quand bien même leur compagnie lui était la plupart du temps insupportable. Le blond avait passé une nuit au sommeil entrecoupé, se réveillant pour humidifié le front de la malade, lui donner à boire ou à manger, l’aider à changer de position, l’éventer ou la découvrir selon qu’elle avait subitement trop chaud ou trop froid. Bref, une chieuse, cette Blue. Pourtant, s’il accomplissait sa tâche en tirant la tronche ou en râlant parfois, il avait au moins le mérite de s’appliquer.

    Le lendemain de cette nuit particulièrement pénible, le blond fut réveillé par le furet qui lui fit les yeux doux en lui présentant une liste. Günter lui administra une caresse en marmonnant un vague “plus tard“ avant de lui tourner le dos pour tenter de se rendormir. Mais l’animal en avait décidé autrement et chopa Günter par le pantalon.

    - Hè ?!


    Résigné, le blond se laissa trainer en affichant une mine qui – vous vous en doutez – transpirait la joie de vivre. Lorsque l’ursin lâcha enfin le chaperon rouge tout en finesse, le blond se redressa et remonta son pantalon en râlant à l’idée de devoir en acheter de nouveaux, Ursoc ayant déchiré ceux qu’il avait à force de le trimballer de cette façon. Le problème n’était pas tant de devoir acquérir de nouveaux pantalons, mais plutôt l’idée de devoir aller dans un magasin pour ce faire. Dans les magasins, il y a des gens et ça, c’est chiant bon sang !

    Günter avait des cernes qui lui donnait l’allure d’un pandibou. Il ne souhaitait qu’une chose : rattraper son retard en matière de sommeil qui s’accumulait depuis qu’il squattait la cabane de Blue. Malgré tout, il lui était difficile de résister à Ursoc qui attira son attention avec un “pout pout“ terriblement craquant. Günter soupira bruyamment.

    - C’est bon, j’ai compris, t’as gagné, on fait les courses puis on rentre et tu me laisses dormir, ok ?


    Le blond poussa la porte qui menait au musée qui avait l’avantage d’être accessible gratuitement. Günter entra sans prendre la peine de saluer la personne à l’accueil et sans même la regarder. Il ne fallait pas trop espérer non plus. Le chaperon rouge jeta un œil à la liste de “courses“ qu’il s’était pris en plein visage au réveil et entrepris de chercher le contenu dans les allées du musée qui avait au moins l’avantage d’être peu peuplé ou tout du moins jusqu’à ce qu’un groupe scolaire ne débarquent.

    - Et merde… Marmonna Günter en râlant déjà d’entendre les marmots brailler et certains s’extasier devant Ursoc.

    Blue Zandal'ar
    Blue Zandal'arFurettozorus Rex Blue

    Re: Le furet blanc et le chaperon rouge -Libre-

    Message par Blue Zandal'ar le Mer 9 Jan - 14:49

    Sous les mots entonnés par le chaperon, le furet de quelques trois kilos sautillait sur place, rebondissant ardemment tout en se faufilant avec légèreté et agilité entre les jambes de ce dernier comme s'il était sur un circuit de rallye. Il exerçait peut-être huit à dix tours autours des pieds sur jeune Baalkyan avant de nouveau sautiller énergiquement de bonheur et de courir vers la porche non sans émettre quelques « pout-pout » d'excitation.

    Le furet traversait l'accueil à une allure folle à la façon d'une voiture de courses, ses petites pattes blanches n'étaient plus visible sur le dallage lustré du musée, c'était pourtant bien la peine du maître du musée de saluer et le petit animal fougueux et le Baalkyan grincheux qui venaient de rentrer dans le musée. Ce dernier se renfrognait dalleur, soupirant de lassitude du fait qu'il commençait à être transparent, il grognait et se rassit sur sa chaise en observant chacun des groupes et des visiteurs du jour.

