Aller en haut Aller en bas

    avatar
    Maxwell AndersonChampion de l'arène

    Maxwell Anderson, le gladiateur

    Message par Maxwell Anderson le Mer 27 Juin - 13:34

    Maxwell Anderson

    Carte d'identité

    Nom : Anderson

    Prénom : Maxwell

    Date de naissance et âge : 12 mai 965 ( 35 ans)

    Taille : 1m97

    Origine : Öazys mais vivant sur Baal actuellement

    Aktech' : Prothèses de bras, modèle militaire dédié à l'exploration initialement conçu pour transporter des armes mais endommagés lors de ma capture par Murdoch

    Rang : Champion de l'arène  

    Physique (optionnel)


    Je suis assez facilement reconnaissable, vous devez en convenir. Très grand, je frôle les deux mètres, j’ai une carrure très sportive et bien charpenté. Forcément, avoir deux bras robotiques aide un peu. Ce sont des prothèses destinés aux explorations et au combat très proche de l’anatomie de mes anciens membres, elles sont d’une belle couleur noire et j’en suis très fier. Pour le reste… j’ai les cheveux bruns très sombres, tirant sur le noir. Au coin des yeux, j’ai des attaches pour mon interface tête haute, quand je l’utilise, c’est comme si je portais des lunettes de soleil ( qui est une de ses fonctions). J’essaye autant que possible d’entretenir ma barbe, ce n’est pas simple mais je m’en sors assez pour qu’elle ressemble à quelque chose.

    Pour le reste, ce n’est pas très intéressant de vous en parler… le mieux est de le découvrir par vous-même.

    Caractère


    Avant, j’étais quelqu’un de droit, de fier, un militaire heureux, allant en exploration. J’étais du genre de ceux sur qui on peut se reposer. Toujours sérieux, efficace et volontaire. Certains me prenaient pour une sorte de paladin. Même si je dois vous avouer, j’adorais enchainer les histoires amoureuses, hommes ou femmes, qu’importe.

    Je savais profiter, avec parcimonie, de ce que mon peuple et mon pays pouvait m’offrir. A l’époque, je n’étais pas cynique désabusé et sans espoirs, au contraire.

    Malheureusement pour moi, j’ai tout perdu, je me suis laisser aveuglé par mon orgueil de militaire et ça m’a conduit à ma perte. Plutôt que d’admettre ma défaite, je me suis entêté, entrainant tous mes compagnons dans la mort et m’entrainant dans l’esclavage et vivant en sursis constant. Beaucoup de choses ont changées dans ma tête.

    Dans l’état actuel des choses, je vais vous dire ce que je pense. Ce que j’étais avant n’est plus vraiment important. Je pense encore à ma famille, ma copine que j’ai laissé pour me lancer dans une poursuite suicidaire dans le désert… mais ça fait maintenant deux ans que je suis parti, je ne crains plus vraiment de les perde et je n’ai pas non plus l’espoir de les revoir. Si votre univers se réduit à une cage, vous ne pensez plus aussi loin qu’avant et vos motivations deviennent beaucoup plus triviales. Survivre et sortir de là, peu importe le prix…

    J’en suis au point de demander de l’aide à la personne m’ayant plongée dans cette situation, à la supplier de me prendre sous son aile et de me laisser tuer les ennemis de son peuple, tant que je puisse sortir de là. J’ai appris à une plus craindre la mort, mais  la façon dont je l’affronterais. Pour ma part, je refuse d’être tué comme du bétail, je suis militaire et c’est l’arme à la main que je passerais dans l’au-delà

    Histoire


    Je regarde la personne en face moi, c’est une femme pour une fois. Grande, elle a le visage dur et serre les poings en me voyant. Certainement une soldate, mais elle ne semble pas venir d’Oazys, je l’aurais bien interrogé mais d’ici une ou deux minutes, elle ( ou moi avec un peu de chance) sera morte.  

    Un peu blasé, j’active mon interface tête haute (que j’appellerais ITH maintenant). C’est simplement la version militaire et sous stéroïdes d’un aktech de réalité augmentée. Enfin, avant c’était le cas… depuis ma capture, ils m’ont presque tout retiré, ne me laissant que le strict minimum pour me battre.  La plupart de ses applications de combat ne sont plus qu’un lointain souvenir.
    Mais bon, soyons clair, avec une simple épée en acier pour se battre, ce n’est plus très utile.

