Aller en haut Aller en bas

    avatar
    Lucie FieldHumaine pauvre
    Humaine pauvre

    Prise de bec [ Annette et Lucie]

    Message par Lucie Field le Lun 2 Juil - 22:54

    Les dragons bleus allaient bientôt partir en exploration, Lucie ne pouvait pas s’empêcher de trembler à cette idée ! Elle était l’une d’entre eux ! Elle avait slimé le QG de la garde, elle avait volé 80 000 pièces et par-dessus tout, elle allait enfin quitter cette maudite ville ! Autant dire qu’elle était ravie de la tournure que prenait sa vie ! Il restait encore quelques détails à régler avant de partir, par exemple, elle devait livrer encore deux robots à Callum et puis prévenir ses relations de son départ. Le souci c’est qu’elle n’avait aucune idée de où les déposer, alors dans le doute, Lucie décida d’aller les déposer au Star-Lord.

    Callum passait souvent là-bas et Lucie ne s’inquiétait pas trop de leur sécurité. Nul doute que le fameux seigneur du souk ne tarderait pas à venir les récupérer et se payer un peu de bon temps avec les putes qui trainaient là-bas. Oui Lucie les appelaient par le nom le plus vulgaire qui existait pour elles. De son point de vue, les gens, car il existait aussi des prostitués hommes, qui vendaient leur corps étaient un ramassis d’incompétents sans aucun honneur.

    C’était dur, mais Lucie savait qu’elle était plus pauvre que certaines des personnes ayant choisis cette voix et elle se pensait donc supérieure à ces gens choisissant l’option de facilité.

    Quand la mécanicienne se présenta au bar, accompagné de deux X4 flambant neuf. Elle fit immédiatement sensation, tous les regards se posèrent sur elle, celui des clients mais également du personnel. Elle se dirigea jusqu’au bar et demander à parler au patron, celui-là même qui l’avait engueulé quand elle avait renversé son verre quelques jours plus tôt.

    Il se présenta à elle en ayant un air un peu contrarié mais il ne dit rien en voyant les deux robots. Au contraire, il eut un petit sourire de coin quand Lucie lui expliqua qu’elle comptait sur lui pour remettre cette livraison à Callum, elle lui promettait même un petit bonus pour s’assurer que ce serait fait dans les temps et sans toucher au matériel.

    Le partage de la prime l’avait remplumée un peu et elle pouvait donc ce permettre ce genre de promesse, ce qui ne manqua pas de surprendre le patron et les quelques employés qui la connaissaient. Tous savaient que Lucie ne donnait jamais d’argent en plus, elle ne faisait jamais de cadeau, au contraire ! Elle s’agrippait à la moindre pièce avec une hargne digne du grand Callum.

    - Je vais te passer le contrôle temporaire des X4, le bleu c’est C et le gris c’est D. Tu pourras leur donner des ordres simples, mais une fois que tu verras Callum, je veux que tu lui donne ce disque. C’est là que sont les codes d’administrations pour les ordres plus « sérieux ». Garde le très précieusement et donne-moi une bière s’il te plait, j’ai soif. On meurt de chaud aujourd’hui. Merci Guy.

    Lucie parlait avec confiance et fermeté, c’était toujours le cas quand on parlait affaire avec elle mais ça s’était encore accentué depuis son recrutement. Les deux robots se détournèrent d’elle et rejoignirent l’arrière-boutique, la laissant seule attablé et très contente d’elle-même.

    Alors qu’elle dégustait sa boisson, une des filles travaillant sur place vint à sa rencontre, c’était la fille avec les cicatrices, la petite pute favorite de Callum ici. Celle-là même qui lui avait lancé un regard assassin lors de leurs négociations. Elle avait eu l’air de crever de jalousie à ce moment-là :

    - C’est gentil, mais je n’ai pas besoin de tes services ma belle.
    avatar
    Annette PierceBelle-de-nuit

    Re: Prise de bec [ Annette et Lucie]

    Message par Annette Pierce le Dim 8 Juil - 12:02

    Prise de bec

    Lucie Field & Annette Pierce

    Tantôt sur les genoux de l’un, tantôt sur les genoux de l’autre. Des clients se disputaient la prochaine nuit avec Annette autour d’une partie de poker. Celui qui prenait le dessus avait le droit de l’avoir pour lui tout seul toute une nuit. C’est qu’elle était très demandée ce soir ! Bon, il faut dire aussi que ce sont tous des habitués, connaissant parfaitement les talents de la prostituée. On se « battait » pour elle, c’était flatteur. Ou peut-être pas. Mais bon, quand on ne peut pas espérer mieux que de vendre son corps contre de l’argent dont on ne voit jamais la couleur, il faut savoir se satisfaire de peu… voire de rien.

    La prostituée avait pour habitude de laisser trainer ses yeux et ses oreilles au Star Lord, peu importe le moment de la journée ou les personnes à qui elle tient compagnie. Tout naturellement, elle se rendit vite compte de la présence d’une des conquêtes de son homme. Ah cette Lucie, si elle pouvait la menacer de ne jamais plus mettre les pieds ici… Mais ce n’est pas comme si les mots d’Annette avaient le moindre effet. Personne ne la prend au sérieux. Elle n’est qu’une fille de joie : soit belle et tais-toi ! Sauf qu’aujourd’hui, elle n’avait vraiment pas envie de voir son visage trainer ici. C’était comme une provocation et cela venait quelque peu ruiner sa bonne humeur. En effet, la veille Callum était venu lui rendre visite pour l’honorer toute la nuit.

    Très vite irritée par le son de sa voix, elle quitta la table de jeu et laissa les hommes se débrouiller. De toute manière, peu lui importait l’issue de la partie : le gagnant devrait payer et elle devrait accepter de travailler pour le satisfaire. Sur son chemin, elle croisa deux robots. Merveilleux, un tas de ferraille aux yeux de la prostituée. Aucun intérêt. Sauf si bien sûr cela intéresse Callum, alors Annette aura des étoiles plein les yeux et pourra l’écouter parler affaires et robots pendant des heures si cela l’enchante. Ils lui sont destinés, la blonde a réussi à entendre la conversation entre la peste et son patron. Ce qui signifie qu’il viendra très bientôt au Star Lord pour les récupérer… Une fois sur place il ne pourra pas se retenir de passer la nuit ici en voyant sa blonde préférée… Un bref sourire illumina le visage d’Annette, ravie de savoir que bientôt elle verrait son homme. Et puis elle croisa le regard d’une de ses ennemies et le perdit aussitôt.

