Aller en haut Aller en bas

    avatar
    Tilmaë J. TejkoPasse-Libre, Front-Fort

    Enfances (PV Azel)

    Message par Tilmaë J. Tejko le Ven 27 Juil - 0:04

    Enfances

    Tilmaë et Azel

    Sa côte cassée avait été un vrai problème. Ses coéquipiers avaient accepté de retarder la mission le temps qu’elle se remette et, après un mois de mobilité plus que relative, elle était enfin ressortie. On lui avait ordonner le repos pour qu’elle puisse repartir en mission un mois et demi plus tard, au lieu de trois si elle avait gardé un activité normale. Alors elle s’était pliée.

    L’odeur de merde des bas quartiers lui était d’autant plus insupportable qu’elle avait découvert l’odeur pure et légère de Sévia. Mais c’était l’odeur de son enfance, son odeur madeleine à elle. Alors elle l’aimait autant qu’elle avait envie de la vomir. Un peu comme un doudou qu’on a pas assez lavé : dégueulasse et gerbant, mais quand même réconfortant.

    Elle avait traîné ses pattes dans le quartier en guise de première sortie de rémission. Le nez en l’air, regardant le ciel sec entre les building, elle s’était dirigée presque instinctivement au souk. Tout ses sous étaient dans des poches intérieures et elle avait un couteau mis en évidence discrète. Le concept d’évidence discrète est de mettre un objet suffisamment en évidence pour que les gens qui le cherchent le vois mais que ceux qui s’en foutent ne le remarque même pas. Un avertissement en somme, pas une provocation.

    Le souf était, comme d’habitude, lumineux. C’était à qui aurait la plus grosse enseigne, pleine de néons. Les plus sophistiquées étaient même musicales ou parlantes. Entre deux étals d’habitué, sur des tapis synthétiques à même le sol s’étalait de la contrebande ou de la bouffe peu chère. La cohue forçait les gens à un sens unique de circulation, canalisant la foule en fin courant de peuple. Les odeurs de bouffes se mêlaient à ceux des ordures et du cambouis. Du coin de l’œil on pouvait repérer des caïd suffisamment influent ou friqué pour s’offrir des esclaves qu’ils tenaient enchaînés, juste pour se pavaner. « Moi je suis le roi. Je suis assis sur un trône de merde et les gens qui rampent en dessous de moi ont tellement la dalle qu’ils me boufferaient les jambes mais je suis le roi ».
    Ils marchaient dans la merde mais avec des souliers de soie en somme. Tilmaë était heureuse d’avoir réussit à sortir ses gosses de ce merdier, à la sueur de son front et du leur. Ils en avaient chier mais au moins ils avaient des appartements décents, un bon salaire, et pas la peur u ventre lorsqu’ils sortaient. Et ils ne l’aurait pas non plus quand ses petits enfants commenceraient à aller jouer dehors. Et cette sécurité là n’avait pas de prix.

    Toujours est-il qu’elle, elle aimait bien retourner dans ces bas quartier. Elle en connaissait les règles explicites et tacite, avait vu certain des membre de mafia téter leur mère et avait même parfois donné un coup de main à ces dernières. La barrière manichéenne que présentait les membres du gouvernements à la population était loin d’être si tranchée. Dans certain coin, les flics s’appuyaient même sur les gangs pour faire régner l’ordre, c’est dire si tout était loin d’être blanc ou noir.

    Bref. Elle était arrivée.

    Sous un bandeau doré qui donnait le nom de la maison s’étendait un comptoir particulièrement imposant. Trois serveurs s’affairaient à prendre les commande de la clientèle se massant devant l’estencot. Derrière, ce n’était pas moins de cinq cuistots qui s’affairait sous les ordres sec de Mama Tji. Mama Tji était déjà vieille quand Tilmaë était ado. Elle semblait éternelle, bien que le fauteuil magnétique qu’elle utilisait désormais lui avait donné un sacré coup de vieux. Tilmaë grugea la queue, s’approchant de l’extrémité du comptoir, appelant Mama Tji avec un sourire. Un éclat de voix lui répondit et bientôt le fautuil fut à son niveau. Par dessus le comptoir, la vieille prit la moins vieille dans ses bras, demandant d’une bloc si la famille allait, si elle allait, si le travail allait, qu’elle avait appris pour Rose, qu’elle était désolée et ainsi de suite. Tilmaë répondit patiemment avant de lui retourner la politesse.

    Conclusion : la famille allait, ses reins et son dos et ses genoux et sa tête lui faisaient mal, les affaires étaient bonne et son vieil époux, Kin ait son âme, ne revenait toujours pas la hanter contrairement à ce qu’avait prédit ce charlatant de faut voyant.

    Tilmaë commanda la même chose que d’habitude, qu’on lui donna en un rien de temps (elle avait devancé tout les autres clients). On lui dit de transmettre le bonjour, elle dit qu’elle n’y manquerait pas et elle repartie commande en main.

    Devant le souk, il y avait un fontaine où elle aimait manger quand elle était petite. Elle s’assit, déballant son repas. Feuilles de briques entourant de la viande de Kwak, salade de fleur-émeraudes, épices en sauce, gingembre confit… Sans oublier les beignets de courge-naine et violettes. Le repas-nostalgie en puissance, accompagné d’un buble tea paprika orange, spécialité Mama Tji.

    Elle se souhaita un bon appétit et croqua dans son sandwish à pleine dent.

    Re: Enfances (PV Azel)

    Message par Azel Perivsky le Ven 27 Juil - 10:47

    Quand il s'était réveillé ce matin là, Azel avait encore eut le déplaisir de constater que Morgane l'avait abandonné. Le mot pouvait sembler fort mais imaginez vous un peu à sa place, se réveillant jour après jour sous la garde d'un sale type qui ne comprenait rien aux enfants. L'autre avait commencé à lui beugler dessus à peine le gamin réveillé, lui interdisant de sortir seul dehors pour aujourd'hui, arguant qu'il allait finir par lui arriver quelque chose. Nul besoin d'être un génie pour comprendre que l'autre craignait juste les conséquences qui découlerait de la perte de l'enfant, Morgane avait été très claire là dessus et même Azel avait comprit pour autant il s'en moquait et la première chose qu'il avait fait était de courir à la porte, laquelle était verrouillée. Avait suivi un jeu de chat et de la souris entre lui et son "baby-sitter", l'autre le suivait dans chaque pièce, essayant d'avorter chaque tentative de fugue, c'est que Azel était particulièrement imaginatif et doué quand il avait décidé de se sauver, il avait essayé toutes les portes, les fenêtres et même de se faufiler par une grille d'aération, tentative qui avait été avortée par son geôlier qui ne s'en était pas sorti sans morsure.