    Quelques instants plus tard, la tête de la femme roule sur le sable, la pauvre… Elle n’avait rien pour se défendre, tout juste une sorte de poignard. Ces dingues d’adorateurs de Dios adorent le sang et les combats déséquilibrés.  Elle s’est bien débrouillée pourtant, mais c’était couru d’avance. Après tout, je suis un pathfinder, un explorateur d’élite de l’armée Oazyenne. Laissez-moi vous expliquer pourquoi je me retrouve à me battre dans une arène, sur le dos d’un golem géant !

    ***

    Je suis né à Oazys dans une famille aisée, des ingénieurs en robotiques de pointe, j’ai deux sœurs dans l’armée et une autre qui est chercheuse. Seul frère, et ainé de la fratrie, je n’ai pas vu une seule autre voie que m’engager dans l’armée. Peut-être un syndrome  du sauveur, j’avais l’habitude de protéger mes petites sœurs et je crois que ça a profondément déteint sur moi.  

    Je vais vous épargner mon enfance, elle est tout à fait banal, je suis allé dans un bon lycée, j’avais des copains, des copines et des bonnes notes. C’est peut-être aussi un des facteurs qui a fait que j’ai choisis un bataillon de reconnaissance plutôt que la garde. J’en avais ma claque de la routine, je voulais un peu bouger, me mettre en danger et voir du pays ! Je peux déjà vous dire que je n’ai pas été déçue du voyage. Vous savez à quoi ça ressemble une expédition ? C’est le danger constant, le risque de se faire tuer par tout ce qui se cache dans le sol, les arbres, les roches et le ciel. Mais c’est aussi l’opportunité de voir le monde et de découvrir des trésors.

    En dépit de tous les risques encouru, je ne vous cache pas que j’adorais quitter la sécurité de la ville et partout dans le désert. Du rang de simple soldat, je suis passé à celui d’officier en moins de dix ans ! Un petit officier, mais officier quand même. Lieutenant Anderson, ça claque non ? Les explorations prélevaient souvent leur quota de vie et les volontaires n’étaient pas les plus nombreux, ça doit aussi aider, je l’admets.

    Mais au final, si je devais diviser ma vie en trois parties, celle-ci ne serait que la première ! Car peu de temps après ma promotion, j’ai été abordé par le gouvernement pour tester une série d’Aktechs expérimentaux. Le programme « Pathfinder ».

    Le gouvernement central nous a offert une très grosse somme d’argent si on acceptait de se faire greffer des prothèses de bras d’un nouveau genre. Un modèle en acier-titan, équipées d’armes embarquées, des lames, un shocker et une réserve de fero-fluide manipulable. Tout ça plus l’armement conventionnel, je vous laisse imaginer qu’on allait faire de gros progrès en matière d’exploration ! Enfin, c’était ce dont j’étais équipé. Certains copains embarquaient des radars ou des instruments utiles à la survie en milieu hostile.

    Nous étions douze volontaires pour les expériences du programme. Je me souviens encore du visage de tous, nous étions amis. Certes, j’avais des préférences, mais j’aurais donné ma vie pour chacun d’entre eux. Pendant quelques temps, nous avons mené des explorations dans des endroits où personne ne voulait ou ne pouvait aller.

    Mais ceci n’était qu’une partie de notre travail. De par nos compétences, nous devions parfois aussi faire «  du sale boulot ». C’est-à-dire, traquer les criminels qui utilisaient le désert comme refuge. Pirates, contrebandiers, voleurs, terroristes… je ne compte plus le nombre de pauvres gars sur qui nous sommes tombés et que nous avons ramenés dans la ville.

    Taux de réussite 100%, taux de mort au combat : 0%.

    Enfin, ça c’était jusqu’à ce qu’ELLE arrive. Elisa Murdoch, aussi connue sous le nom de Fury.