    « Tu n’aurais pas de quoi te payer mes services de toute façon. » Lui répondit la prostituée.

    Il était vrai que les nuits en sa compagnie étaient assez chères. L’expérience, sa popularité auprès des hommes et même des femmes… Dommage qu’elle ne voit jamais ne serait-ce que la moitié de ce qu’elle fait gagner à son père. Annette aurait eu depuis longtemps un sacré pactole pour quitter le Star Lord et voir si l’herbe est un peu plus verte ailleurs.

    Cette Lucie, pas franchement connue pour être riche, n’aurait donc pas les moyens de se payer une nuit avec elle. Car oui, il n’était pas rare qu’Annette passe ses nuits avec des femmes, bien qu’il soit plus courant qu’elle soit avec des hommes. Aucune chance qu’elle se retrouve à devoir faire grimper aux rideaux cette peste. Oh elle pourrait bien avoir des qualités, la blonde ne voulait pas en entendre parler ! Tout comme elle ne voulait pas entendre parler de Morgane ou de toutes les autres pour qui Callum en pinçait un peu. Mais bon, si une nuit avec cette garce de Lucie pouvait lui permettre de ne plus revenir traîner ici, Annette se sacrifierait bien volontiers. C’est beau de rêver !

    « Callum n’est pas là. Tu peux partir maintenant que tu as laissé tes machins, tu ne crois pas ? »
    avatar
    Lucie FieldHumaine pauvre
    Humaine pauvre

    Re: Prise de bec [ Annette et Lucie]

    Message par Lucie Field le Lun 9 Juil - 15:19

    Vu comment Annette avait répondu à Lucie, il semblait assez évident qu’elle ne venait pas la voir pour une charmante conversation entre deux femmes adultes et responsable. Son visage se tordait d’une sorte de rictus de jalousie et de haine. Déjà qu’il n’était pas spécialement beau, gâté par de nombreuses cicatrices autour de sa bouche, y affichait autre chose qu’un air joyeux le rendait franchement malsain. Cependant, plutôt que de répondre ouvertement à la blonde et de risquer de dire quelques chose de déplacer, Lucie se contenta de sourire et de répondre, aussi aimablement que possible :

    - Je viens de faire gagner 5000 pièces à Callum, 90 à ton patron et toi, tu as gagné une nuit avec lui. Tu ne penses pas que je mérite de boire un petit coup en paix ? C’est le seul endroit du coin où je suis certaine que la bière n’est ni mauvaise, ni empoisonnée.


    Petit rappel discret de ce que Lucie avait fait pour elle, indirectement. Mais il fallait être un peu honnête sur les bords, là tout de suite, la rousse crevait de jalousie de ne pas pouvoir s’envoyer en l’air avec Callum avant de partir. Il y avait bien quelques hommes dans le coin, mais c’était un des rares à savoir respecter une femme et lui donner ce qu’elle voulait. Enfin, Lucie n’avait jamais vraiment eu à se plaindre de ça avec lui.

    La pensée du baiser qu’il lui avait laissé, avant de s’enfuir dans les bras de cette… fille, rendit Lucie rouge pour deux. A la fois de désire et de jalousie, elle aurait dû être avec lui, et pas elle. Pourquoi avoir fui pour se cacher dans les bras d’un nid grouillant de MST. Que pouvez bien lui trouver les hommes à cette fille ? Ce n’était pas la plus belle du lot, ni la plus amicale. Peut-être acceptait-elle des choses que d’autres refusaient ?

    Lucie retourna à son verre, espérant qu’Annette la laisserait un peu en paix, mais non, elle restait à côté d’elle. C’était très gênant, assez perturbant. Une vague pensée du nombre d’hommes ayant glissé leur langue… BAH ! C’est tout juste si Lucie ne vomit pas dans son verre et elle s’étouffa à moitié dans l’histoire. Voilà qui n’était pas très glorieux, surtout en face d’une rivale comme Annette.
    Lucie toussa à n’en plus finir devant un œil visiblement amusé. En colère contre elle-même mais aussi contre la pute, Lucie sorti des pièces de sa poche et les étala sur le comptoir. Il y avait là de quoi payer une bonne soirée, depuis le temps elle savait qu’Annette n’était pas le genre de fille qu’on pouvait s’offrir avec un verre et trois pauvre pièces. Non, il fallait en sortir une bonne centaine et prendre une bouteille, c’était un minimum.

    - C’est assez pour toi où je dois en rajouter plus ? Il se pourrait que les affaires marchent bien pour les Fields en ce moment. Il suffit d’avoir de l’imagination et un peu de talent personnel.

    Lucie se fendit d’un sourire voulant tout dire, elle se pensait plus maligne qu’Annette et surtout qu’elle avait plus de mérite, laissant planer un soupçon de mépris sur la profession de la jeune blonde.

    avatar
    Annette PierceBelle-de-nuit

    Re: Prise de bec [ Annette et Lucie]

    Message par Annette Pierce le Mer 11 Juil - 16:03

    Prise de bec

    Lucie Field & Annette Pierce

    Cela aurait été trop facile de l’entendre dire qu’elle n’avait plus rien à faire ici et trop beau de la voir quitter le Star Lord. A la place, mademoiselle rappelait à la prostituée qu’elle lui avait une sorte de cadeau en apportant ici même la marchandise. Callum serait forcé de revenir et Annette l’attendrait bien sagement pour lui rappeler qu’il peut rester toute une nuit pour prendre du plaisir. Misère, en plus de cela elle avait réussi à faire gagner de l’argent à Monsieur Guy. Si Annette n’est pas suffisamment cordiale, son patron serait bien capable de la rappeler à l’ordre et de l’humilier devant cette garce. Pourtant, cela n’empêcha pas la blonde de lâcher un petit pic.

    « Tu ne sais pas si elle n’est pas empoisonnée. » Murmura-t-elle en regardant ses ongles bien limés.