    Depuis lors le gamin boudait dans un coin, pour le plus grand bonheur de l'homme qui se satisfaisait de le voir sage, c'était bien mal connaître Azel qui privé de la liberté de pouvoir défoulé son énergie à l'extérieur se transforma en un véritable petit démon sur patte, dès lors il s'était appliqué à fouiller dans chaque meuble et à vider au sol tout ce qui passait à sa portée. Il avait également refait la décoration de la cuisine à sa façon en dessinant à l'aide des aliments passant à sa portée puis il avait inondé la salle de bain en voulant jouer avec l'eau. L'avantage, hormis le fait que voir l'autre s’énerver au point d'avoir toutes les veines du front apparentes était particulièrement comique, c'est que pendant qu'il nettoyait il ne pouvait surveiller le petit qui avait pu se faufiler aisément par la fenêtre. Il n'avait pas attendu avant de partir en courant.

    L'inconvénient quand on s'enfuit tous les jours pour errer sans but dans les rues c'est que les journées finissent par se ressembler. Azel ne trouvait plus vraiment amusant de s'enfoncer dans les moindres recoins pour faire la même chose que le jour précédent et qu'il répéterait le lendemain et surlendemain. Bien sur, ça restait toujours mieux que de rester enfermé avec le grognon en chef, aussi fit il le choix de prendre une direction qu'il n'avait jamais prise en espérant que ce serait plus amusant que de tourner en rond.

    Bondé... Si ce n'est pas le mot qui vint spontanément à l'esprit du gamin en manque de vocabulaire, l'impression ressentie était celle-ci. Le petit hésita à faire demi tour en voyant tout ce monde qui grouillait ici et là. Pas le genre d'endroit qu'il affectionnait, trop sauvage pour se plaire dans la foule, il se tint à l'écart un moment pour observer jusqu'à ce qu'il comprenne que personne ne faisait attention à lui, contribuant à le détendre un peu. L'enfant se balada ainsi pendant de longues minutes, regardant un peu partout avec une mine de plus en plus curieuse. Il comprit très rapidement qu'il avait intérêt à ne rien toucher et se plia à cette règle sans y déroger. Insolent mais pas stupide, il savait que les limites de celui qu'il avait bien poussé à bout n'étaient pas celles des gens qui pouvaient traîner ici.

    Après avoir bien crapahuté l'enfant commença à avoir faim. Rien détonnant, tout prit à son entreprise de démolition il n'avait rien avalé ce jour là, l'autre ne se souciait pas vraiment de préparer de bons petits plats à Azel qui avait tout simplement oublié de réclamer quelque chose avant d'aller jouer. Le petit poussa un gémissement auquel nul ne prêta attention, cherchant du regard quelque bonne âme qui voudrait bien le prendre en pitié et le nourrir. Le hasard faisant bien les choses il remarqua une femme occupée à dévorer un sandwich à quelques pas de lui. Sans réfléchir l'enfant approcha pour s'asseoir à deux pas d'elle. Il la fixa une seconde avant de pousser un gémissement de chiot assez caractéristique en lui lançant son regard le plus pitoyable: Il quémandait.
    avatar
    Tilmaë J. TejkoPasse-Libre, Front-Fort

    Re: Enfances (PV Azel)

    Message par Tilmaë J. Tejko le Ven 27 Juil - 20:09

    Enfances

    Tilmaë et Azel

    Un couinement retentit à côté d’elle. Elle se tourna, s’attendant à voir un chien des rues tombant sur… Un enfant ? Un gosse, suppliant lançait un regard de clebs dans sa direction, la laissant très dubitative. Prunelles dorée, l’air particulièrement paumée et.. Dégueulasse. Version « bonjour j’ai trainé dans une décharge et je suis arrivé ici par hasard ».

    Tilmaë chercha du regard un adulte, un parent possiblement responsable de l’étrange progéniture. Zieutant les gens qui entraient et sortait du bazar, elle fini par alpaguer quelqu’un qui semblait attendre quelque chose.

    -Dites, vous savez à qui est ce mioche ?

    La personne se tourna, avisant le gamin.

    -Non. Jamais vu.
    -Bon tant pis. Bonne journée...
    -A vous aussi.

    Elle se réintéressa à l’intrus.
    C’était peut-être un gosse des rues, tout simplement. Ou pire, un rabatteur vers des pilleurs. Visant en priorité les femmes, ce genre de magouilles n’étaient pas rare : on envoyait un enfant en apparence perdu pour attirer l’adulte dans une zone éloignée où l’on pouvait le voler et le laisser pour mort. Elle rangea son sandwich, soupirant légèrement, regardant le gosse droit dans les yeux.

    -Qu’est ce qu’il y a, tu t’es perdu ? ‘Sont où tes parentaux ?

    Penchée pour avoir la tête au niveau de la sienne, elle gardait une main sur sa bouffe et une autre sur le manche de son couteau, prête à tout. Pour peu qu’un grand frère voit d’un mauvais œil cette discussion et décide de débarquer et chercher les embrouilles… Ça aussi, c’était commun.

    -T’as pas de sac, de carnet de correspondance ? De bracelet GPS ?

    Devant l’infructuosité de l’échange, Tilmaë se redressa. Elle activa son bracelet-holo, levant l’appareil photo à la hauteur de la bouille du gosse. Puis, avec l’exactitude et la rigidité que son service lui avait apprit, elle rédigea une espèce de mini-rapport à destination d’un de ses contacts chez les flics.

    Signalement : enfants perdu ou rabatteur.

    Vu : Aujourd’hui, vu près du Souk, bas quartier.

    Signalement : Yeux dorés, maigre, cicatrices nombreuses, cheveux blanc, un peu plus d’un mètre de haut.

    Pas de membre de la famille visiblement à proximité.

    Over


    Elle l’envoya. Elle ne savait pas du tout ce que ça allait donner, ni même si ça allait donner quelque chose, mais au moins elle avait fait ce qu’elle pouvait faire sans prendre de risque.

