Aller en haut Aller en bas


    InvitéInvité

    Liberté artistique

    Message par Invité le Lun 20 Aoû - 21:08

    Soma Zahard



    Liberté artistique

    Les derniers temps, Soma était hébergée chez quelques généreux Millkyans, qui firent preuve de suffisamment de bonté pour lui offrir le toit, non pas que ça leur en coûte énormément, cela dit. En échange, elle les avait aidés à un peut tout ce qu’elle pouvait faire, des tâches ménagères plus simples, jusqu’à leurs métiers respectifs, lorsque cela était possible. Un jour, prise d’une poussée d’inspiration sans queue ni tête, elle décida d’imiter d’autres qu’elle avait vu au dessin, et peigna un morse en costume de gentilhomme sur un des pans de la bâtisse. Le chef d’œuvre était relativement gros, mais pas si visible que ça de l’extérieur, et au final, plutôt bien réussi. Sans savoir ce qu’ils allaient déclencher, ses hôtes la remercièrent et la félicitèrent du travail, se voyant presque comme encourager un enfant dans la voie qu’il choisissait.


    Quelques jours plus tard, elle était là, à découvrir les travaux d’intérêt général sous un tout autre angle. Il était alors amusant pour elle de constater que, si le nom de travaux était on ne peut plus approprié à ce contexte de tâche et de pénibilité, l’intérêt général de la chose lui paraissait plus discutable. C’est vrai quoi, ils étaient beaux, ses dessins, en quoi est-ce que cela aidait les besoins publics que de retirer ces « œuvres d’art » ? Elle se le demandait bien, mais on ne lui laissa que peu d’occasions de protester, et ainsi, elle était là, à frotter pour effacer la peinture qu’elle avait mit tant de temps à appliquer sur la façade de cette bâtisse.


    Qu’est-ce que cela représentait ? De base, il y avait beaucoup de motifs abstraits, assemblés par esthétismes des couleurs et des formes, sur lesquels une imagination débordante et quelque peu irrationnelle décida de poser tout un régiment de souris dansant la claquette, peintes avec certains traits de cartoons pas si moches, mais loin d’être du goût de tout le monde… Son forfait étant accompli dans un grand silence et dans un endroit pas si fréquenté à des heures méticuleusement choisies, elle ne fut attrapée que lorsqu’elle posait la touche finale, ce qui rendait encore plus cruel le fait de devoir tout effacer. Bien sûr, elle avait protesté à la décision, estimant que son travail méritait plus la gratitude que la punition, mais ce n’est pas comme si elle avait le choix. Au moins maintenant, savait-elle que ses camarades de Crystal Mill ne voyaient pas les loisirs créatifs de la même manière qu’elle.


    Le temps passait alors, entre le produit effaçant, la peinture et le Soleil qui suivait son cours. Le fait de frotter pour nettoyer effaçait de plus en plus les dessins, qui ressemblaient alors de plus en plus à des gribouillis flous, mais le geste nonchalant et ennuyé de la nettoyeuse rendait le tout terriblement lent. À ce stade, quelques personnes, déjà, s’étaient arrêtées pour voir le spectacle, mais l’intérêt était déjà moindre, maintenant que l’on ne distinguait presque que trop mal ce qu’il y avait avant le passage des produits d’entretien, sur ce mur. Entre soupirs et grommellements étouffés, Soma accomplissait alors sa punition du jour, se disant qu’elle devrait bien toucher deux mots à celui ou celle qui fait les règles ici, pour lui dire ce qu’elle pense de la liberté d’expression des artistes.
    avatar
    Sylène BraveheartShérif foudroyante
    Shérif foudroyante