    Oh quoi, elle n’a pas le droit de lui faire croire qu’elle préparé son arrivée au moins en crachant dans sa bière ? Mais bien évidemment, cela n’allait pas effrayer Lucie Field. Annette pourra bien dire ce qu’elle veut, avec sa voix douce, personne ne la prend au sérieux. Néanmoins, cela lui fit un petit plaisir de s’imaginer pouvoir être terrifiante. On se satisfait de ce qu’on peut quand on est une prostituée… Cela n’empêcha pas son ennemie de boire une nouvelle gorgée de sa boisson. Tant pis, elle avait au moins le mérite d’avoir essayé !

    Allez savoir ce qui venait de se dérouler dans l’esprit de cette femme, en tout cas elle s’étouffa en essayant d’avaler son alcool. Ridicule. Annette arqua un sourcil, ébahie. Est-ce qu’en fait elle avait fait son petit effet ? Est-ce que le patron avait vraiment mis quelque chose dans son verre, de la mort au rat par exemple, pour ne plus la voir revenir importuner Callum, l’un de ses meilleurs clients… ? La prostituée pouffa de rire en tirant la chaise juste en face de Lucie. Une fois assise, elle ne se retint pas de rire. Cette image était délicieuse, mieux encore, jouissive !

    Reprenant ses esprits, bien que ses joues fussent toujours en feu, Lucie sortit une belle somme du fond de sa poche et l’étala sur la table. D’un coup d’œil, Annette en déduisit qu’elle n’était plus si pauvre que ça. Qui dit argent, dit intérêt pour Callum… Fichtre, et si elle devenait un partenaire commercial très sérieux pour son homme ? Il va devoir la fréquenter plus encore, la mener ici, sous les yeux de la blonde… Cette dernière, quelque peu énervée, attrapa l’argent pour le ranger dans une poche de sa robe.

    « C’est suffisant pour ma présence à ta table. » Lâcha-t-elle, rageusement.

    Son petit sourire… Comme elle avait envie de lui présenter le type qui avait ruiné son visage pour qu’il se charge de la calmer ! Quelle horreur… Que venait-elle de penser… ? Annette s’en voulut une demi-seconde d’avoir songé à ce monstre, mais également d’avoir songé infliger son sort à une autre femme. La blonde n’en démordait pas et ne voulait montrer aucun signe de faiblesse contre Lucie, il fallait se reprendre et vite.

    « Pourquoi penses-tu que les types derrière se disputent une nuit avec moi autour d’une partie de poker ? Mon talent est conté dans les autres bordels. Quant à l’imagination, je suis persuadée que je pourrai bien te faire hurler de plaisir en seulement quelques minutes. Les femmes comme toi, la tête dans le cambouis et des outils dans les mains toute la journée ne doivent pas avoir beaucoup de vie sociale. Suis-je bête, elles couchent avec leurs partenaires commerciaux pour s’enrichir. Moi, on me paye pour mes talents personnels. »

    Finalement, la conversation était divertissante. Annette ressortie l’une des pièces de Lucie et la posa sur la table, juste à côté de sa bière, pour l’inviter à consommer et rester un peu plus longtemps. Tout cela, avec son étrange sourire ruiné.
    avatar
    Lucie FieldHumaine pauvre
    Humaine pauvre

    Re: Prise de bec [ Annette et Lucie]

    Message par Lucie Field le Mer 11 Juil - 23:14

    Quand Annette se posa à sa table, Lucie ne comprit pas immédiatement ce qui se passait ! C’est seulement quand la prostituée prit l’argent que la mécano compris qu’il y avait un malentendu ! Le but de sa manœuvre n’était pas de profiter de sa compagnie mais simplement de la faire taire ! Le regard vide, elle fixait la fille dont elle venait acheter le temps et se demandait quoi en faire maintenant. Discuter avec elle ? Ce serait étrange quand même de payer une fille pour avoir juste le privilège de se disputer. Mais à la réflexion, ça pourrait être amusant.

    Lucie leva les yeux au ciel et rendit son sourire à Annette, il fallait lui reconnaitre une certaine vivacité d’esprit car elle savait se mettre en valeur et remettre à sa place la rousse. Que de mordant dans ces propos et dans cas accusations, le tout dirigé directement sur la pauvre mécano. Etrangement, quand Annette se proposa de faire hurler Lucie, celle-ci considéra brièvement l’idée de rajouter la somme pour bénéficier de ses services au final.

    Ce serait plaisant d’avoir en son pouvoir cette fille qui occupait les pensées de Callum et de comprendre pourquoi il tenait tant à la revoir. Mais elle était effroyablement chère et si ce n’était pas vraiment un souci pour le moment. Ça la ferait bien chier de payer pour s’envoyer en l’air avec une fille qu’elle n’aimait pas !

    Au lieu de ça, elle recommandant une bière, suivant son conseil et se contenta de rire :

    - On se déteste alors qu’on ne se connait même pas. Simplement car j’ai couché avec un homme que tu sembles aimer et qu’il s’inquiète pour moi.

    Elle vida d’un trait le verre de bière que Guy lui apporta et en commanda un autre avant même qu’il se soit éloigner. Autant boire franchement maintenant qu’elle avait de la compagnie et pourquoi ne pas mettre les choses au point avec Annette ? Lucie n’avait pas vraiment apprécié que ses relations avec Callum soient uniquement motivées par l’appât du gain.

    - Je ne couche pas avec mes partenaires commerciaux, je couche avec un partenaire sachant se montrer courtois quand il faut et avec qui je peux discuter, rien de plus. D’ailleurs, je t’avouerais, on s’est parfois envoyé en l’air juste pour le plaisir alors même qu’on n’avait aucune affaire en cours.

    Pour risquer de se faire tuer, c’était l’idéal, mais Lucie avait une autre nouvelle qui pourrait éventuellement faire plaisir à la blonde :

    - Je suis loin d’être une idiote, je sais que Callum voit passer autant de filles que toi tu as du avoir de client. Je ne vais pas me battre avec toi pour son cul, alors on pourrait simplement… je ne sais pas, ne pas se détester pour ça ?