    Ursoc sautillait sans arrêt, la boule de poil était si énergique qu'il en fatiguait chaque passant rien qu'au fait de le regarder. Parfois, toujours en caquetant de bonheur, il se retournait en sautillant, la gueule grande ouverte à la façon d'un gosse émerveillé, désirant voir, toucher où visiter n'importe quoi tant il était content !

    Jusqu'à ce que... Les gosses.
    Si un animal est plus empathique et tend à être plus sensible aux émotions des êtres vivants, Ursoc n'en était pas une exception et dès qu'il avait sentit le malaise de son compagnon humain, il tendit à attirer son attention...

    Son bout de queue noir et dense vint à se tortiller de la droite vers la gauche.
    Soudainement, le furet immaculé se mit à glapir et à émettre des bruits de caquètement avant de venir pousser Gunter à la cheville, avec son museau et de repartir, la bouche grande ouverte en mode gros débile, le dos voûté, en sautillant par le flan à la façon d'une marche de crabe.
    Spoiler:

    Il semblait dire et gueuler «  mais occupe-toi de moooiiiiaaaaa !!!  T'occupe pas d'euuuux » Puis vint le drame.
    Il recula de façon si chaotique qu'il en heurta la queue d'os d'un énorme et majestueux T-Rexozoïde, qui sous le choc du mini-animal, se mit à trembler et chacun des ossements qui le constituaient se mirent à cliqueter en émettant un bruissement léger.

    Si Ursoc avait retourné sa tête, les oreilles abattues et la queue entre les pattes pour savoir quelle bêtise il avait -encore- fait, il n'en était pas moins qu'immédiatement, il ne s'en voulut plus. Du tout.
    Sa gueule graande ouverte et laaarge laissaient couler un torrent de bave abondant tandis que ses pupilles dilatées à l'extrême semblaient rassembler toutes les étoiles unies de la galaxie.
    Il tendit une patte et fit cliqueter de nouveau un ossement de la queue qui tintait à nouveau... Tandis que la queue du squelette immense commençait à se balancer.
    Sous peu, sous le balancement... Le squelette immense allait choir sur le groupe scolaire
    Mais quel était le prix à payer face à l'amusement et à l'extase du furet devant ce jouer taille XXL ?


    _________________
    Günter Jaeger
    Günter JaegerChaperon Rouge

    Re: Le furet blanc et le chaperon rouge -Libre-

    Message par Günter Jaeger le Jeu 10 Jan - 10:55

    Le furet était surexcité et tournait autour des pieds de Günter qui doublait de précaution pour avancer sans marcher sur la créature. Lorsque les enfants entrèrent dans le musée, faisant presque louper un battement de cœur à ce pauvre Günter qui n’avait pas souhaité être là et qui ne désirait qu’une seule et unique chose dans la vie : qu’on lui foute la paix !

    Alors qu’intérieurement c’était le chaos, Günter hésitant à tout planter et partir, d’un autre côté, il ne voulait pas décevoir la boule de poil qui l’avait asservi. Le serviteur de sa majesté Ursoc premier du nom se reprit en voyant le furet se la jouer bouffon et exécuter des petits bonds tout en glapissant. Le blond resta coi devant l’animal qui se heurta à la queue d’un squelette de T-Rexozoïde qui était exposé là. Günter retint son souffle en voyant la queue du T-Rexozoïde bouger suite à la collision avec le furet. Il était bien inscrit sur un panneau en grand “Ne pas toucher“ suivi d’un pictogramme. Evidemment, ce genre de panneau n’était pas vraiment adapté aux créatures… Ursoc apprécia ce nouveau jouet gigantesque et répéta l’action, faisant bouger d’avantage le squelette.

    - Arrête. Dit Günter à l’animal. Viens. Ajouta-t-il en s’éloignant de la statue pour tenter de se recentrer sur l’objectif de leur mission.

    Il jetait un coup d’œil à la liste, comparant avec le panneau qui annonçait les différentes sections du musée où il était susceptible de trouver ce dont il avait besoin et qu’il ne trouverait assurément pas en magasin.