    Re: Liberté artistique

    Message par Sylène Braveheart le Mer 29 Aoû - 18:05

    Liberté artistique

    Sylène, Soma et Hex

    L’art n’était pas vraiment le sujet de prédilection des Millkyans bien que l’on pouvait estimer que chacun de ses habitants était une œuvre. Ceci dit, certains d’entre eux avaient développé une fibre artistique. Sylène, elle, n’était pas peintre et n’aurait su réaliser une œuvre digne de ce nom en peinture. Par contre, elle était douée niveau sculpture numérique. C’est elle qui avait créé de toutes pièces de nombreux habitants. Autant dire qu’elle avait un certain talent. Buzz en était également la preuve. Aussi, le shérif ne voyait pas d’un mauvais œil les expressions artistiques. Si ça avait été le cas, il n’y aurait pas eu de saloon où danseurs, chanteurs et musiciens pouvaient se produire. Vous vous dites que peut-être n’était-elle qu’opposée aux peintures car elle y était moins sensible ? Pas du tout : elle était certaine que la créativité rapprochait les millkyans de l’humanité. La peinture était un moyen comme un autre.

    Vous vous demandez alors pourquoi cette pauvre Soma se retrouvait à effacer sa création ? Sylène se le demandait aussi. Elle était très occupée à gérer les conflits avec Öazys, à lancer le nouveau système de défense de la ville et à encourager au recrutement. C’est en sortant d’une réunion importante qu’elle tomba sur cette scène. Après avoir enquêté sur ce qu’il se passait, elle dut contenir son exaspération mais fut claire auprès de ceux qui avaient forcé la demoiselle à effacer la peinture :

    « Il n’y a que moi qui réalise que nous sommes en guerre et en manque de temps ? Excusez-moi d’être un peu sèche mais notre temps est précieux. Vous allez faire travailler cette demoiselle une journée entière pour effacer une peinture de ce mur ? »

    Sylène croisa les bras et regarda de haut en bas l’œuvre avant de pousser un léger soupire. De sa voix neutre elle poursuivit :

    « Je trouve ça regrettable. Le roulage mécanique* passe aussi par la création. Enfin, maintenant que cela ne ressemble à rien, autant l’enlever. Mais quand cela sera terminé, vous passerez me voir. Je n’ai, en effet, vu aucune enseigne stipulant qu’on ne pouvait décorer ce mur. »

    Ceux qui avaient pris le rôle d’autorité semblèrent bien ennuyés et filèrent, pour le moment, laissant le shérif seule avec Soma. Comment connaissait-elle son identité ? Sachez que le leader de Crystal Mill était chargée d’accepter ou non tout nouvel arrivant et connaissait tous ceux qui avaient été créé ici. La jeune femme n’y avait donc pas échappé. C’était un minimum pour garantir la sécurité de la ville.

    Les deux femmes ne se voyaient donc pas pour la première fois. C’est donc sans prendre la peine de se présenter que Sylène l’interpella.

    « Je suis pour la créativité, Soma mais vérifie avant que le lieu de ta création puisse être décoré en le demandant. Je te donnerai une autorisation écrite si besoin. »

    La jeune femme réfléchit un instant tout comme Buzz, son louseau qui ne la quittait pas. Ce n’est pas parce qu’il ne parlait pas qu’il n’était pas aussi intelligent. Notez, pour votre curiosité, que Sylène aurait pu lui donner la parole mais son familier n’y tenait pas. C’était son identité et il était satisfait de communiquer bien uniquement avec ceux qu’il appréciait.

    « Je pense que tu pourrais proposer tes services au saloon, à Big Beïng et même au terminus. Je suis certaine que tu pourrais laisser libre court à ton imagination sur des sujets très différents mais intéressant. »


    Ce n’était pas vraiment des plus utiles pour la situation de crise actuelle mais si cela pouvait l’occuper sereinement, c’était déjà ça. Il n’y avait rien de pire que de frustrer ses habitants. Cela aurait créé la colère dans le cœur artificiel de Soma et provoqué de mauvaises pensées à l’encontre de Crystal Mill et ses habitants. Et ils n’avaient clairement pas intérêts à se diviser en ce moment.