    Elle qui n’aimait pas les prostituées, la voilà à proposer la paix avec une des plus fameuse du bar ? Posture romantique ou alors conviction profonde ? Elle ne savait même pas pourquoi elle lui proposait de faire la paix. Ce n’était pas la bière, elle n’avait pas eu le temps de faire effet… Ou alors c’était le risque de mourir en exploration ? Non… en fait, Lucie se sentait simplement le besoin de se détendre et de se faire plaisir, de s’offrir des plaisirs qu’elle s’était toujours refusée :

    - Tu disais que tu pourrais me faire crier ? Bah tu sais quoi, je demande à voir ! Je vais aller gagner cette petite nuit avec toi et on verra si tu mérites les louanges que me chantait le Lord !

    Décidée, la mécano s’avança jusqu’à la table des hommes et s’assit à une des chaises de libre. Il eut des regards étonnés mais la rousse n’en avait cure :

    - Il parait que vous jouez une nuit avec Annette, je veux en être. J’ai ce qu’il faut messieurs et… j’ai même un petit bonus.


    Elle sortit un petit anneau et le posa devant elle :

    - Aktech de réalité augmentée que j’ai piqué dans une boutique des hauts-quartiers. Ce modèle est sorti le mois dernier. Envoyez les cartes. J'ai un compte à régler avec notre amie blonde.

    Il eut quelques murmures mais les autres ne réagirent pas plus, un joueur est un joueur. Le dealer distribua et Lucie sourit, elle adorait le poker.
    avatar
    Annette PierceBelle-de-nuit

    Re: Prise de bec [ Annette et Lucie]

    Message par Annette Pierce le Sam 14 Juil - 22:29

    Prise de bec

    Lucie Field & Annette Pierce

    Annette n’était pas peu fière de sa répartie. Elle avait rarement l’occasion de prouver ses capacités à défendre son cas puisque de toutes manières, on la payait rarement pour papoter, bien qu’il arrive parfois qu’elle se la joue thérapeute entre deux galipettes. Elle qui pensait être plus ennuyée qu’autre chose par la présence de Lucie… Les événements sont vraiment différents de ce que l’on s’imagine ! Une petite victoire pour la prostituée !

    Cela ne durait pas. Le petit sourire moqueur de la blonde disparu lorsque son ennemie lui rappela que Callum s’inquiétait pour elle. C’est vraiment trop lui demander de se taire une petite minute pour qu’elle puisse jubiler et profiter de l’instant présent ? Nom de Dios ce qu’elle peut être pénible dans son genre ! Annette se mordilla la lèvre pour ne pas lui cracher au visage qu’elle ne sait rien d’elle, rien non plus de ses sentiments envers son homme. S’embarquer dans un débat stérile sur qui tient le plus à lui et qui compte le plus à ses yeux, sans façon ! Et puis le patron faisait un aller-retour pour apporter de quoi désaltérer la rousse. D’ailleurs, la prostituée s’attendait à une remarque de sa part, lui rappelant que ses fesses devraient se trouver sur les genoux d’un homme, plutôt que sur une chaise. Mais rien, pas même un regard réprobateur. Monsieur Guy doit être sacrément content d’avoir eu un petit quelque chose de la part de Lucie !

    Heureusement qu’il était déjà reparti… Cela lui permit de ne pas constater le regard assassin de sa prostituée. L’envie d’étrangler Lucie était violente. Pas la peine de rappeler qu’il y a une alchimie entre elle et Callum, Annette a bien eu des occasions de le remarquer… Étonnamment, Lucie ne profita pas de la colère de la blonde et lui proposa même une sorte de trêve. Rien de trop amical non plus, il était simplement question de plus se détester. Annette plissa les paupières, essayant de sonder son ennemie. Non, elle n’avait pas l’air de plaisanter. Saperlipopette, elle ne doit pas tenir l’alcool. En tout cas, cela avait eu le don de perturber la prostituée qui ne savait trop quoi répondre. Par définition, une conquête de Callum, même si ce n’est qu’un coup d’un soir, c’est une femme qui peut faire de l’ombre à Annette et briser son seul et unique rêve. Alors imaginer avoir une relation neutre, voire cordiale, avec l’une d’entre elles… C’était assez improbable !

    Le mot improbable n’était peut-être pas casé au bon moment de cette soirée. Il faudrait certainement l’utiliser plutôt à la suite des paroles de Lucie. Tout en essayant de garder une certaine dignité et de feindre que cela ne lui faisait rien, Annette se concentrait sur sa mâchoire. Celle-ci voulait se décrocher tant elle était étonnée par ses propos. Elle allait très sérieusement rejoindre la partie pour gagner une nuit avec la blonde ? Un litre d’alcool, par pitié… Il lui faudra au moins ça pour avoir un coup de pouce en cas de victoire de Lucie ! Et c’est qu’elle était très sérieuse puisqu’elle avait déjà pris place à la table de jeu et montrait aux yeux des autres ce qu’elle misait. La prostituée avala sa salive, se redressa et, la tête haute, elle rejoignit les joueurs.

    Histoire de motiver les troupes, elle détacha un peu le haut de son corset. Rien qu’un peu pour attiser la curiosité des hommes. Ces abrutis étaient en train de perdre, trop préoccupés à fantasmer à l’idée que deux femmes séduisantes se tripotent toute la nuit non loin d’eux. Ridicule ! Annette voulait bien faire bonne figure, mais s’ils n’y mettaient pas un peu plus de volonté dans leur jeu, ils ne verraient rien de plus que le haut de sa généreuse poitrine.

    Trente minutes, montre en main. C’est le temps que mit Lucie pour les battre un à un. Trente minutes d’agonies pour Annette. Enfin, agonie… L’agonie est quand même plus plaisante, puisqu’elle mène théoriquement à la mort. Là, Annette ne pourra même pas faire l’étoile de mer et attendre que ça se passe… Elle a un titre à défendre ! Verte. Elle était verte ! Vite un remontant… La prostituée rafla les verres des hommes et elle les siffla en un temps record. Elle claqua le dernier verre de boisson sur la table et déclara.