    Il vit un gamin détalé devant lui et se diriger vers le T-Rexozoïde. Le chaperon rouge tourna la tête et eut le temps de voir le gosse tenter d’attraper Ursoc. Non mais c’était quoi son problème à ce mouflet ?! Le gamin glissa et percuta violemment le T-Rexozoïde qui se mit à balancer dangereusement (Lancé de dé 1).

    Scénario selon le résultat des dés :
    Echec critique : Le T-Rexozoïde s’écroule comme un château de cartes. Malheureusement, Günter n’a personne sous la main, il se blesse donc volontairement pour utiliser son Aktech en créant un bouclier de sang pour protéger Ursoc de la chute des os.
    Echec : Une grosse partie du T-Rexozoïde s’écroule et par chance, un gamin se trouve à côté de Günter qui le chope afin d’utiliser son sang pour se servir de son Aktech et créer un bouclier pour protéger Ursoc.
    Réussite : Une petite partie du T-Rexozoïde s’écroule et Ursoc n’est pas blessé.
    Réussite critique : Le T-Rexozoïde balance juste et se stabilise.
    Dios
    DiosDivinité télépathe et métamorphe

    Re: Le furet blanc et le chaperon rouge -Libre-

    Message par Dios le Jeu 10 Jan - 10:55

    Le membre 'Günter Jaeger' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


    'Dé échec / réussite' :
    Blue Zandal'ar
    Blue Zandal'arFurettozorus Rex Blue

    Re: Le furet blanc et le chaperon rouge -Libre-

    Message par Blue Zandal'ar le Sam 12 Jan - 14:43

    La patte aux cinq griffes se figeait dans l'espace, les fins poils qui recouvraient les doigts courbés de l'animal effleuraient la pointe de l'ossement, exerçant sa dernière boucle autours du fin filin de fer dans lequel le squelette tout entier était retenu.

    Le dernier son jovial, légèrement sec mais amusant, glanait dans les petites oreilles de sa majesté Ursoc premier du nom en même temps que l’appellation négative de son sous-fifre, Gunter le grincheux, venait à lui dicter.

    l'animal se rembrunissait, son dos se courbant sous son échine tandis que ses quatre large crocs se dévoilaient vers le Baalkyan: un feulement horrible s'échappait d'entre sa gorge et déployait son petit museau sous une dizaine de ride, montrant sa frustration et son animosité.

    Qui était cet humain qui osait stopper sa royale majesté Ursoc dans son élan d'amusement? Le furet immaculé lança un regard fâché vers Gunter, le fusillant totalement sur place, tant et si bien que lorsque ce dernier l'invita à le rejoindre, le furet n'en demeurait pas moins vexé et statique.

    Ses petits yeux en amande d'un bleu royale se plissèrent et son bout de queue noire se balançait deux fois de la droite vers la gauche, montrant son énervement face à la situation.
    L'animal feulait et crachait à nouveau quand l'esclave nommé Gunter OSAIT lui tourner l'échine pour commencer à partir de l'autre coté en lisant sa liste.
    Jusqu'à ce qu'un gosse ne déboule et que Gunter, Ursoc le suivant du regard, ne doive de nouveau se tourner vers le gamin, un air interdit bordait son regard bleuté.

    Ursoc, lui avait toujours le dos courbé mais la gueule fermé, il n'en demeurait pas moins prudent quand le gamin déboulait en courant vers lui.
    Nounours était de nouveau le centre de l'attention et comme ce gamin n'était pas de sexe féminin, la créature ne comprit pas où en était le danger et se calmant doucement, il attendait, la tête légèrement penchée vers la droite, que le gamin lui fasse un câlin et s'occupe royalement et dignement de lui!

    MAAAIIIiiisss... Les choses ne se passent pas souvent comme prévu sur Teren. Le gamin si heureux de pouvoir attraper sa majesté le furet opulent, glissa sans faire attention et dans sa trajectoire, cul contre le sol, il arriva droit dans les buts en percutant violemment de plein fouet de T-rexoxoïde qui se mit à grincer furieusement et à balancer, faisant teinter tout autours de lui, milles et une musiques magnifique, une symphonie au mordillement pour Sire Ursoc.