    Cette fille, je n’ai jamais compris comment elle a fait pour aussi mal tourner. Je veux dire…elle et moi n’étions pas si différents à une époque. Elle rêvait juste d’aventure mais le destin n’est jamais juste avec tout le monde.  Cette gamine, car elle avait à peine vingt ans à l’époque, s’était enfuit dans le désert suite à un crime et quand elle était revenue, c’était pour faire sauter un dépôt d’Aktech de l’armée et tuer douze soldats. Avant de repartir aussitôt.

    Vous le devinez, c’est une mission pour les pathfinders. En fait, ce fut la dernière mission du corps, du moins à ma connaissance. Ça va maintenant faire deux ans que je suis prisonnier sur Baal. Peut-être qu’ils ont reconstruit une nouvelle équipe, apprenant de nos erreurs ? Je ne saurais le dire, je l’espère. Nous avons poursuivi cette fille pendant une semaine, ce n’est rien une semaine! C’est le temps qu’il lui a fallu pour nous décimer.

    Elle arrivait à nous distancer sans le moindre problème et, à sa guise, elle venait engager le combat avec nous. A chaque fois qu’elle nous attaquait, sa venue était précédée par une créature et, comme par magie, certains de nos Aktechs s’autodétruisaient.

    Nous n’en avions pas peur, pas au début, mais quand le premier des nôtres est tombé, nous en avons fait une affaire personnelle et on a décidé de la suivre jusqu’au bout. Erreur stupide…Un par un, ils sont tous mort. J’étais aveuglé par la colère, je voulais la tuer et j’ai entrainé tout le monde dans ma chute. J’avais passé ma vie à m’entrainer, nous étions les meilleurs ! Une simple psychopathe ne pouvait tous nous tuer ! Mais si, elle l’a fait…

    Quand le dernier copain est tombe, Antony Genessis, un petit gars des bas-quartier. Quand je me suis retrouvé seul, j’ai commencé à perdre les pédales, encore plus qu’avant. Quand vint le monstre qui devrait me tuer, signe qu’Elle arrivait, je lui aie foncé dessus sans penser une seule seconde à ma sécurité. Je n’avais plus rien à prendre.

    Mais à croire que la folie a du bon, car Elisa m’affronta en duel, inégal, mais dans un duel quand même. Durant la confrontation, je parvins à lui enfoncer une lame dans le ventre, pour se venger, elle me fit exploser une roquette au visage. Je crois bien que c’était la première fois de ma vie que je me faisais mettre au tapis. Je me souviens de ces yeux de folle, elle prenait plaisir à me voir me débattre dans une armure endommagée, elle avait l’air d’un prédateur cruel et sans pitié pour sa proie.

    Quand le l’ai blessé, j’ai vu son visage, il n’y a même pas eu de douleur dessus mais juste un mélange entre un orgasme malsain et de la surprise. J’ai aussi vu une profonde satisfaction à m’écraser sa mitrailleuse sur la tête.
    C’est de cette façon que la deuxième partie de ma vie se termine…


    ***



    Ça fait deux ans depuis cette confrontation, deux longues années où je croupis dans les geôles de Baal. Contrairement à beaucoup de mes colocataires, je n’ai pas perdu l’espoir de vivre, pas tout de suite du moins.  J’ai multipliés les tentatives d’agressions envers le personnel et le peuple de ce foutu golem ! Quand je me suis réveillé par exemple, je venais à peine d’arriver là-bas. Je ne sais pas comment Murdoch avait fait pour me déplacer, mais je me souviens bien avoir tué trois gardes et provoquer la destruction d’une maison. Pour la maison, c’est plus la faute de Murdoch que la mienne, elle m’avait encore fait exploser une roquette dessus…

    Ma combativité avait dû les impressionner car je me souviens mettre réveillé dans une cellule, étrangement léger et nu… Pour la simple et bonne raison, ils m’avaient retiré tout ce que j’avais en dehors de mes prothèses et de mon ITH.  Mais même là, j’étais diminué, plus une seule arme embarquée, plus d’interface de combat… juste deux bras en métal et une paire de lunettes. Au moins, j’étais encore vivant et à ce moment, c’était la seule chose qui me semblait importante.