    Une idée vint à l’esprit mécanique de Sylène, lorsqu’elle croisa le regard de Buzz, elle eut la sensation qu’ils étaient sur la même longueur d’onde. Le shérif posa cette fois son regard dans celui de l’autre et lui dit très sérieusement :

    « Quand tu te seras perfectionnée, tu pourrais t’essayer aux peintures trompe l’œil. Je pense que cela serait très utile pour camoufler nos futurs systèmes de défense. Ce serait autant artistique qu’utile. Si cela t’intéresse, je serais ravie de te donner cette opportunité. »

    Et voilà comment tourner un potentiel conflit en une entraide. Du coin de l’œil, le shérif crut voir quelqu’un approcher. Elle espérait qu’il ne s’agissait pas de nouveaux problèmes. Bien que régler ces derniers faisaient partie de son travail, la jeune femme préférait se concentrer sur des faits plus importants.

    * Expression phare millkyane qui signifie qu’il faut toujours chercher à se perfectionner pour atteindre l'humanité / le meilleur de soi-même.
    avatar
    Hex HekmatyarPrototype

    Re: Liberté artistique

    Message par Hex Hekmatyar le Mer 29 Aoû - 23:30

    L'arrivée d'Hex en ville était récente mais ses premières expériences c'étaient retrouvées plutôt fascinante. Cette ville semblait vivre sur deux plans, aussi bien physiquement que numériquement. Les autres habitants voyaient-ils la même chose que lui ? Cette masse d'information toujours en mouvement, ce cloud toujours bourdonnant d'activité ? L'androïde avait fait de son mieux pour ne pas passer trop de temps plongé dans ce réseau, ses processeurs traitants le plus d'informations possible à toutes vitesses.
    Son Aktech numérique lui permettant de visualiser bon nombre d'information simplement en y pensant.
    Tout dans cette ville était passionnant, du système de distribution électrique à son système de défense en pleine construction. Si d'apparence elle semblait calme, la ville bourdonnait d'activité, et le jeune homme plongeait à chaque fois joyeusement dans cette masse d'information.
    La princesse Chiani lui avait laissé un peu de temps libre et comme Sera avait à faire ailleurs, le jeune homme se retrouvait seul avec E7
    La machine de guerre était en mode veille, ses sens amoindris jusqu'au minimum pour préserver son énergie, même si cette dernière ne manquait pas vraiment.

    Hex était entrain de compulser une série d'ouvrage sur la technologie militaire d'Oazys quand son attention fut attirée par un point rouge qui remontait sur le réseau. Les machines de la ville avait cette habitude de signaler les petits désagréments et dans le cas présent quelques millisecondes suffirent à la machine pour découvrir la source de cette agitation.
    L'information n'était pas protégée, et son accès fut simplifiée par son caractère presque comique.
    Une image s'afficha dans l'esprit du jeune homme: celle d'une peinture plutôt réussie qui était décrite comme nuisible.
    Étrange... elle ne lui semblait pas si laide que ça...
    Cette petite distraction lui fit archiver la localisation du dessin en question, peut être qu'il pourrait sortir un peu plus tard pour aller la voir de ses propres yeux. En attendant il repartis dans la consultation de cette base de donnée immense, découvrant chaque secondes de nouveaux détails intéressants.
    Quelques jours passèrent, des jours passés dans la chambre d'Hotel sans réellement bouger, ses yeux Cyan s'illuminant au fut et à mesure de ses recherches.
    Ce fut finalement une alerte d'E7 qui le fit sortir de cette routine.
    L'imposante machine c'était levée presque discrètement avant de se planter devant son propriétaire.