    La statut se stabilisait petit à petit, néanmoins, le gamin tout égratiné se mit à chialer, le groupe à retenir son souffle, les encadrants à fermer leur yeux avec leurs mains sur leurs paupières, Gunter paraissait silencieux et Ursoc quant à lui...

    Ses petites pattes duveteuses l'avait propulsé au niveau du bassin du squelette tandis que ses petites pattes avant, toutes droite ouverte, s'élançaient avec courage sur l'os du coccis, comme s'il voulait étreindre, câliner et serrer tout fort contre lui, le squelette géant... Un super gros "poutpout" de la mort-qui-tue raisonnait dans tout le bâtiment...

    jet de dés:
    ☺️ Réussite critique: Ursoc arrive à retirer l'os du Coccis de l'énorme squelette ( 10 fois sa taille) et de même, il fait tomber toute la statut devant tout le monde, pas de blessés mais des frayeurs.
    ☺️ réussite: Le squelette tombe mais la grosse pièce du bassin chute, Ursoc se réceptionne avec agilité avec la pièce dans sa gueule. La tête en os se décroche et écrabouille le gamin.
    ♣️ Echec: Le squelette entier tombe, le gamin se retrouve prisonnier de la cage thoracique et la tête de la statue d'os roule vers le groupe scolaire, menaçant de les écraser.
    ♣️ Echec critique: La statut d'os s'écroule, tuant le gamin et le groupe à coté. L'accueuil du musée devint encombré: impossible de sortir. Ursoc est grièvement blessé, le bassin lui est tombé dessus et Gunter se retrouve sous les débris également.


    _________________
    Dios
    DiosDivinité télépathe et métamorphe

    Re: Le furet blanc et le chaperon rouge -Libre-

    Message par Dios le Sam 12 Jan - 14:43

    Le membre 'Blue Zandal'ar' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


    'Dé échec / réussite' :
    Günter Jaeger
    Günter JaegerChaperon Rouge

    Re: Le furet blanc et le chaperon rouge -Libre-

    Message par Günter Jaeger le Mar 15 Jan - 17:12

    Le T-rexozoïde avait balancé dangereusement avant de se stabiliser, au grand soulagement de Günter qui s’était inquiété pour Ursoc. Le gamin ? C’était bien le cadet de ses soucis ! Déjà qu’il pouvait s’estimer heureux que le chaperon rouge ne l’ait pas réduit au silence. Non mais franchement, qu’est-ce qu’il avait besoin de chialer en geignant comme ça, sérieusement ? Ok, il avait glissé, il était tombé et s’était cogné et alors ? C’est pas non plus comme s’il avait perdu un bras !

    Günter rappelait Ursoc mais Sa Majesté avait l’air bien décidé à le snober. Soit, le blond ne s’en offusquait pas : il irait faire les “courses“ sans lui. Il tourna les talons. Il n’avait même pas fait cent mètres qu’un bruit assourdissant l’alerta et il courut pour retourner dans la salle où il avait laissé Ursoc.

    Le squelette était à terre, le mouflet qui braillait un peu plus tôt était désormais silencieux sous l’aspect d’une espèce de bouillie sous le squelette. Günter fut soulagé d’apercevoir Ursoc trottiné fièrement avec un os dans la gueule. Un vrai roi qui reviendrait victorieux de la bataille.

    L’homme de l’accueil déboula comme une furie, l’enseignante et le petit groupe scolaire débarquèrent. Hurlements d’horreur. Sérieusement, c’était pas la peine d’en faire tout un plat, si ?
    L’homme de l’accueil interpella Günter en lui demandant ce qu’il s’était passé, ce qu’il s’appliqua à faire d’un air totalement blasé qui le décrédibilisait probablement :

    - Le gamin a déboulé comme une furie et cogné le squelette qui s’est décroché…
    - Et vous dites ça comme ça, l’air de rien ? Un enfant vient de mourir écrasé sous vos yeux et vous restez indifférent ?!