    -J’ai signalé ta présence aux autorités. Reste avec moi le temps qu’ils arrivent, je fini de manger et je t’emmène dans un endroit un peu plus sûr. Mais d’abord, je mange.

    Et elle se replongea dans son repas.

    Re: Enfances (PV Azel)

    Message par Azel Perivsky le Lun 30 Juil - 16:31

    La méthode cabot ne semblait fonctionner sur celle à qui il envoyait son regard le plus implorant qui soit, elle le regardait comme la majorité des gens, l'air de ne pas savoir que faire de lui alors qu'une seule bouchée de nourriture l'aurait définitivement débarrassée du gamin. Azel fronça les sourcils en gigotant sur place pour manifester son impatience, il se retint de gémir à nouveau ou d'attraper la manche de l'inconnue, bien conscient que ce n'est pas en se montrant trop oppressant qu'il parviendrait à quelque chose. Au contraire il s'appliqua à garder une moue intéressée mais calme, à bouger le moins possible et à se montrer patient.

    Pour seule récompense l'autre interpellait les gens pour les interroger à son sujet. Le gamin les fixait tour à tour un brin agacé, il ne fit même aucun effort pour avoir l'air agréable. Il n'avait aucun besoin d'aide pour retourner d'où il venait, il avait juste la dalle car saccager la maison d'autrui était plus amusant que de prendre son petit déjeuner. Après un long soupir il décida donc d'attendre sagement, persuadé que s'il se comportait bien il parviendrait à attendrir celle qui lui faisait face. Un peu Naïf mais il voulait y croire, il retint les gémissements qui lui venaient naturellement et se tint sagement assit sur le sol auprès de l'autre.

    Pour seule récompense l'autre avait rangé le sandwich, le substituant à la vue d'un Azel qui s'en sentait d'un coup très malheureux. Il lui fit une moue indignée alors qu'elle lui posait des questions. Autant dire qu'ignorant ce qu'était "paumé" et "parentaux" il ne répondit absolument pas. La fixant d'un regard vide il ne remarquait pas la main stratégiquement placée. Peut-être aurait-il fuit s'il avait su, mais son instinct de survie se limitait à fuir ce qu'il était en mesure de remarquer.

    Alors qu'il commençait à se dire qu'il allait abandonner l'adulte et son sandwich elle posa d'autre questions. Il savait ce qu'était un sac et regarda assez stupidement sur son flanc comme s'il vérifiait ne pas en avoir, en revanche le reste, inconnu au bataillon et puis pourquoi voulait-elle savoir tout ça déjà ? Il grogna tout doucement alors que l'autre se redressait et lui faisait on ne sait quoi. Il se raidit ne savant pas très bien comment réagir avant de se détendre quelque peu

    Finalement l'autre lui fit un discours, l'invitant à rester à ses côtés pendant qu'elle mangeait. Le gamin gémit une fois de plus. Un gémissement plus insistant mais également où une pointe de frustration transperçait. Il se décida enfin à parler un peu.

    -Faiiiim...


    avatar
    Tilmaë J. TejkoPasse-Libre, Front-Fort

    Re: Enfances (PV Azel)

    Message par Tilmaë J. Tejko le Lun 30 Juil - 21:02

    Enfances

    Tilmaë et Azel

    Le gamin continuait de gémir alors qu’elle mangeait tranquillement. Il lui faisait pensé à certaines petites créatures sauvages qui étaient venues mendier de la bouffe un jour en expédition. Pourtant, il était humain pour sûr. Et il commençait à lui taper sur le système à la regarder sans exprimer ce qui allait pas comme si il s’attendait magiquement à ce qu’elle comprenne. Il lui rappelait Atifa quand elle était gamine et qu’elle faisait son chien battu pour échapper à la punition ce qui avait le don de l’agacer.

    C’est ainsi que, lassé par les revendications silencieuse, le gamin daigna un mot. Un seul. Mais pas plus, qui sait, ça aurait pu lui arracher la gueule.

    -Faiiiim...

    Mais encore ? Certes il avait faim, comme un maximum de gosses des rues des bas quartiers à dire vrai. Ça lui faisait une belle jambe… Mais bon, au moins ça éclairait pas mal de point, notamment sur le fait qu’il était seul : il devait sans doute avoir été envoyé ici pour mendier.

    « Allons bon… Ils envoient des enfants mendier seuls au souk maintenant, pensa-t-elle. Et puis quel gosse… Il doit pas rapporter beaucoup à la famille s’il mendie comme ça. P’t’être que c’est le but, faire dans l’originalité. Apprendre aux enfants à jouer les cabots pour qu’ils tapent dans l’oeil plus facilement ».

    Elle soupira, regardant le gosse.

    -J’ai du respect et de la compassion quand on me dit bonjour et s’il vous plaît.

    Puis elle croqua dans son sandwich en le regardant droit dans les yeux. Sadisme ? Non, affirmation de son autorité. Sur un gosse c’était inutile vous me direz ? Ici, quand on affirme à un gosse qu’on ne se laissera pas avoir, c’est à tout les adultes qui l’utilisent pour arriver à leur fins qu’on fait un doigt d’honneur. Et surtout… Elle était partagée entre lui acheter à bouffer ou non. Certes il était pas très fin et ça la saoulait mais il n’y en aurait pas eu dix comme lui dans les ruelles adjacentes qu’elle lui aurait offert à graille. Sauf que comme il n’était pas seul, quitte à dépenser les thunes autant le faire pour un gosse qui n’exigeait pas en se moquant royalement d’où venait la personne à qui il réclamait et qui insistait à ce point.

    Elle regarda son brassard qui venait de vibrer. Le message était le suivant :
    Signalement : pas d’avis de recherche
    Hypothèse : enfant mendiant
    Urgence ?
    Over


    Elle posa son sandwich sur ses genoux pour taper son message de réponse.

    Signalement : agis bizarrement, peut-être handicapé mental.
    Hypothèse : enfant mendiant
    Urgence : non mais services sociaux à prévenir.
    Over


    Elle eu une réponse quasi immédiate.

    On signale le cas à une patrouille.
    Ils passeront dans l’heure suivante.
    Over


    Puis elle se ré-interessa au gosse en soupirant. Son trip nostalgie était fini, autant aller dans un endroit plus confo.

    -Fait une phrase avec bonjour et s’il vous plais et peut-être que je t’offre à bouffer.