    -CONSEIL : FAIRE UNE PAUSE AIDE A MIEUX APPRÉHENDER LE MONDE EXTÉRIEUR.... RISQUE DE PERTE DU SENS DE LA RÉALITÉ

    Le jeune homme soupira devant l'expression de la machine de guerre ne pouvant s'empêcher de la trouver similaire à ce que les organiques appelaient une mère... Mais rapidement les circuits logiques s'activèrent et reconnurent la validité du conseil, son cerveau trouvant de lui même plusieurs témoignages allant dans ce sens.
    Extra-chargeant une réponse affirmative à son compagnon, il sortit de son fauteuil, passant son armure légère avant d'attraper l'éternel fusil laser qui ne le quittait jamais.
    Bien sur une telle arme était insignifiante vu la puissance de feu d'E7 mais certaines choses restaient aussi profondément ancré dans les circuits du jeune homme que le sens de l'équilibre.
    1H remit également ses cheveux en place avant de finalement se diriger vers la porte d'entrée.
    Cette dernière s'ouvrit silencieusement à l'approche de l'androïde qui mit un petit moment à se décider ou aller... Finalement l'alerte qu'il avait reçu plus tôt refis surface dans sa mémoire. Il n'y avait sans doute pas meilleur moment pour aller voir la peinture en chair synthétique et en os renforcés !

    -Viens E7, nous allons voir quelque chose


    -REÇU: ACTIVATION PROTOCOLES DE SUIVI ET DE PROTECTION


    L'Egide semblait toujours craindre pour la vie de son propriétaire même si celui-ci était sans doute bien plus en sécurité à Cristal qu’ailleurs... Mais c'était à priori dans la programmation même de ce robot d'être ainsi. Hex avait pensé à un moment à la modifier, mais il avait été retenu par une étrange sensation, trouvant qu'une telle altération avait quelque chose d'immoral.
    La sortie fut vite atteinte et l'androgyne et son compagnon colossal finirent par arriver dans la rue principale, l'androïde s'orienta dans la ville avec assurance entraînant à sa suite E7.
    Ce ne fut qu'après quelques minutes de marche que le duo finit par arriver sur les lieux.

    Mais déjà, deux personnes semblaient l'avoir devancé, et à sa grande déception la curiosité artistique était fortement dégradée par une machine maniant une sorte de chiffon alors qu'une autre lui parlait.
    L'image précédente était bien meilleure que ce qu'il en restait et il dut activer sa mémoire pour trouver une image à superposer sur ce gâchis sans pouvoir toutefois retenir un soupir de décéption sonore qui ne manqua pas d'attirer l'attention.
    E7 se tourna vers son propriétaire

    -DÉTECTION D'UNE DIMINUTION DE LA SATISFACTION ÉMOTIONNELLE


    Cette machine avait le don de lancer des vérités évidentes... Hex fut tenté de se replonger dans le cloud pour trouver l'identité des deux personnes devant lui, mais son propre signal d'identification étant éteint et de toute façon inconnu ici, il repoussa cette pensée pour simplement tenter de faire comme tout organique aurait fait.
    E7 lui scannait bien plus ouvertement le monde autour de lui, ses scanners actifs sondant tout ce qu'il voyait, sa boule optronique s'agitant en reconnaissant l'une des deux personnes devant lui.
    Cette fois-ci il eu la bonne idée de tenter une communication privée vers le propriétaire mais ce dernier refusa le chargement d'informations détaillées, préférant observer la scène de loin, se sentant quelque peu hors du contexte.
    Son cerveau tourna au mieux pour trouver une explication à ce qu'il passait
    avatar
    Sylène BraveheartShérif foudroyante
    Shérif foudroyante

    Re: Liberté artistique

    Message par Sylène Braveheart le Lun 8 Oct - 22:00

    Liberté artistique

    Sylène, Soma et Hex


    HRP [Nous continuons sans Soma avec son accord]

    La vie d’un shérif n’est pas un long fleuve tranquille, déjà parce qu’il n’y a point de fleuve dans cette partie du désert mais aussi parce Crystal Mill est une ville hyper active. A peine la jeune femme eut fini d’exposer des opportunités à Soma que d’autres habitants arrivèrent. Tous les androids faisaient partis du saloon. Leurs visages montraient que quelque chose les préoccupaient. Ils s’excusèrent de déranger Sylène avant de lui expliquer la raison de leur tourment. Très prochainement, la ville organiserait une journée en l’honneur de Rosco, leur gardien qui les avait sauvés d’Öazys. Il le méritait amplement, tous s’accordaient sur ce point. Il était donc de bon ton de l’encourager à continuer d’agir de la sorte. Pour cela, Sylène n’avait rien imposé. Chacun était libre de rendre hommage au gardien à sa manière tant qu’il n’y avait pas d’acte dangereux, le but n’était pas que cela dégénère. Dans la même logique, sachant qu’ils n’étaient pas des barbares, les sacrifices étaient bien évidement bannis. Cette journée devrait être un évènement convivial et divertissant. Ce serait leur jour férié à eux. Ils laisseraient de côté, pour vingt-quatre heures, les préparatifs pour leur défense.