    Günter haussa les épaules, insensible. Elle était mal placée l’enseignante pour lui faire la morale, aussi ne se priva-t-il pas de lui rappeler que si elle avait assuré ses fonctions correctement et tenu le gosse près d’elle et du groupe, il n’aurait probablement pas fini en hachis. L’instit’ fondit en larmes, ne sachant plus que répondre. Günter n’était pas expert pour ce qui était de la torture psychologique, il prenait était plutôt adepte de la torture physique. Mais dans ce cas-ci, il n’était pas mécontent de lui.

    Sa Majesté Ursoc faisait sa petite vie tranquille. Günter voulut retourner vaquer à ses occupations quand quelqu’un fit annoncer la fermeture exceptionnelle et immédiate du Musée. Günter, Ursoc et les autres visiteurs furent tous mis à la porte. Génial et où allait-il dégoter ce qu’ils étaient venus chercher maintenant ?

    - Bon bah, on n’a qu’à rentrer et on fera ça à un autre moment ? Suggéra Günter qui avait hâte de retourner dormir.

    Pas sûr que le roi des bêtises accepte, cependant…
    Blue Zandal'ar
    Blue Zandal'arFurettozorus Rex Blue

    Re: Le furet blanc et le chaperon rouge -Libre-

    Message par Blue Zandal'ar le Ven 18 Jan - 0:05

    La petite truffe noire bien levée, sa petite gueule bordée de crocs-rasoirs avec un énorme os faisant plus de dix fois sa taille, sa majesté Ursoc levait à peine ses paupières royales en snobant totalement Gunter au moment de le dépasser. L'énorme Cocci de l'ancienne Créature de Teren trainait derrière lui sur les dallages, laissant une énorme rayure marquer le passage du petit animal : Mais d'où tenait-il une telle force ?
    Les gamins avaient l'air d'hésiter entre chialer leur camarades, avoir peur du chaperon où fuir devant les hurlements de leur maîtresse. Quoi qu'il en était, chacun avait l'air perplexe et incompréhensif devant la vision du minuscule furet trainant derrière lui, l'énorme Os.

    Dépassant son ami le chaperon, il se dandinait en le bousculant: dressant sa queue avec fièreté tel un panache jusqu'à l'extérieur du musée, où il lâchait l'énorme ossement avant de grimper agilement dessus et de le gratter.
    Ses petites griffes émirent un son commun, un petit tintement léger, mais également un bruit sourd et sec, signe qu'il y avait encore des résidus sec de moelle là-dedans.

    Fier de lui, il se léchait les babines avant de lancer un regard perplexe au chaperon qui sortait en sa direction.
    L'air blasé et fatigué qui composait son joli visage amusait gaiement le furet qui en levait d'autant plus son petit museau en agitant sa queue touffue de la droite vers la gauche, en faisant pareil avec sa tête, d'une façon totalement mignonne et irrésistible.

    Rentrer ? Ah ça, il n'en était pas question !
    Tour à tour, il observa l'os sous ses pattes, énorme ! D'au moins une centaines de kilos ! Puis Gunter, cinquante kilos tout mouillé à vue d'ursidé aveugle. Il jonglait entre les deux formes jusqu'à pousser un terrible soupire et se mettre à feuler.
    Un feulement qui voulait dire «  je viens de me taper tout le sale boulot et tu OSES te plaindre ? »

    Ses petits yeux d'un bleu intenses bordés de milles étoiles se mirent à fixer péniblement Gunter, comme si l'animal le jugeait.
    Il feula une seconde fois en faisant gronder sa glotte, à la façon d'un grognement Ursin : Il ne fallait pas oublier qu'une fois énervé, l'ours perdait toute sa sagesse et sa gentillesse pour envoyer valser, même le plus teigneux des sangliers !
    N'étant pas du même avis que Gunter sur le fait de rentrer immédiatement à la maison, Ursoc se contorsionnait au niveau du dos pour attraper sa liste de course située sur son collier, puis le mettant à peu prêt à plat sur l'os, il y inspecta de nouveau la liste :

    • 1 Os asséché de cent an minimum
    • 10 pousses jeunes de fleurs de printemps
    • un Coeur frais d'humain avec ses veines.