    « Messieurs, vous êtes bien décevants. »

    Sur ces belles paroles, elle quitta les hommes et la table de jeu. Lucie la suivrait ou non. Après tout, libre à elle de ne pas profiter de son gain. Annette, quant à elle, n’avait d’autre choix que de rejoindre la première chambre pour y travailler toute la nuit. Se rouler dans les orties serait bien plus drôle… Ah, si seulement Dios pouvait la foudroyer…
    avatar
    Lucie FieldHumaine pauvre
    Humaine pauvre

    Re: Prise de bec [ Annette et Lucie]

    Message par Lucie Field le Sam 14 Juil - 23:56

    Lorsque la première main arriva, Lucie eut un léger sourire, ce qu’elle aimait le plus au poker c’était la tension qui montait entre les joueurs. Plus les sommes étaient importantes, plus les gens avaient tendances à se perdre et à se vendre et là, à ce moment-là, les cartes n’avaient plus la moindre importance. Entre l’aktech, l’argent et la nuit avec Annette, les joueurs avaient gros à perdre. Alors ils paniquaient et montraient des signes de faiblesse qu’exploitait sans vergogne la rousse.  Un autre paramètre semblait les perturber, au vu de regards et sourires graveleux, ils devaient s’imaginait ce qu’allait faire une blonde en corset avec une rousse pourtant un des gants !

    Lucie se savait jolie et elle n’hésita pas à jouer de ses charmes pour déconcentrer un peu plus les joueurs. Aussi imperturbable que possible, elle ne s’amusa même pas des tentatives d’Annette pour motiver ses clients. Montrer sa poitrine restant sérieusement la pire des choses à faire ! Ils passaient plus de temps à la regarder qu’à jouer aux cartes !

    Finalement, Lucie les pluma les uns après les autres, en moins d’une demi-heure. Juste avant que l’alcool ne commence à faire son effet et que sa tête ne lui tourne. Comme elle ne buvait pas souvent, ça montait vite. Quand elle vit le visage dépité de la prostituée, elle ne put retenir un grand rire, quel tour elle venait de lui jouer !

    Surtout quand elle constata que la fille avait besoin d’un sérieux remontant. En être au point de vider les verres de vieux mecs à l’hygiène douteuse, elle devait vraiment détester sa nouvelle cliente ! Elle partit sans même se retourner en direction des chambres. C’était un moindre mal car Lucie commençait seulement à se rendre compte de ce qu’impliquait son acte.

    Coucher avec une fille qu’elle détestait par simple esprit de contradiction ! Juste pour l’embêter. Pour se donner un peu de courage, elle profita de ses gains fièrement acquis pour prendre une bouteille de liqueur fruitée, son alcool favori. Guy la servit mais lui fit également un sermon. Il lui expliqua comment se comporter avec Annette, de ne pas lui faire de mal et de bien penser à ce qu’elle ferait la prochaine fois qu’elle viendrait ici.

    - Promis, j’y penserais. Chambre une ? C’est bien ça ? Merci Guy.

    Lucie toqua à la porte de la chambre et entra. C’était étonnamment propre et joli. Elle s’était attendue à un truc beaucoup plus… vulgaire et sale. Mais non, là c’était presque mieux que chez elle. Annette se tenait assisse sur le lit et la regardait d’un air à la fois triste et furieux. La rousse s’en serait presque sentit mal de la faire travailler, elle n’était pas cruelle par nature. Quand bien même elle n’aimait pas quelqu’un. Elle ne dit rien, se contentant de retirer le foulard qu’elle portait tout le temps, ses lunettes et son gant-Aktech.

    Lucie ne le quittait jamais, sauf pour dormir, prendre une douche ou pour… ça.  Mais au lieu d’aller directement sur Annette pour l’obliger à faire son travail, elle l’invita à la rejoindre à la petite table. Lucie descendit une longue rasade de la liqueur et tendit la bouteille à la prostituée :

    - Ça va être la première fois que je touche une autre femme. Fais-moi une faveur, discute un peu avec moi avant de… faire ton travail, bois avec moi. Mets-moi à l’aise et fais-moi oublier ce qui nous sépare d’une telle façon.

    Lucie reprit la bouteille et reprit une nouvelle gorgé de l’alcool doux et sucré, il descendait avec facilité et donnait chaud à Lucie. La rousse examina en détails sa compagne pour la nuit. Si on excluait ses cicatrices, elle n’était pas sans charme. Au contraire, sa peau semblait lisse et parfumée et ses lèvres promettaient beaucoup de plaisir et appelait au désir. Un peu dans les nuages, elle dit :

    - Je comprends pourquoi Callum me parlait autant de toi, tu as vraiment des charmes que je n’aurais jamais. AH ! Je ne doutes pas une seconde que ça va être plaisant, mais je compte sur toi pour faire de ton mieux ! J'en veux pour mon argent !

    Elle rit un peu avant de tendre la bouteille à Annette.
    avatar
    Annette PierceBelle-de-nuit

    Re: Prise de bec [ Annette et Lucie]

    Message par Annette Pierce le Lun 16 Juil - 12:08

    Prise de bec

    Lucie Field & Annette Pierce

    La porte était restée grande ouverte après son passage. Annette connaissait très bien cette chambre, elle lui était en quelques sortes attitrée. Evidemment, elle aurait largement préféré y passer son temps avec Callum, mais bon, on n’a pas toujours ce que l’on veut… Est-ce qu’elle devait déjà se mettre nue pour attiser la curiosité de Lucie ? Non, elle pourrait bien se remuer un peu quand même. La prostituée n’allait tout de même pas lui mâcher tout le travail ! Elle décida donc de garder ses vêtements et même de réarranger un peu son corset.

    Voilà que la rousse passait déjà le seuil de la porte, après avoir toqué inutilement. Annette roula des yeux vers le ciel, puis son visage se ferma. Mais quelle peste quand même ! Elle propose une paix qu’elle n’instaure même pas et ose gagner une nuit avec la blonde ! Menteuse, menteuse, menteuse !

    Lucie l’invita à se rincer le gosier avec une bouteille qu’elle avait dû acheter à Monsieur Guy juste avant de venir. Oh, mademoiselle a besoin d’un petit remontant pour se donner du courage ? Bon, en même temps, Annette ne crachait pas sur la bouteille qu’elle lui proposa. Elle s’enfila une grosse gorgée sans même sourciller puis tendit de nouveau la bouteille à la rousse. Annette n’avait jamais le droit de trop boire sur ses heures de travail. Ce n’était pas une règle que son patron avait instauré, mais bel et bien une limite qu’elle s’était donnée toute seule. L’alcool amuse toujours les clients, cela les encourage également à consommer davantage, à allonger le chèque. Mais parfois, cela les rend violents. Une prostituée n’a déjà pas beaucoup de moyen de se défendre, mais si c’est pour qu’elle ne puisse pas être en capacité de fuir en cas de pépin… Un sourire d’enfer lui suffit déjà. Depuis ce malheureux incident, Annette a décidé de ne jamais trop abuser de la boisson. Cette gorgée était donc la dernière pour la soirée.