    Elle l’avais dit en grognant elle même à moitié. Pourquoi les gens s’acharnaient-ils à faire des gosses ? Y’avait toujours un moment où, même quand c’était pas les siens, ils venaient la faire chier.

    Re: Enfances (PV Azel)

    Message par Azel Perivsky le Jeu 9 Aoû - 9:17

    L'autre ne semblait pas vraiment sensible à ces gémissements, il faut dire qu'elle ne savait pas à quel point ce simple mot était déjà un effort pour le petit et que construire une phrase complète avec les formules de politesses complètes était quelque chose qui n'était pas vraiment à sa portée. Il continuait de guetter le visage de l'autre fixement, à l’affût du moindre signe trahissant le fait qu'elle allait céder. Il n'eut pas à attendre longtemps pour qu'elle reprenne la parole mais pour son grand malheur, ça ne ressemblait pas à une invitation à manger, sans surprise il n'avait rien compris à ce qu'elle avait dit et avait glissé la tête sur le côté comme d'habitude.

    Le gamin avait soupiré alors qu'elle avait enfourné son sandwich une nouvelle fois. Le plus sage serait sans doute de se mettre en quête d'une proie plus émotive ou encore de rentrer chez son baby-sitter geôlier afin d'aller manger. Il était en train de peser le pour et le contre quand l'autre reposa son sandwich sur ses genoux. Directement à sa portée, il n'aurait eut qu'à tendre le bras et partir en courant avec son butin, il ne s'était pas gêné par le passé quand il crevait véritablement la dalle mais à présent quelques rares notions de ce qui se faisait et ne se faisait pas lui étaient devenues familières et il garda sagement ses mains le long de ses flancs.

    Alors que l'enfant allait partir, l'autre soupira, attirant une fois de plus son attention. Elle lui fit une proposition... Qui n'avait rien de simple pour un enfant privé de parole et de réflexion depuis si longtemps. Il fronça les sourcils en essayant de comprendre ce qu'il était sensé faire puis il s'appliqua à essayer de faire cette fameuse phrase.

    -Faim... Bonjour sous plait.

    Il lui adressa un sourire, persuadé d'avoir fait une phrase digne de ce nom, une grande première, sans se douter que l'ordre des mots puisse ne pas être le bon. Son sourire s'évanouit quand une grosse paluche s’abattit sur son épaule. Il sursauta et se tourna pour reconnaître tout de suite celui qui était en charge de le garder. Il gémit en tentant de se débattre mais l'autre n'était pas décidé à lui courir encore après, il lui serra l'épaule si fort que Azel qui n'était pourtant pas douillet poussa un cri de douleur...
    avatar
    Tilmaë J. TejkoPasse-Libre, Front-Fort

    Re: Enfances (PV Azel)

    Message par Tilmaë J. Tejko le Jeu 9 Aoû - 10:57

    Enfances

    Tilmaë et Azel

    Le gamin avait vraiment des manière animales ce qui mettait Tilmaë relativement mal à l’aise. Après quelques instants, il fini par faire un semblant de phrase.


    -Faim... Bonjour sous plait.


    Elle commençait à se demander si il avait vraiment la possibilité de faire des phrases complètes tant le pauvre gosse semblait à l’ouest. Elle resta un instant interdite, fronçant les sourcils, commençant à s’inquiéter de le trouver seul dans le souk. Il avait pas l’air débrouillard, en tout cas pas selon les critères humains et elle trouvait étrange qu’il soit seul dans ces conditions. Elle ne parvenait pas à comprendre d’où il pouvait venir et pourquoi il était là.


    Cependant il lui souriait de toutes ses dents, ajoutant à vrai dire à son malaise. Elle allait se lever pour l’amener chez Mama Tji, lui offrir à manger et voir avec la vieille dame comment ils pouvaient s’arranger pour retrouver la famille du mioche quand un homme se posta derrière le gosse. Abattant sa main sur l’épaule du gamin. Lui tirant un cri de douleur.
    Elle se leva immédiatement, toisant le nouveau venu d’un air sévère.

    -Lâchez le.

    L’inconnu la toisa d’un regard surpris, comme si il ne s’attendait pas à une réaction de sa part. Elle s’était tendue, laissant tomber sa bouffe. Règlement entre gang ? Gardien légitime ? Enlèvement ?

    -Je t’ai pas demandé ton avis, la vieille, répliqua-t-il.

    Ah. Ils se tutoyaient maintenant ?

    -Tu lui fais mal. Lâche le.

    -Ca te regarde pas.

    -Troisième et dernière fois, lâche le.


    L’inconnu soupira, tournant le dos pour s’en aller avec le gosse.

    Elle réagit avant d’avoir vraiment réfléchit à dire vrai. Entre réflexe parental et policier elle avait saisit l’autre bras du gars et le lui avait tordu violemment dans le dos. Il avait lâché prise sur le gosse qu’elle avait aussitôt prit dans ses bras grimaçant en sentant sa côte en cours de cicatrisation tirer sur ses muscles. Elle s’apprêtait à lui parler quand il avait essayé de lui en mettre une. Elle avait esquivé, répliquant d'un coup de pied dans les bijoux de familles. Puis elle s’était enfoncée dans le souk en courant, le gosse dans les bras. Objectif, le stand de Mama Tji. Si il tentait de récupérer le gosse là-bas sans s’expliquer il aurait toute la Famille et la clientèle à dos.

    C’est ainsi qu’elle réapparut devant le stand, courant comme une furie un gosse dans les bras. Passant derrière le comptoir et fonçant directement vers l’arrière salle sans rien demander à personne, elle fut automatiquement suivit par Sylm, le fils aîné de la Famille, qui s’engouffra derrière elle dans l’espace de stockage. Elle déposa le gosse par terre, lui faisant signe de ne pas bouger.

    -C’est quoi le bordel Tilmaë ?

    -Je sais pas. Y’a un gars qui veut récupérer ce gosse, le gosse à pas l’air de vouloir, il m’a pas répondu quand je lui ai demandé pourquoi il voulait le récupérer.

    -Tu lui as vraiment demandé ?

    -Je lui ai demandé de le lâcher, c’est tout comme.


    Sylm soupira.


    -Si tu nous as mis dans la merde…. Tu fais chier sérieux.