    Tant que je suis vivant, je peux me battre et fuir, rentrer chez moi et me venger.
    On me traina jusqu’à une arène et on me mit une épée en acier dans les mains. Globalement j’avais deux choix, soit tuer le gars en face, soit me faire tuer, que ce soit par lui ou par mes gardes. C’est donc à ce moment que j’ai commencé ma carrière de gladiateur. Privé de liberté, je ne voyais que ma cellule ou le sol de l’arène, ma vie n’était rythmé que par les combats, tous plus violent les uns que les autres. Tuer pour rester en vie, j’étais bon et visiblement les gens m’aimaient car jamais personne ne venait me chercher pour me sacrifier.

    Les premiers mois, j’ai longuement planifié une révolte avec quelques-uns des prisonniers, je devais attraper un des gardes, lui briser la nuque et récupérer son émetteur pour aller jusqu’au portail qui permettait d’accéder à Baal. Simple mais direct et avec de bonnes chances de réussir… Sauf que non, sur 18 évadés, 17 sont morts. Je vous laisse deviner qui a survécu ? Le pire dans l’histoire, ce n’est même pas qu’ils sont morts durant la fuite ! Les gardes les ont récupérés vivants et ensuite ils les ont sacrifiés !

    Pourquoi je n’ai pas été l’un deux ? Un mot, Murdoch, elle m’a assommée à la seconde où je suis sorti de la prison et ma remit dans ma cellule. Ensuite, elle m’a couvert, disant que je n’avais rien à voir dans cette histoire… Vous vous rendez compte ? je lui dois ma vie putain.

    J’ai vu défilé des centaines de personnes dans les cellules du stade. Des gens sympa, des cons, des lâches, des courageux… La plupart se sont entretués, certains n’ont fait que quelques combats et sont partis au sacrifice ou alors ont essayé de s’échapper… Enfin, il en restait certains, des durs à cuire, ceux-là c’était les gens qu’on me faisait affronter. Je les croisais et je les réduisais en cendre. Plus j’étais violent, expéditif et cruel avec mes adversaires, plus le publique était content.

    Les gens ont commencés à me surnommer, au fur et à mesure des combats, « Ashai », «  le maitre de l’arène ». C’est plus vendeur que Maxwell Anderson, il faut en convenir. Petit à petit, j’ai commencé à délaisser mon nom, je me présentais sous celui qu’ils m’avaient donné. Sauf devant une seule personne…

    Murdoch, ou Fury comme elle voulait que je l’appelle, venait souvent me rendre visite. Elle me racontait la vie en dehors de la cellule, de son service auprès de Dios. Elle me parlait de l’argent que je lui rapportais en me montrant un gladiateur impitoyable.

    Un jour, elle m’a dit qu’elle adorait me voir arracher la colonne de mes adversaires. Pour lui faire plaisir, j’ai décidé de le faire à chaque fois que je tuerais quelqu’un, comme une signature. Parfois, il n’était même pas mort quand je le faisais. Etait-ce la raison de son affection pour moi ? Ou alors étais-je un trophée qu’elle pouvait exhiber toute les semaines devant une foule de gens ?

    Ce genre de questions… ce genre de questions, j’ai arrêté de me les poser au fur et à mesure. Au début, j’ai laissé tomber l’idée de me venger, je voulais juste rentrer… puis je me suis rendu compte que je ne pourrais certainement pas retourner chez moi, alors je voulais juste fuir aussi loin que possible. Maintenant, je veux juste rester en vie et malheureusement pour ça, je dois livrer un combat sans fin, sans jamais faillir.
    Quel triste constat.

    ***


    Voilà, vous savez en gros ce qu’il s’est passé durant toute ma vie, je crois pouvoir dire que c’est pas mal parti en vrille. Un garde me place une sorte de collier qui neutralise mes prothèses, enfin leur force exceptionnelle, et  je regagne ma cellule. Une victoire facile, mais grâce à elle je pourrais vivre un peu plus longtemps. Je refuse de mourir autrement que l’arme à la main. C’est mon dernier objectif dans ce qui me sert de vie. Je veux mourir en ayant le visage couvert du sang de mes adversaires. Je n’ai même plus l’espoir de revoir ni mes parents ni mes sœurs. Je n’ai même plus vraiment l’espoir de vivre. Je veux juste mourir au combat, peu importe qui j’aurais en face de moi, tant qu’il est plus fort que moi.