    « Tu peux boire tout ce que tu veux, je m’arrête pour ce soir. Il n’y aura que toi qui pourras oublier cette nuit, malheureusement. Enfin, vu mes talents, je doute que tu oublies tout. »

    La blonde repoussa aussitôt la bouteille lorsque la rousse lui tendit une nouvelle fois. Non, vraiment, sans façon. Il fallait déjà qu’Annette attende les effets de ce qu’elle avait bu à la fin de la partie et une poignée de secondes avant. Rien qu’avec ça et le fait qu’elle n’a rien mangé, la prostituée espérait se retrouver très vite dans un état d’euphorie suffisant pour se déchainer sur le corps de sa cliente. Pour le moment, le simple fait d’y penser lui donnait envie d’hurler. Alors, une petite conversation pour détendre ces demoiselles et donner du temps au temps, ce n’était pas de refus.

    La rousse avait la langue bien pendue, l’air de rien. Effet de l’alcool ? Excitation à l’idée d’avoir sa première expérience avec une femme ? Joie d’humilier la prostituée ? Elle fit un compliment à Annette et, contrairement à ce que l’on pourrait s’imaginer, cela ne lui allait pas droit au cœur. Si jamais elle lui plaisait, et si jamais elle devenait vraiment riche avec ses affaires, pitié qu’elle n’ait pas l’idée de revenir ici pour s’envoyer en l’air avec une femme !

    En marmonnant un « hum hum » sans conviction, la prostituée attrapa la bouteille d’alcool pour la mettre directement dans la main de sa cliente. « Bois, quand tu seras à quatre pattes par terre, ce sera plus facile pour toi. » Comme pour moi, voulut-elle ajouter. A la place, elle entreprit de lui raconter une petite histoire.

    « Ma première fois avec une femme, j’avais quatorze ans. Cela faisait déjà presque trois ans que je travaillais avec des hommes. C’était une femme qui avait l’âge d’être ma mère, mais passons sur ce détail. Je ne savais pas du tout comment m’y prendre, je n’étais pas une experte avec les hommes à cette époque, alors avec une femme… Elle a passé sa nuit à m’enseigner, à me guider. J’ai d’abord pensé qu’elle faisait ça pour vérifier que j’étais réceptive et une sorte de bon coup qu’elle pourrait venir voir régulièrement. Mais je ne l’ai jamais revue. Par contre, les femmes qui ont suivi ont toujours été enchantées de leur nuit passée ici. »

    Annette ne faisait pas partie de ces prostituées voulant être mystérieuses pour les clients. S’ils voulaient connaître son histoire, elle la contait en toute simplicité. Elle n’a pas de passé glorieux, pourquoi feindre le contraire ? Il n’y a qu’une tâche sombre qu’elle omet toujours, qu’elle ne raconte pas même à Callum. Elle ne voyait ici aucun problème à parler à Lucie de l’époque où on couchait avec elle pour très peu d'argent. Et puis, le temps passait ainsi et les effets de l’alcool commençaient à se remarquer sur le corps de sa cliente. Ses yeux avaient ce pétillant habituel après un paquet de verres. Ses joues avaient une belle couleur. Sa poitrine se soulevait plus rapidement pour respirer.

    C'est ce moment que choisit Annette pour ramasser son foulard. Elle ne comptait pas l'étrangler avec, aucune crainte. Et puis dans une lutte pour tuer l'une ou l'autre, aucun doute, Lucie sortirait vivante. La prostituée avait plutôt en tête de lui bander les yeux, comme l'avait fait sa formatrice un soir dans l'année de ses quatorze ans.

    « Cela ne t'ennuie pas ? »

    Lui chuchota la prostituée à l'oreille. Et comme elle n'essaya pas de la repousser, elle alla au bout de son idée. Avec délicatesse elle la priva de sa vue. Avec beaucoup de sensualité elle lui expliqua qu'être privé d'un sens décuple les autres. Et avec passion, elle commença à déposer des baisers ici et là sur sa peau. Son propre corps commençait à réagir à l'alcool et cela tombait très bien : avec juste un soupçon de brutalité, Annette attirait sa cliente vers le lit.
    avatar
    Lucie FieldHumaine pauvre
    Humaine pauvre

    Re: Prise de bec [ Annette et Lucie]

    Message par Lucie Field le Lun 16 Juil - 16:33

    Lucie n’était pas une idiote, elle se rendait bien compte qu’Annette avait envie d’être partout sauf ici. Pourtant, elle faisait celle qui ne voyait rien, l’alcool ou l’excitation d’une nouvelle aventure ? En tout cas, ce n’était pas par pure plaisir malsain de l’humilier, ce n’était pas dans la nature de la rouquine. Mais était-ce totalement sincère ? Pourquoi avoir spécifiquement choisit de rejoindre cette partie de poker pour gagner cette nuit avec ELLE ? Il y avait bien d’autre prostituées charmantes ici, qu’elle le veuille ou non, Lucie avait décidé de faire ça uniquement car elles avaient Callum en commun.

    Annette lui raconta un peu comment elle fonctionnait et Lucie ne put s’empêcher de tiquer sur le fait qu’elle ait commencé alors qu’elle était encore une enfant ! Comment avait-elle fait pour tourner aussi mal ? Ce n’était cependant ni le lieu ni le moment de penser à ce genre de chose déprimantes qui, en plus, ne la concernait pas du tout. La tête de la rousse commençait à lui tourner agréablement et elle avait chaud. Elle prit le temps d’ouvrir un peu son gilet pour respirer mieux.

    Pour sa part, Annette devait les trouver toutes les deux assez mûres pour passer à l’étape suivante car elle s’empara du foulard de Lucie et lui mit devant les yeux. D’abord surprise, elle trouva l’idée excellente et très amusante. Des cheveux qui n’étaient pas les siens lui chatouillèrent l’épaule et le visage, un doux parfum devait de sa gauche et un doux murmure se fit entendre. Non, ça ne la dérangeait pas du tout de se faire bander les yeux.