    Mais nous nous égarons. Ces êtres étaient donc là au sujet de la fête. Ils apportèrent des précisions quant à leur requête :

    - Nous avons préparé un spectacle mais nous ne sommes pas certains que cela sera à la hauteur d’un hommage à Rosco. Pourriez-vous venir ? Nous avons besoin d’avis.


    Sylène s’apprêtait à accepter pour les suivre lorsque Buzz tourna son museau en direction des deux nouveaux. Ils étaient à l’écart mais semblaient avoir observé un moment la scène de l’œuvre effacée. Peut-être avaient-ils besoin d’être occupés. Le shérif eut alors une idée. Si ces deux-là n’avaient rien à faire, ils pourraient bien se montrer utile.

    Après s’être excusée auprès de Soma de devoir la laisser, elle lui rappela de réfléchir à son offre. Puis, elle regarda Hex et E7 et les interpella de sa voix monocorde :

    « Vous, venez avec nous. Ils ont besoin de spectateurs, vous semblez pouvoir remplir ce rôle. »

    Ce n’était pas un ordre mais une suggestion amicale. Ils n’avaient pas l’air de faire grand-chose si ce n’est observer. Mais quelques mots supplémentaires pourraient peut-être les convaincre un peu plus.

    « C’est le genre de spectacle qui n’arrive qu’une fois l’an. Vous devriez vraiment ne pas louper cela. »

    Sans attendre leur réponse, Sylène suivit le groupe et se dirigea vers le saloon. Ils le rejoignirent après une bonne dizaine de minutes de marche. Devant l’établissement, d’autres androïdes semblaient un rien stressés mais vite soulagés de recevoir des critiques constructives.

    Le leader tourna un œil sur le côté pour voir si Hex et son familier avaient suivi et les invita à lui emboiter le pas à l’intérieur. Une fois le groupe installé sur des chaises, devant la scène cachée par d’épais rideaux rouges, une personne vint à eux.

    - Nous tenons à dire que tout ceci n’est pas encore finalisé mais nous avons besoin de savoir si nous sommes sur la bonne voie.

    La jeune femme n’était pas vraiment la référence concernant les créations artistiques. Soma aurait sans doute été plus apte à donner un avis mais qu’importe. Elle ferait de son mieux puisqu’on le lui demandait. Un spectacle haut en couleur débuta. C’était le premier acte. Les rideaux s’ouvrirent et laissèrent apparaitre une pianiste accompagnée d’un joueur de violon et d’une danseuse.

    Bien qu’elle n’était pas toujours sensible à l’art, la jeune femme sentit son cœur robotique frémir. La musique passa d’un air assez mélancolique à une mélodie entraînante et très animée. Elle communiquait des sensations et la danseuse semblait être l’incarnation de ces dernières. Si des humains avaient été là, ils auraient pu s’étonner de tant de créativité et de transmission émotionnelle. Ils n’étaient peut-être pas organiques mais les émotions existaient bien.

    Après ce premier acte, le trio regarda les spectateurs afin de recueillir leurs réactions et avis.

    Sylène fut d’abord silencieuse, le visage neutre mais ses mots purent rassurer les artistes :

    « Je trouve cela très inspiré et touchant. Vous avez dû travailler dessus depuis un moment. Je pense que ce serait un bel hommage. Qu’en pensez-vous Hex ? E7 ? »

    Rappelons-nous que le shérif contrôlait la ville et ses habitants. Elle savait donc l’identité des deux personnages l’accompagnant.


    Contenu sponsorisé

    Re: Liberté artistique

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 24 Oct - 0:34