    Avec détermination, il y gratta la première ligne, l'os qu'il venait de chopper puis lança un regard suspicieux à Gunter : Où trouver des jeunes pousses de fleurs de printemps... en plein hiver à Sévia ?
    Blue avait-elle eut de la fièvre quand il avait bandé ses blessures ? Était-elle devenue totalement aliénée sous la douleur pour demander un truc pareil ?

    Le petit animal poussa un long soupire : sans doute les effets de la drogue.
    Ursoc songeait à lui faire arrêter le calumet et les herbes à pipe un jour. Un jour... d'ici là, il attrapa la liste et sauta sur Gunter en faisant les 300 tours sur son torse – le chatouillant au passage pour le réveiller- et ses épaules avant d'attirer son attention sur la liste.

    Il ne restait plus que deux seuls et unique ingrédients ! Ça ne devrait pas être la mort à trouver... si ?


    _________________
    Günter Jaeger
    Günter JaegerChaperon Rouge

    Re: Le furet blanc et le chaperon rouge -Libre-

    Message par Günter Jaeger le Sam 19 Jan - 10:35

    Sa Majesté Ursoc fit part de son mécontentement à son serviteur Günter et s’arrangea pour lui montrer la liste. Le blond s’inclina devant son petit roi qui avait eu raison de lui à force de chatouilles – remarquez, même sans ça, Günter aurait cédé :

    - D’accord, d’accord, on va les trouver ses ingrédients.


    Des pousses de jeunes de fleurs de printemps ? Le chaperon rouge avait bien une petite idée de l’endroit où en trouver. Pour le dernier ingrédient, rien de plus facile, mais mieux valait le laissé pour plus tard. Se balader avec un cœur ensanglanté dans les rues de Sèvia, ça le faisait pas trop…

    - Allons au jardin botanique, on devrait pouvoir y trouver le deuxième ingrédient en cherchant dans la serre.

    Il commença à se diriger vers le lieu en question, il avait peine fait quelques pas lorsqu’il fut pris d’un doute et se tourna vers Ursoc pour lui préciser en désignant l’os du menton :

    - Laisse ça ici.

    Il ne prit pas la peine de détailler pourquoi, il lui semblait évident que cet os allait les ralentir et les encombrer plus qu’autre chose, d’autant qu’il y avait fort peu de risques qu’il disparaisse entre-temps.

    Entre-temps, les visiteurs du musée étaient sortis et le coin devenait bruyant. Quelle plaie ! Le blond accéléra le pas, pressé de s’éloigner de cette source de pollution sonore.

    Arrivé au jardin botanique, Günter entra et se dirigea vers la serre. Il y trouva plusieurs jeunes pousses de fleurs de printemps, ce qui suscita la question qui suit :

    - Quelle espèce de fleurs ?

    N’importe quelle fleur de printemps ferait-elle l’affaire ou fallait-il une espèce en particulier ? Et les dix pousses devaient-elles être de la même espèce ou bien fallait-il varier celles-ci ? Le loyal serviteur lança un regard interrogatif à Sa Majesté Ursoc dont il attendait sagement les directives.
    Blue Zandal'ar
    Blue Zandal'arFurettozorus Rex Blue

    Re: Le furet blanc et le chaperon rouge -Libre-

    Message par Blue Zandal'ar le Mar 22 Jan - 17:06

    Ravit de la réponse de son esclave, le petit furet immaculé redescendit au sol avec une agilité qui lui était propre. Ses petits yeux détenant toutes les nuances éclatantes d'une voie lactée émirent ce petit scintillement d'excitation et de bonheur quand de nouveau, sa petit gueule d'amour vint à se saisir de l'énorme ossement.
    Avec précaution, le furet traînait l'os derrière lui, non sans omettre de feuler, agressant Gunter qui marchait trop vite pour lui. L'animal notait qu'il se tapait tout le sale boulot et de surcroît, le Baalkyan n'avait pas l'air très enthousiaste à l'idée de s'arrêter tous les mètres pour attendre Ursoc.