    De cette façon, les caresses seraient celles d’Annette mais celle qui lui ferait ça serait la personne que Lucie voulait imaginer. La blonde lui expliqua qu’on ressentait plus les choses avec un sens en moins. La peau en feu, La rousse la croyait sans problème et frissonnait de la tête aux pieds sous le contact doux de ces lèvres. C’était très agréable, beaucoup plus que quand c’était un homme qui lui faisait. Tous les gestes étaient délicats et précis… c’était un pur bonheur. De temps à autre, l’un d’eux se faisait plus «brusque » entretenant une sorte d’incertitude délicieuse.

    Lucie sentit les doigts d’Annette la lever avec un brin de vigueur et la pousser jusqu’au lit. Lucie laissa échapper une sorte de petit cris de surprise en tombant à la renverse et en sentant la présence de la fille au-dessus d’elle. Une autre série de baiser vient lui saisir le coup, c’est très plaisant et elle ne peut se retenir de rire. Mais surtout, elle ne put retenir ses mains, elles se posèrent sur les hanches d’Anette, explorant le corset et la jupe qu’elle portait.

    Lucie sentit très bien la blonde se crisper à ce contact, en dépit de toute sa bonne volonté, elle détestait visiblement sa cliente à un point épidermique. La rousse reposa ses mains et laissa l’autre faire son travail, elle n’avait pas envie de briser un moment si… excitant. Car en dépit de leurs oppositions, Lucie était très contente d’être là et de profiter de ce traitement. C’était un vrai bonheur de pouvoir faire ça avant de partir. Elle ne put même s’empêcher de soupirer et de gémir sous les attaques précises d’Annette. Elle riait, entre l’euphorie de l’alcool et l’excitation de son corps… mais patiente, elle décida de laisser Annette la guider et imposer son rythme:

    - Guide moi, comme on t'a guidée.
    avatar
    Annette PierceBelle-de-nuit

    Re: Prise de bec [ Annette et Lucie]

    Message par Annette Pierce le Mar 17 Juil - 23:40

    Prise de bec

    Lucie Field & Annette Pierce

    Lucie était surprise et elle lui fit comprendre à l’aide d’un petit couinement, entre le cri et le rire. Annette arqua un sourcil avant de se positionner à califourchon sur elle. Ça, c’était fait… Qu’elle ne soit pas étonnée par la suite, après tout, elle a voulu gagner une nuit avec la prostituée, elle n’aura pas intérêt à faire sa prude. Elle aurait très bien pu se contenter de gagner le pactole misé sur la table et de partir les poches remplies. Elle aurait très bien pu choisir une autre des filles. Il ne faudra pas qu’elle fasse sa mijaurée lorsque la prostituée lui enlèvera ses vêtements et parcourra les parties les plus intimes de son corps.

    Non en fait elle ne faisait pas sa coincée puisqu’elle se permit de poser ses mains sur la blonde. Ce contact la fit se tendre et plisser le nez. Un réflexe de dégoût que Lucie dû ressentir puisque l’exploration avec ses mains ne dura pas plus de quelques secondes. En soit, ce n’était pas dérangeant. Annette avait l’habitude d’être tripotée par tout un tas de personnes, dont des types pas franchement avenants. Si cela était réellement un problème, elle ferait une bien piètre prostituée… C’est surtout qu’elle ne s’était pas attendue à ce qu’elle se permette de la toucher. Ou pas tout de suite, étant donné que c’était à la sa première expérience avec une femme.

    La prostituée s’occupa de sa cliente, comme elle le ferait avec toute autre femme : elle commença par glisser ses doigts ici et là sur son corps, pour réveiller tendrement sa peau et provoquer de charmants petits frissons. Elle déposait quelques baisers tout en étant attentives à ses réactions : rires, sourires, soupirs. Lorsque ces derniers furent plus nombreux que tout le reste, Lucie lui demanda de la guider, comme l’avait fait cette fameuse femme, il y a bien des années. Cette demande fit sourire la prostituée. Si elle voulait le même genre de leçon, elle passerait bien évidemment à la casserole, mais devrait en échange procurer du plaisir à Annette. Est-ce qu’elle voulait vraiment faire ça ? Est-ce que l’alcool la bouleversait à ce point ?

    En laissant échapper un petit rire (Dios merci, la boisson fait un peu effet), Annette se pencha vers la rousse pour goûter à ses lèvres. Ah ! Elle ne l’avait pas vu venir hein ! Après tout, cela faisait partie du forfait, et puisqu’elle avait les yeux bandés, un rien pouvait la surprendre et l’émoustiller. Et puis, ce n’était pas comme si elle essayait de se dérober au baiser. Lucie en redemandait même. Annette ne faisait que s’exécuter pour le bon plaisir de sa cliente. Elle profita de cette diversion pour commencer à la dévêtir. Une fois le chemin vers sa poitrine ouvert, Annette partit à la découverte de sa peau.

    « On m’a appris qu’il faut être très attentive aux réactions d’une femme. Les lire, les interpréter, les ressentir pour mieux imaginer la suite. »

    Cela paraissait bien banal, pourtant bon nombre de prostituées n’en ont cure et cela fait toute la différence. En remontant très lentement le long de ses côtes, Annette put constater une certaine impatience de la part de la rousse. C’était amusant, un petit jouissif aussi, oui oui elle l’avoue. Du bout des doigts, pas plus, elle caressa la forme de sa poitrine. A chaque nouveau passage de ses doigts, elle appuyait un peu plus pour réveiller son corps davantage. Et puis elle décida d’inclure sa bouche et sa langue dans la partie, volant soupirs et gémissements à son ennemie.