    Elle garda le silence. Oui, elle s’était emballée, elle avait été stupide. Mais le gosse alignait pas trois mots, semblait complètement paumé et n’avait pas l’air de vouloir le suivre. D’autant qu’il avait vraiment l’air menaçant et… Et merde.

    -T’aurais à bouffer pour lui ? Je paie.

    Sylm hocha la tête et repartie dans l’autre sens. Elle se tourna vers le gosse.

    -La bouffe arrive.
    avatar
    Tarkan YamiEmmerdeur professionnel
    Emmerdeur professionnel

    Re: Enfances (PV Azel)

    Message par Tarkan Yami le Jeu 9 Aoû - 16:19

    Tarkan profitait à fond de leur séjour à Öazys avant leur prochain départ pour Sèvia où le souvenir de la nourriture fade ne le motivait pas plus que ça. Oui, ce qui lui manquait véritablement le plus quand il quittait l’Etat du désert pour voyager, c’était incontestablement la nourriture. Heureusement, cette fois, il penserait à ramener des épices avec lui, histoire de donner un peu plus de goût aux plats insipides sèviakyans.

    Le jeune homme vaquait à ses occupations – en gros, il ne fichait rien à part grignoter des noix de cajou grillées et salées et des amandes piquantes – quand le capitaine vint le trouver pour lui confier la tâche de retrouver son héritier. Evidemment, le pirate protesta. Il ne voulait rien avoir à faire avec ce fichu marmot dont il n’avait jamais souhaité la présence au sein de l’équipage, prit-il soin de rappeler.

    Mais le capitaine Morgane su user des bons arguments et sans entrain, le pirate s’exécuta. Les mains dans les poches, les épaules courbées, l’air agacé, le jeune homme avançait en ruminant. Il retrouva le babysitter du gamin. Celui-ci lui apprit qu’il avait été kidnappé par une vieille qui était partie dans une direction qu’il lui indiqua avant de perdre sa trace.

    - Et donc, tu t’es fais rétamer par une vieille ? Se moqua Tarkan.

    Il abandonna son compagnon d’équipage là où il l’avait trouvé et avança sans se presser dans la direction que ce dernier lui avait indiquée. Il dû demandé à quelques passants s’ils n’avaient pas vu passer un gamin avec une vieille, il décrivit le gamin qui avait bien été vu par le dernier passant qu’il avait interrogé et qui lui fit savoir où il se trouvait.

    Tarkan arriva donc devant un stand où il demanda après le gamin pour la énième fois. Autant dire que cette histoire l’ennuyait au plus haut point et qu’il avait hâte de s’acquitter de la tâche que lui avait confiée le capitaine. Tout de même, elle aurait quand même pu lui confier une tâche plus intéressante et sans aucun rapport avec le marmot ! Mais non, il avait quand même fallut qu’elle le mêle à cela, alors qu’il avait pourtant été très clair là-dessus lorsqu’elle avait décidé d’embarquer Azel avec elle : pas question de compter sur lui ! Et finalement, voilà qu’on l’envoyait chercher ce fichu gamin, quelle plaie !

    - Il est grand comme ça, a les cheveux cendrés, les yeux verts, la peau pâle et une expression blasée la plupart du temps. Ah ! Et il grogne au lieu de parler, aussi. On m’a dit que je pourrais le trouver ici.

    Re: Enfances (PV Azel)

    Message par Azel Perivsky le Jeu 9 Aoû - 18:41

    Azel se débattait autant qu'il pouvait afin d'échapper à la forte poigne de son "baby-sitter" qui était bien loin de se sentir incommodé par les tentatives de fuites du gosse. Ca ne l'empêcha pas de continuer à se débattre, freinant des deux pieds afin de ralentir leur marche, il dû bien se résoudre à marcher alors que l'autre lui opposait une violente tension dans le bras afin de le ramener à lui. L'autre aurait goûté aux dents de l'enfant s'il n'avait été arrêté par la femme qui avait déjà tenté de l'empêcher de l'emmener une première fois. Azel lui adressa son plus beau regard implorant, jouant les victimes tout en sachant que ce qu'il faisait n'était pas des plus honnête. Si l'autre ne sembla pas remarquer, elle fit tout de même ce qu'il attendait d'elle en mettant l'homme hors service et en le prenant dans ses bras.

    A présent il n'était plus possible de faire machine arrière. Le voilà embarqué à bras par l'autre qui n'imaginais pas une seconde que Azel fut coutumier de ce genre de fugue et de rattrapage à la sauvage. Il ne ressentait pour autant aucune culpabilité, n'imaginant même pas les histoires qu'il était lui même en train de créer.

    Raide et mal à l'aise dans les bras de celle qu'il connaissait à peine, il ne se débattit pas pour autant, n'étant pas forcément parfaitement à l'aise à l'idée d'être emmené à l'intérieur. Une porte verrouillée et il serait incapable de fuir, il gémit un peu, fixant l'issue la plus proche et commença à se débattre quelque peu, il est vrai assez mollement. L'autre l'avait déposé et le voilà prêt à fuir mais... Quand elle lui ordonna de ne pas bouger il resta pourtant immobile, hochant docilement la tête. Il s'assit à même le sol, ne se tracassant pas plus que de coutume de ses manières ou son aspect et s'amusant à chasser la poussière au sol du bout des doigts pour passer le temps. Quand la femme revint le voir il leva simplement les yeux vers elle, son regard s'éclairant alors qu'elle parlait de bouffe.

    Tout en s'appliquant à ne pas bouger de l'endroit où il était assit comme il l'avait promit, l'enfant se montra autrement plus agité qu'il ne l'avait été jusque là, gigotant presque sur place à l'idée de se remplir le ventre, une voix qui retentit le figea alors sur place. C'était bien la voix de Tarkan qu'il entendait à quelques pas de là et de toute évidence il était là pour lui. Le gamin ne réfléchit pas longtemps à la raison qui le poussait lui à venir le chercher alors qu'ils se détestaient cordialement mais il n'avait aucune envie que ce maudit cafard vienne gâcher son repas, un grognement s'éleva de la poitrine du gamin qui roula des yeux à la manière d'un animal prit au piège. Dans un mouvement brusque comme pour se soustraire à une prise qui n'existait que dans son imagination il se recula vivement, ne manquant pas de heurter quelque chose derrière lui à s'en faire mal mais qu'importe, il ne cessa son manège pour autant.
    avatar
    Tilmaë J. TejkoPasse-Libre, Front-Fort

    Re: Enfances (PV Azel)

    Message par Tilmaë J. Tejko le Dim 12 Aoû - 13:05

    Enfances

    Tilmaë et Azel

    Le stock était une pièce sans fenêtres particulièrement encombrée. Des cartons de partout, empilés sur des étagères qui menaçaient de se casser la gueule mais tenait malgré tout. Le sol carrelé était régulièrement lavé au jet. Dans le fond, une double porte fortifiée fermait la chambre froide dans laquelle était alignées les carcasses de viandes et les caisses de légumes. Le nombre de parties de cache cache qu’elle avait pu faire avec Sylm et les frangin dans cette pièce. Le nombre de fois qu’ils s’étaient fait engueuler en conséquences.