    Néanmoins un furet est sans doute l'un des animaux les plus têtus, borné et déterminé au monde, il ne saurait exister plus borné que ce genre de mustélidé si ce n'était peut-être Dios lui-même.
    Ursoc continuait donc de tracer son fossé à chacun de ses petits pas jusqu'à l'arrêt complet de Gunter. Fatigué, le petit animal se laissait tomber mollement sur le flan, sa cage thoracique se levait et s'abaissait à un rythme régulier mais rapide et saccadé.

    Il n'aurait pas à ce moment refusé une petite pause beuverie où une pause dodo ! Après tout, un Ursoc se doit de dormir au moins vingt heures par jours ! Grosse journée que celle-ci, il lui restait une heure d'activité à tout casser avant de dormir comme un gros sac.

    Cependant, Gunter lui demandait quelque chose que l'animal n'aurait jamais cru.
    Quelque chose qui lui fit écarquiller ses petits yeux étoilés, couiner à s'en damner l'âme et fendre son petit cœur de furet tendre et délicat.
    Deux perles de larmes salées vinrent à tracer un sillon le long de ses petites babines, dégoulinant avec peine jusqu'au bout de son museau pointu, couinant légèrement mais d'une façon qu'il lui était propre, il déglutissait,,, avant de se jeter sur son os Géant et de pleurer tout son soul.

    Ils étaient devant le jardin botanique quand Gunter demandait le type de fleur qu'il fallait amener, mais l'Ursin au cœur cassé ne l'entendit pas, trop préoccupé à pleurer son Os, son seul et unique grand amour d'Os, pour entendre Gunter poser sa question.
    Il ne voulait pas laisser son Os tout seul, là au milieu de nulle part, aux yeux de tous et à la portée de n'importe quelle créature où pire ! N'importe quel humain !

    Il levait son bout de nez noire et humide à souhait en lançant un regard morne et désespéré à Gunter. Non ! Il n'irait pas dans ce parc sans son os ! Son trésor ! Sa fortune ! Son SIEN ! Son précieux ! Il était à lui ! Il s'était battu contre le squelette géant pour l'avoir ! Il avait guerroyer contre le gamin et l'avait tué en l'esquivant! C'était la guerre mon colonel !
    La guerre pour l'os de sa vie et jamais personne pourrait lui donner l'ordre d'abandonner le soldat-cocci du T-rexozoïde !

    Et c'est sous les yeux d'un Gunter -je pense- Désespéré, que l'Ursin attrapait de nouveau son os dans sa gueule et avec toute sa force de petit animal aussi mignon et borné pouvait-il être, qu'il tira l'ossement gigantesque jusqu'à l'entrée du parc.

    Malgré sa terrible volonté en dépit de son petit corps tout courbaturé, tout à coups, Ursoc pouvait sentir une sorte de... résistance !
    Quelque chose où quelqu'un tirait l'ossement de l'autre coté ! Mais qu'était-ce ?
    Ursoc aux larmes de croco levait le nez et observa son pire ennemi... Une femme !

    La protectrice du jardin ? La gardienne du parc ? Où une simple voyageuse ? L'animal émit un feulement si terrible en dévoilant tous ses crocs -l'os toujours dans la gueule- qu'il était prêt à passer à l'attaque...
    «  - Pas d'animaux dans le parc. Et pas d'Os non plus ! »

    La demoiselle bien portante à la silhouette fine mais musclée était en train de voler l'os du furet ! Les babines retroussées, les griffes déployées, Ursoc était prêt à défendre de sa vie, cet ossement.