    Malheureusement, jamais je ne pourrais trouver une fin digne de ce que je recherche si je reste coincé dans cette cage jusqu’à la fin de mes jours.  Si pour ça je dois jurer allégeance, à Dios et tuer en son nom ! En dépit de tous ce que j’ai subis à cause de lui je le ferais ! Kin m’a abandonné à mon sort, je n’ai plus aucune raison de croire en lui.

    Je suis là, à regarder au travers les barreaux, et je vois encore Murdoch arriver, toute souriante et heureuse, agitant un gros paquet d’os devant moi. Je lui ai encore rapporté de quoi se faire plaisir. J’en peux plus, je veux sortir et je ferais tout pour ça ! Elle s’approche de moi et je passe un bras à travers les barreaux pour la saisir. Je la regarde, mes yeux à moitié fou dans les siens, et je lui dit :

    - Fais-moi sortir d’ici et je tuerais tous ceux que tu voudras. En ton nom, au nom de ton peuple, au nom de Dios. Laisse-moi l’occasion de vrais combat, ma vie est terminée, elle ne m’apartient plus. Elle est à toi et à ton dieu, alors utilise-la judicieusement.

    Oui, j’en suis là… vendre ma liberté pour pouvoir mourir.

    Autre

    Comment as-tu connu le forum ? I'm back, it's at all

    Est-ce un double compte ? : DC de Lucie

    Re: Maxwell Anderson, le gladiateur

    Message par Elisa Murdoch le Mer 27 Juin - 15:49

    Mais regardez qui voilà ? Ne serait-ce pas le petit Max à sa Fury ? Mais oui ! I love you

    Qui va être très très sage et va servir Dios ? C'est toi ! Razz On va bien s'amuser, tu vas voir ! Ce sera bien mieux que de servir ces idiots d'öazyskyans ! Twisted Evil

    Je réserve un RP direct quand tu seras validé !! Razz Prems !!! cheers

    avatar
    Maxwell AndersonChampion de l'arène

    Re: Maxwell Anderson, le gladiateur

    Message par Maxwell Anderson le Mer 27 Juin - 15:56

    Avec plaisir madame Murdoch !
    avatar
    DiosDivinité télépathe et métamorphe

    Re: Maxwell Anderson, le gladiateur

    Message par Dios le Jeu 28 Juin - 15:07

    Bienvenue à toi, mon tout nouveau serviteur !

    Tu as lutté mais tu as fini par comprendre que la seule vraie solution pour tenir la longueur est de faire partie des baalkyans. C'est bien. Brave petit esclave !  Twisted Evil

    Allez, obéis bien à ta maîtresse, rapport lui des nonos et je suis sûre qu'elle te le rendra bien.  Razz

    Je n'ai rien à redire sur ta fiche : elle est très bien ! Tu es donc officiellement validé ! Va, explorateur, tu es un habitué mais je le redis quand même :

    Tu peux désormais :

    -répertorier ton rôle

    -répertorier ton avatar

    -éventuellement proposer un prédéfini

    -Lancer un RP (c'est le principal o/ et si tu veux des styles de présentation il y en a ici), en proposer un ou répondre à une demande de RP

    -Partager tes idées ou partager tes questions pour améliorer le forum si tu en as

    -Lire ou relire la foire aux questions si besoin

    Enjoy !! Wink

    InvitéInvité

    Re: Maxwell Anderson, le gladiateur

    Message par Invité le Ven 29 Juin - 7:54

    Callum "Lord" Queen



    Re-bienvenue et au plaisir de jouer un de ses quatre matins... Wink

    InvitéInvité

    Re: Maxwell Anderson, le gladiateur

    Message par Invité le Ven 29 Juin - 10:35

    Kiana Chiani



    Bienvenue et au plaisir de te rencontrer sur Teren Very Happy

    Contenu sponsorisé

    Re: Maxwell Anderson, le gladiateur

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 21 Nov - 0:31