    Elle rouvrit son application de communication, envoyant un rapide message à son contact pour lui dire qu’elle avait changé de place et lui indiquer ses coordonnées actuelles. Puis elle se tourna vers le gamin qui semblait vouloir se fondre dans les étagères, reculât jusqu’à ne plus pouvoir. Elle se pencha vers lui, s’accroupissant pour lui choper le bras et le désencastrer de la structure métallique en le tirant doucement mais fermement.

    -Calme toi. Ils vont pas te bouffer. Arrête de reculer tu vas casser un truc.

    Puis elle s’assit à sa hauteur.

    -Il est temps de me répondre. C’était qui le mec qui a voulu te récupérer ? Et pourquoi tu en as peur ?

    Comme prévu, les réponses du gamin ne permettait pas de tirer des conclusions véritables. Elle soupira, essayant d’imaginer une tournure de phrase lui permettant d’obtenir plus d’informations quand Sylm revint avec la nourriture. Il la posa devant le garçon, et se tourna vers Tilmaë.

    -Y’a un gars qui cherche le gosse. Il est seul, il est pas des flics. Mama et ma mère l’occupent le temps que t’arrive.

    - Merci Sylm, lui répondi-t-elle en se tournant vers le gosse. Toi, tu reste ici. J’en ai pas pour longtemps.

    Elle sortit donc des stocks, repérant aussitôt l’énergumène. Devant lui, Mama Tji et Raïjane lui tenait la jambe comme elles en avait le secret. Mama Tji, dans son fauteuil électrique avait l’air vieille comme le monde. Ridée comme l’impossible, elle approchait à grand pas des 90 ans bien tassés à tel point qu’elle avait une calvitie bien visible. Elle demandait des précisions inutiles sur le gosse, si il avait des tâches de rousseur comme le petit Alban, tu sais, le fils de la mercière du troisième croisement. Non, pas celle qui vend le fil de soie, celle qui est plus bon marché. Tiens, d’ailleurs sa file aînée s’est mariée. Oui, oui, malgré ce qu’on disait sur sa stérilité présumée, elle était même enceinte ! Et Raïjane suivait, renchérissant. Du haut de ses 70 ans et de son mètre cinquante, elle s’était placée devant l’ouverture du comptoir pour empêcher toute intrusion importune de la part du jeune homme que Tilmaë admirait pour avoir réussi à ne pas s’arracher les cheveux face aux discours des deux commères.

    Elle posa sa main sur l’épaule de Raïjane, lui souriant comme pour dire : je prends le relais. Elle s’accouda au comptoir, souriant au jeune homme qui lui faisait face.

    -Bonjour. On m’a dit que je pourrait vous renseigner. C’est à quel sujet ?

    Elle lui offrit un immense sourire un peu narquois. Il avait l’air plus jeune et plus solide que l’autre gros plein de soupe. Des yeux violets assez inhabituels, une chevelure aussi blanche que la sienne… Atypique pour le moins qu’on puisse dire. M’enfin, elle allait le laisser poireauter un peu, histoire de savoir exactement ce qu’il voulait au gamin.
    avatar
    Tarkan YamiEmmerdeur professionnel
    Emmerdeur professionnel

    Re: Enfances (PV Azel)

    Message par Tarkan Yami le Dim 12 Aoû - 20:14

    Le gamin aurait quand même pu trainer avec des jolies filles, ça lui aurait rendu la tâche un peu moins pénible. Non, au lieu de ça, ce fichu marmot avait décidé de coller des vieilles. Et quelles vieilles ! De vrais moulins à parole ! Elles n’arrêtaient pas de poser des questions inutiles sur le gamin et s’éparpillaient en commérage. Bon, en vérité, Tarkan ne détestait pas les commérages, car les informations pouvaient se monnayer et ça, ce n’était jamais de refus ! A Tarkan de faire le tri entre les informations pertinentes et celles qui ne l’étaient pas.
    Comme il était du quartier, certaines personnes que les vieilles évoquaient ne lui étaient pas totalement inconnues, aussi se mêla-t-il à la conversation :

    - Oui, oui, je vois très bien ! Il parait même qu’elle a eu des triplés ! Trois pour le prix d’un, vous imaginez ? Une bouche en plus à nourrir, ce n’est déjà pas facile, mais alors trois d’un coup ! Certains racontent qu’elle envisage de vendre deux de ces triplés à des familles riches, vous y croyez vous ?

    Une femme un peu plus jeune que les ancêtres avec qui Tarkan bavardait fit son apparition et interrompit leur commérage. Elle s’accouda au comptoir en souriant. Le jeune homme lui rendit son sourire en répétant une fois de plus :

    - Bonjour, oui, je suis à la recherche d’Azel, un garçon aux cheveux cendrés, yeux verts et grand comme ça. On m’a dit que je pourrais le trouver ici…

    Ca devenait véritablement pénible. S’il était ici, pourquoi faire des manières ? Ne pouvaient-ils tout simplement pas lui ramener le gamin ? Qu’avaient-ils à y gagner en le gardant avec eux ? Il n’était même pas exploitable : il ne savait rien faire de particulier, était même plutôt maladroit, ne parlait pas ou à peine et les mots qu’il prononçait n’étaient pas toujours compréhensibles… Bref, il n’y avait pas grand-chose à en tirer. Tarkan ne comprenait vraiment pas pourquoi ces gens s’y seraient intéressés. Déjà qu’il ne comprenait pas pourquoi Morgane avait décidé de faire de ce marmot son héritier… Tout cela n’avait aucun sens. En plus, c’était un estomac sur patte sous ses airs gringalets.
    D’ailleurs, si le marmot était là, il ne résisterait probablement pas à l’une de ses friandises préférées ! Et pour ce faire, le malin voleur avait tout prévu, aussi il sorti de l’une de ses poches deux petits sachets qu’il secoua pour que le gamin, s’il était bien caché là, puisse entendre. L’un contenait des bonbons et l’autre de la viande séchée.