    « L’avantage entre femmes, c’est que l’on sait parfaitement ce que l’autre veut et que l’on peut en jouer… »

    Elle quitta sa poitrine nue pour se diriger, toujours avec lenteur parce que son impatience était très appréciable, vers son ventre, son bas ventre, ses cuisses. Un baiser par ci, une main délicate par là. Un doigt qui s’attarde juste le temps d’obtenir un gémissement…

    Voir une personne que l’on déteste, sans même la connaître, à la merci de ses caresses, cela donne un sentiment de puissance… Annette n’avait pas l’impression d’être juste une prostituée que l’on peut insulter, rabaisser, dans son propre établissement. Le visage et le corps en feu de Lucie, c’était une fierté pour la prostituée. Un jour elle pourrait lui rappeler qu’elle a réussi à la mettre dans cet état, et cela lui suffisait pour se déchaîner toute la nuit et lui prouver que sa popularité, ce n’est pas du vent ! Car oui, si elle le souhaitait, la rousse pourrait repartir sans avoir fermé l’œil !

    Entre deux soupirs de plaisir de la rousse, Annette arrêta brusquement de chérir son intimé. Elle avait demandé à être guidée, tout comme l’avait été la prostituée, alors à son tour de découvrir le corps de la blonde. Cette dernière s’allongea sur le côté, la tête posée sur sa main, le coude sur le matelas. De sa main libre, elle souleva le foulard qui cachait les yeux de Lucie. Elle y lut un peu surprise, mais surtout de la frustration. Oh tiens, Annette aurait-elle arrêté au moment le moins propice ? Avec un air de défi, elle lui proposa de passer à la suite :

    « Tu voulais être guidée, tout comme moi ? Je t’ai montré un petit aperçu. Ma formatrice m’avait laissé dans ce même état avant de me demander de lui montrer que je comprenais le corps des femmes. Montre-moi ce dont tu es capable et je m’occuperai d’en finir avec toi. Avant d’en remettre une louche, si tel est ton désir. »
    avatar
    Lucie FieldHumaine pauvre
    Humaine pauvre

    Re: Prise de bec [ Annette et Lucie]

    Message par Lucie Field Hier à 11:48


    Dans la tête de Lucie, sa raison et ses pensées s’étaient retiré bien loin, si loin qu’elle ne pouvait pas les atteindre. Le peu de chose qu’elle pouvait encore contrôler et comprendre tournaient autour de ce qu’elle ressentait. Le souffle chaud, la caresse sur sa peau de ces doigts si agiles et expérimentés. C’était donc ça une femme, c’était ça que pouvait ressentir ses amants quand elle les touchait ? Très agréable sensation.

    Etait-ce l’alcool ou autre chose ? Les sens, surtout la peau, en feu. Elle répondait à la moindre sollicitation et s’amusait beaucoup. Annette savait se montrer imprévisible, assez pour que Lucie lui rende son baiser quand elle posa ses lèvres sur les siennes. C’était doux, elle avait le gout de la liqueur de fruit. Etrangement ça surprenait que la prostituée s’adonne à ça car c’était un geste d’intimité très particulier. Mais pas désagréable, au contraire.

    Mais alors qu’elles échangeaient, Lucie sentit qu’Annette défaisait les boutons de son gilet. Un après l’autre, ils sautaient et petit à petit, la rousse sentait sa peau respirer et entrer en contact avec le corset de son hote, mais pas seulement. Vins ensuite des doigts, passant sur elle et puis après, la chaleur d’une bouche. Un vrai délice, elle se tortillait, retenant comme elle pouvait ses mains.

    Entre deux caresses, le souffle chaud d’Annette vint auprès de son oreille et elle lui murmura comment elle s’y prenait pour lui faire autant de bien avec, au final, peu de chose. C’était une vraie torture, elle sourit comme une idiote en l’écoutant, riant à moitié. Encore des murmures à son oreille et une tension qui ne faisait que monter en Lucie.

    Elle n’avait qu’une envie c’était d’explorer elle aussi le corps de l’autre. Mais elle passa bien vite quand Annette s’attaqua à ses cuisses et son bas ventre. Même au travers du tissu, Lucie ressentait les morsures et les stimulations. Qu’elle continue, qu’elle aille plus loin ! La rousse en oublierait presque que c’est une fille qui la déteste qui lui fait tout ça. Elle oubliait qu’elle n’était qu’un jouet entre ses mains expérimentées et elle en oublierait presque tout…

    Sauf que non, Annette savait très bien s’y prendre que ce soit pour donner du plaisir, le reprendre ou le faire durer. Il eut un éclat de lumière et Lucie comprit que la blonde lui avait retiré son bandeau… Elle avait envie de lui hurler un « mais NAN ».  Au lieu de ça, un long soupire de désire et encore un sourire. Peu importe les cicatrices, là tout de suite, Lucie était au-delà de ça… Elle écouta ce qu’Annette lui disait mais ne pouvait détacher ses yeux du regard prédateur et triomphant de la blonde. Elle semblait, au-delà même de l’argent, trouver son compte dans l’aventure. Le fait de la dominer d’une certaine façon ?

    - D’accord, je vais voir si j’arrive à faire aussi bien.

    C’était peu probable, mais Lucie n’allait pas se démonter devant un défi que lui lançait sa rivale. Elle se débarrassa de son haut pour avoir les mains libres et repoussa la blonde sur le dos. En temps normal, elle se serait sentie effroyablement gênée qu’une quasi-inconnue la voit dans cet état, mais l’alcool était vraiment un excellent ami.

    Lucie se mit alors à caresser et embrasser Annette comme elle-même l’avait fait pour elle, elle essayait d’appliquer ce qu’elle lui avait dit quelques minutes plus tôt et de provoquer ces mêmes soupires qu’elle avait poussé. La rousse n’eut même pas à se forcer, instinctivement, ses mains trouvaient là où aller et retiraient doucement le vêtement qui emprisonnait la poitrine de l’autre.

    Quand elle eut une idée, elle plaça son foulard sur les yeux d’Annette en lui murmurant :

    - Je vais te faire quelque chose que personne, personne d’autre que moi peut te faire.

    Elle se leva et alla mettre ses lunettes et son SR1, avec ça, elle manipulait des composants de l’ordre du millimètre, elle pourrait bien s’en servir sur le corps d’une femme ! A son tour, elle rendit son baiser à Annette et commença à faire passer le champ de manipulation aux endroits sensibles. Cela demandait beaucoup d’effort à la rousse de faire ces deux actions, mais ça valait le coup.

    D’expérience, elle savait que c’était unique, absolument unique.

    Contenu sponsorisé

    Re: Prise de bec [ Annette et Lucie]

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 19 Juil - 2:18