    Il lança un regard noir du coin de l'oeil vers Gunter en l'appelant par plusieurs feulements distinctifs. Des feulements qui voulaient dire «  débarrasse-toi d'elle » ou encore « mais butte-moi ça ! » … Si ce n'était pas clair, l'animal avait le poil rebroussé à la façon d'une crinière de lion, tant il avait peur de la femelle devant lui, tant aussi courageux pouvait-il être, jamais il ne laisserait tomber l'os de sa vie au péril de la sienne !

    Qu'allait faire Gunter ?


    _________________
    Günter Jaeger
    Günter JaegerChaperon Rouge

    Re: Le furet blanc et le chaperon rouge -Libre-

    Message par Günter Jaeger le Mar 29 Jan - 13:34

    Sa Majesté Ursoc était particulièrement têtu et avait décidé malgré tout d’embarquer son os. Günter songea qu’il finirait bien par abdiquer, mais ce fut loin d’être le cas et ils finirent par arriver au jardin botanique. Là, une humaine posa la main sur l’os et tira dessus en annonçant sur un ton on ne peut plus agaçant que les animaux et les os étaient interdit à l’intérieur du jardin botanique. La femme lança un regard sévère à Günter tout en continuant à piailler et à manquer de respect à Sa Majesté Ursoc qui s’était mis à feuler à l’adresse du chaperon rouge qui avait saisit le message. Il s’approcha de la jeune femme, sorti ses griffes et les planta dans sa poitrine, il rangea ses griffes, la main plantée dans la poitrine de la jeune femme et lui arracha le cœur.

    - Il ne manque plus que les pousses de fleurs de printemps. Conclut le blond sans sourciller comme si de rien n’était tandis que sa victime s’effondrait lourdement sur le sol. Le bruit de la chute de la jeune femme amena Günter à poser son regard sur elle avant de déclarer platement : ça nous fera de quoi manger pour quelques jours.

    Günter essuya sa main toute ensanglantée sur son gilet rouge tandis qu’il se dirigeait vers l’entrée du jardin botanique. Ceux qui avaient assistés à la scène s’écartèrent du Baalkyan en couinant comme des mauviettes. Tant mieux, qu’ils dégagent le passage ! Günter en avait marre de se voir mettre des bâtons dans les roues par ces mécréants. Désormais, plus personne n’empêcherait Sa Majesté Ursoc d’entrer s’il souhaitait suivre son humble serviteur asocial.

    Le blond ne tarda pas à trouver les pousses de printemps. Ne sachant s’il fallait prendre une fleur en particulier, il prit dix jeunes pousses de plusieurs variétés de fleurs de printemps. Ca ferait l’affaire et ça leur éviterait d’avoir à revenir : Günter avait eu sa dose de fréquentations humaines pour la journée, voir même pour la semaine toute entière !

    - Voilà, nous avons tous les ingrédients ! Décréta-t-il en souriant, satisfait à l’idée d’en avoir fini avec cette mission et de pouvoir prochainement retourner dormir et récupérer ses heures de sommeil.

    L’esclave d’Ursoc déchargea son Maître de son os encombrant et le porta. Il fallait le voir pour le croire ! Günter, la capuche de son gilet rabattue sur sa tête, ses cheveux en batailles, son visage maculé de sang, son gilet rouge souillé et des gouttes de sang s’égouttant de la poche qui contenait le cœur frais qu’il avait arraché à sa victime, un os impressionnant par sa taille sur l’épaule, un cadavre sur le dos et un bouquet de jeunes pousses de fleurs de printemps dans une main. Sa Majesté Ursoc avait de quoi être fière !

    - Il était un petit homme, pirouette, cacahuète, il était un petit homme qui avait une drôle de maison, qui avait une drôle de maison ♪♫ Se mit-il à chanter en prenant le chemin du retour pour rejoindre Blue.

    Contenu sponsorisé

    Re: Le furet blanc et le chaperon rouge -Libre-

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 24 Mar - 4:01