    - Dire que j’avais prévu ses friandises préférées… Quel dommage ! Mais bon, s’il n’est pas là, c’est que je dois aller chercher ailleurs... Après tout qu’est-ce que vous feriez d’un gamin aussi peu dégourdi que lui, pas vrai ? Dit Tarkan en souriant narquoisement.

    Re: Enfances (PV Azel)

    Message par Azel Perivsky le Dim 12 Aoû - 21:38

    A reculer ainsi stupidement, sa fuite fut rapidement entravée par quelque chose qu'il ne parvint pas à simplement repousser avec ses épaules. Poussant un petit grognement de frustration, l'enfant ne fit pourtant aucun réel effort pour se dégager, aurait-il réellement été effrayé qu'il aurait rapidement trouvée une issue et ce de manière bien plus efficace qu'à ce moment présent. Aussi quand l'adulte qui l'avait ramené ici se saisit de son bras pour le ramener plus au centre de la pièce où il ne mettait rien en péril, il se laissa faire bien docilement, en revanche il n'avait toujours pas envie de répondre à la question qu'elle lui posait. A la place de chercher dans sa mémoire les mots qui auraient pu définir qui était l'autre, l'enfant secoua la tête en lâchant un grognement qui se mêlait à un "non" qui pouvait vouloir dire tout et rien à la fois. Le manège du gosse fut stoppé par l'arrivé de celui qui avait été chargé de lui ramener à manger, lui servant la précieuse bouffe en question, le gamin n'oublia pas cette fois de lâcher le "merci" qui lui avait été demandé un peu plus tôt, ayant comprit que c'était important pour les autres. Il dévora le repas tant désiré avec bon appétit, s'efforçant de ne pas se jeter sur la nourriture et de n'utiliser ses doigts que avec les aliments pour lesquels c'était admit. De gros efforts en somme.

    Du coin de l'oreille, la discussion qui se tenait entre les deux ne lui échappait pas. Il était déjà au courant que l'ont était venu pour lui. Il avait reconnu la voix de Tarkan et malgré toute l'antipathie qu'il avait pour l'autre, il le suivrait sans doute plus volontiers que son geôlier, quand bien même il continuerait de jouer les effarouchés tant qu'il ne serait pas décidé à suivre.

    Très vite l'enfant se retrouva seul, picorant dans son assiette avec appétit. Enfin seul, loin des questions sans réponses, se demandant encore pourquoi il devrait justifier de son aversion pour une personne. Le contenu de son assiette à présent avalé il se sentait à nouveau calme et qui sait, peut-être même prêt à suivre Tarkan sans lui balancer la moindre vacherie. C'est d'un pas nonchalant qu'il se mit en route dans la direction où se trouvaient les autres, il arriva pile au moment ou l'autre parlait de friandises et un instant on aurait presque pu voir ses oreilles se dresser au mot magique si c’eut été physiquement possible. L'accès vers la sortie étant bloqué, l'enfant s'arrêta et fixa l'autre avant de l'interpeller pour attirer son attention.

    -Tarkan...

    Pas d'enfoiré ni aucune autre insulte. Le gamin semblait d'assez bonne disposition à l'égard du cafard. Il ne tenait qu'à se dernier que ça dure...
    avatar
    Tilmaë J. TejkoPasse-Libre, Front-Fort

    Re: Enfances (PV Azel)

    Message par Tilmaë J. Tejko le Lun 13 Aoû - 22:03

    Enfances

    Tilmaë et Azel

    Le jeune homme lui rendit son sourire.

    - Bonjour, oui, je suis à la recherche d’Azel, un garçon aux cheveux cendrés, yeux verts et grand comme ça. On m’a dit que je pourrais le trouver ici… Dire que j’avais prévu ses friandises préférées… Quel dommage ! Mais bon, s’il n’est pas là, c’est que je dois aller chercher ailleurs... Après tout qu’est-ce que vous feriez d’un gamin aussi peu dégourdi que lui, pas vrai ?

    Le gosse s’appelait donc Azel, et lui semblait être son chaperon. Quand à la question : qu’est ce qu’on pourrait faire d’un gamin pareil, là était toute la question. On ne faisait pas quelque chose d’un gamin, on faisait avec, dégourdi ou non. Elle allait lui faire remarquer lorsque le gamin se pointa, attirant leur attention en appelant Tarkan. Sans doute le nom de son interlocuteur.

    -Il répond effectivement assez peu aux questions et c’est complexe de savoir d’où il vient.

    Elle lui lança un regard en coin. Il avait l’air a peu près en confiance, ce qui contrastait déjà avec leur rencontre précédente. Cependant, elle ne dégagea pas l’entrée pour autant, car les responsables du mioche retrouvés allait arriver une question complexe. Celle de la future venue des flics. Deux options : soit tout allait bien, soit… Elle avait pas envie de courir. Elle avait plus trente ans et avait techniquement pas l’autorisation d’arrêter qui ce soit. D’autant qu’elle n’avait pas vraiment d’autorisation de chasse ou d’arme. En bref… Elle espérait que tout reste calme en attendant ses anciens collègues.

    -J’ai donc appelé les services de police. Ils ne devraient plus tarder, si vous vouliez bien les attendre juste pour de rapides explications. D’autant qu’un gars a essayé de le récupérer sans explication, essayant de me frapper avant que je n’ai pu lui poser la moindre question. Vous comprendrez donc ma réticence à le laisser partir avant que toute l’affaire ne soit tirée au claire ?

    Elle lui offrit un sourire encore plus immense, appuyé, forcé et mielleux. Puis, fouillant dans sa poche elle en sortit un fruit qu’elle commença à mâchonner.

    -Ça vous empêche pas de donner les friandises au gosse, mais il reste de ce côté du comptoir, ajouta-t-elle d’un ton calme.

    Au moins ça serait plus galère pour lui de récupérer le bambin. A condition qu’il ne tente pas d’échappée surprise ce qui, vu comment il pannait rien, n’aurait pas été étonnant.

    Sylm arriva alors, regardant le gosse d’un air sombre.

    -Dis donc, va débarrasser ton repas toi !

    -Chuis pas certaine qu’il comprenne Sylm, répondit Tilmaë. Je m’en occuperait, laisse, veux tu.

    Tout en parlant elle avait gardé les yeux fixé sur l’ado et sa vision périphérique centrée sur le gosse. Tout pour éviter qu’on lui la fasse à l’envers.
    avatar
    Tarkan YamiEmmerdeur professionnel
    Emmerdeur professionnel

    Re: Enfances (PV Azel)

    Message par Tarkan Yami le Mar 14 Aoû - 8:59

    Le gamin était enfin sorti de sa cachette. La bonne nouvelle, c’est que Tarkan n’aurait plus besoin de continuer à le chercher. Quant à la mauvaise nouvelle, la vieille qui avait trouvé le gosse se chargea d’en être l’émissaire : elle avait appelé les flics et ne lui cèderait pas le gamin tant qu’ils ne seraient pas intervenus.

    - Je comprends, c’est regrettable… Le souci, c’est que j’ai un rendez-vous galant et ça ne le fait pas trop de faire attendre une demoiselle pour un premier rencard, pas vrai ?

    Déjà à la base, Tarkan ne portait pas vraiment les forces de l’ordre dans son cœur. De plus, à présent qu’il était devenu un membre des Dragons bleus et donc l’allié du capitaine, sa tête avait été mise à prix et bien évidemment, cette histoire de flic ne faisait pas son affaire alors que l’équipage prévoyait de retourner à Sèvia prochainement. Pas question pour le pirate de louper le voyage à cause d’un séjour en prison et encore moins à cause de ce sale gosse.

    Heureusement pour lui, l’Öazykyan avait plus d’un tour dans son sac et il avait de l’expérience pour ce qui était de se tirer d’un mauvais pas. Discuter avec la femme ? Pas la peine, Tarkan voyait bien qu’elle était décidée et qu’elle ne démordrait pas. Le fait est que lui aussi était bien décidé à ne pas rencontrer la police et à ne pas en démordre. Puisqu’elle avait décidé que l’enfant ne passerait pas de l’autre côté du comptoir, Tarkan le récupérerait. Encore des complications, quelle plaie ! Mais au fond, n’était-ce pas ce qui rendait la vie digne d’intérêt ?

    Le jeune homme profita de l’intervention d’un certain Sylm qui espérait qu’Azel allait débarrasser son plat. Haha ! C’était beau de rêver ! Tarkan activa aussitôt son Aktech slime qui laissa échapper une quantité impressionnante d’une substance à la fois collante, légèrement humide et flasque. Et voilà, en plus d’être entravée dans ses mouvements, la gêneuse avait la vue obstruée par le slime de couleur verte que le voleur lui avait envoyé dans la face. Quant au Sylm dont le nom rappelait l’Aktech dont il venait de faire usage, il eu droit à un flash aveuglant grâce à un autre Aktech’ et une poignée de poil à gratter qui saurait l’occuper. Avec une vélocité sans pareille, Tarkan réceptionna le gamin qu’il prit sur son dos pour plus de facilité et fila fissa en se faufilant parmi la foule avant de bifurquer pour passer par le dédale des ruelles des bas-quartiers que le voleur connaissait si bien pour les avoir parcourues des années durant.

    - Morgane a intérêt à me récompenser comme il se doit vu tout le mal que je me suis donné pour te récupérer ! Râla Tarkan qui portait toujours le gamin sur son dos.

    Re: Enfances (PV Azel)

    Message par Azel Perivsky le Mar 14 Aoû - 12:23

    Azel gardait son regard planté dans la direction de Tarkan, s'agaçant que l'adulte aux cheveux blancs préfère lui faire la conversation plutôt que de libérer le passage. Il écouta sans écouter la remarque à son sujet, s'agaçant mentalement de la remarque à son sujet. Ce n'était pas un scoop qu'il ne parlait pas, lui préférait les actions et justement il aurait aimé très fort que la femme agisse en lui laissant le passage libre pour aller manger les friandises détenues par le cafard.

    Ne voyant pas son souhait exaucé, Azel demeura toutefois sage et silencieux, osant tout juste un léger gémissement de chiot tout en jetant un regard en direction du jeune homme, trop bas pour attirer l'attention ou être entendu, il demeurait immobile, suivant d'une oreille distraite la conversation il se tendit un peu en entendant parler de police. Bien sur, il était trop jeune pour avoir eut à faire avec les forces de l'ordre, même à l'époque où il survivait dans les rues et se nourrissait comme il pouvait, parfois en chapardant, cependant il avait déjà entendu ce nom et pu constater qu'il s'agissait d'individus à fuir, aussi jeta-t-il un nouveau regard vers Tarkan, s'en remettant à son jugement. Bien sur, l'autre ne semblait pas affecté outre mesure, mais Azel ne l'avait jamais vu perdre ses moyens, même s'il était très facile à agacer. La conversation continua donc et celui qui lui avait porté son repas et ne semblait pas l'apprécier outre mesure vint lui grommeler quelque chose au sujet de débarrasser son assiette. Le gamin l'ignora, feignant de ne pas comprendre, agacé par les manières de l'autre.

    L'enfant n'eut pas le temps de s'attarder davantage sur lui que Tarkan passait à l'action. L'enfant assista l'air interdit à sa petite démonstration de jet de slime. Le gamin ne comprenait pas très bien, ne nourrissant aucune animosité envers l'adulte il ne pouvait comprendre pourquoi Tarkan jugeait bon de l'attaquer. L'autre ne s'arrêta pas là. Voilà qu'il neutralisait à présent le type, les débarrassant par la même de la seule autre véritable menace apparente.

    Tout ça s'était passé très vite et le gamin n'avait pas vraiment réagit quand Tarkan l'attrapa comme un vulgaire sac à patate pour le positionner sur son dos et fuir en courant. Azel avait le coeur qui battait à cent à l'heure et était encore un peu paumé. Il se laissa porté, veillant à se tenir immobile pour ne pas gêner l'autre, quand bien même en d'autres circonstances il l'aurait mordu de se tenir aussi prêt de lui...

    Contenu sponsorisé

    Re: Enfances (PV Azel)

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 16 Aoû - 3:00