Aller en haut Aller en bas

    avatar
    Blue Zandal'arFurettozorus Rex Blue

    Symphonie pour une hécatombe -Günter-

    Message par Blue Zandal'ar le Sam 23 Juin - 17:17



       
    Symphonie pour une hécatombe

       
    "De quelque passion que l'âme soit atteinte, elle ne veut jamais endurer de contrainte "

     Nyx
    Après une année à caracoler et me préparer à la chasse à l'homme, séduite par les écris et les fantasmes romanesque des libraires de Baal, j'en venais enfin à passer à l'action. Un plan comme le mien se devait d'être préparé à l'avance: On ne chasse pas un loup en étant un agneau, il faut devenir loup pour savoir débusquer et déterrer la bête.

    J'avais mis ma tenue traditionnelle Zanda'ar, amples mais léger, où Ursoc pouvait à loisir se cacher et dormir où bon lui semblait, comme le portrait ci-contre pour aller débusquer l'humain: Effigie monotone mais fidèle à mon envie de chasse.
    Dépeinte de rouge, de noire et de blanc, ma peau avait été langoureusement esquissée à l'encre telle une peinture de guerre, annonçant une longue et périlleuse aventure sanglante.

    Cependant je n'étais pas encore toute à fait prête à entamer ce long périple, Loyale à Baal, mon âme n'aurait su trouver la sagesse et le courage requis sans avoir demandé à Dios sa divine protection tout au long de mon absence. Ce à quoi, j'aspirais en allant visiter le mémorial lui vouant un culte sacré.

    ________________________________________
    Son calumet toujours attaché à sa hanche droite, son poignard étincelant contre sa cuisse, son arbalète de précision dans le dos ainsi que quelques carreaux de carbones, la demoiselle se tenait, droite et émerveillée devant le temple de Dios.
    N’importe quel novice aurait pu comprendre, ainsi vêtue de rouge et de blanc, de peintures de guerre et d’armes entrelacés, qu’elle partait à la bataille, à l’aventure.

    Sa main droite se resserra contre un petit sac en toile qu’elle tenait fermement entre ses doigts, ce dernier émettant un fin cliquetis de métal à chacun de ses pas, un coffret bien assez court mais large y demeurait.
    Ses iris Turquoises tirant sur un cyan magnifique s’agrandirent d’autant plus quand elle découvrit la noblesse du temple et les sentiments qui s’en dégageait.
    Les parfums divins et florales, violacés et pourpres enivrait la jeune femme, la crinière au vent et le nez relevé, les notes et les senteurs qui se dégageaient du lieu sacré lui insufflèrent un sentiment de sérénité et de paix.

    "-  Ainsi donc, voici son temple, aussi grand et magnifique que ce à quoi j’aspirais..."

    Un léger sourire sur la pointe de la commissure de ses lèvres et elle entra avec lenteur et distinction dans le temple où déjà, quelques fidèles semblaient effectuer leurs prières.
    Sans les déranger, Blue déposait ses armes au niveau de l’entrée de la paroisse, ses yeux vaquant d’ici à là, entre les fins vaisseaux lumineux qui passaient outre les corridors et les arches des l’architectures.
    Nobles et gracieux, ils dégageait une vision sacrée et mystérieux, tel un fin trait de lumière transperçant la serrure délicate d’un secret.

    Toujours avec sérénité et pacifisme, elle allait jusqu’à l’autel où, par quelques bruits de frottements successifs, de la soie sur le métal, elle finit par ouvrir son coffret.
    Le léger bruit de grincement lourds permis d’y relâcher la vision de ce qu’il contenait : deux coeurs humain en parfait état, arrachés à la poitrine palpitante des sacrifiés le matin même, alors que l’aurore était encore bien endormie.

    Quelques pas, quelques rangées et elle se glissa telle un félin, avec souplesse et silences aux cotés d’autres fidèles afin d’émettre une prière exhaustive, désintéressée mais sincère et humble à sa divinité.
       


    _________________


    avatar
    Günter JaegerChaperon Rouge

    Re: Symphonie pour une hécatombe -Günter-

    Message par Günter Jaeger le Dim 24 Juin - 13:35

    Le petit chaperon rouge avait décidé de refaire son stock de viande humaine : son réfrigérateur était vide. Cela impliquait pour lui de quitter Baal pour quelques temps, afin de partir en quête d’humains qui lui serviraient de repas, de bouillon et même de monnaies d’échanges grâce à leurs ossements.
    Comme avant chaque grand départ, le blond cannibale se rendait au temple afin de prier Dios de bien vouloir veiller au succès de son voyage en lui accordant sa bénédiction.

    Comme d’autres fidèles de Dios, il n’était pas le seul présent au temple. Il se faufila pour se rapprocher de l’autel dédié à la vénérable et unique divinité de Teren. Les gardiens des différentes nations où vivaient les mortels ? Ils n’avaient rien de divinités ! Ils avaient été conçus par les premiers humains qui avaient habités Teren dans le but de les protéger de ces terres qu’ils avaient aussitôt jugés hostiles. Dios était le seul être réellement divin et l’unique qui méritait d’être vénéré.

    En se faufilant pour passer devant, Günter bouscula une jeune femme à l’allure atypique. Il grogna un vague mot d’excuse à peine audible. La sociabilité ce n’était pas trop son truc… Il s’apprêtait à en rester là quand il entendit un petit sifflement et vit sortir de sous l’attirail de la jeune femme qu’il venait de bousculer, un petit furet visiblement pas content de s’être fait réveiller brusquement.
    Si les rapports de Günter avec ses semblables humains laissaient à désirer, il en allait tout autrement avec les animaux avec qui il pouvait même faire preuve d’empathie. Le fidèle de Dios se tourna vers le petit animal qui montrait les crocs et s’inclina :

    - Aah pardon de t’avoir bousculé petit furet, je ne l’ai pas fait exprès, vraiment. Acceptes-tu ces croquettes pour me faire pardonner ?

    Günter avait tendu une petite poignée contenant trois croquettes. Elles étaient destinées à son familier, Kadaj, un coyoflam qu’il avait laissé continuer à se prélasser au soleil à proximité de l’entrée du temple. Cependant, il n’était pas inhabituel que Günter distribue ce genre de petites douceurs aux animaux qui croisaient sa route.

    - Désolé pour ton furet. Dit-il un peu brusquement mais sincèrement à l’adresse de l’humaine qui portait le petit animal.

    Des excuses pour avoir bousculer la jeune femme ? Il ne fallait pas en espérer autant…

    avatar
    Blue Zandal'arFurettozorus Rex Blue

    Re: Symphonie pour une hécatombe -Günter-

    Message par Blue Zandal'ar le Mar 26 Juin - 1:12



       
    Symphonie pour une hécatombe

       
    "De quelque passion que l'âme soit atteinte, elle ne veut jamais endurer de contrainte "

     Nyx
    [left]Se faire bousculer proprement parlé, ça arrive à tout le monde, surtout dans des endroits grouillants de baalkaens, J’adressais donc un sourire de courtoisie à la personne détenant une crinière blonde comme les blés à mes cotés, tentant avec empathie de lui faire comprendre que cela n’était pas grave…
    Seulement Ursoc n’était pas de ces êtres empathiques et altruistes et aussitôt qu’on le réveillait d’un lourds sommeil réparateur, du au voyage éreintant vers la cité-mère de Baal, il Feulait de mécontentement.  


    ________________________________________
    Le regard de la jeune femme se durcissait promptement vers le pli de son épaule, quand la petite bouille blanche aux yeux noirs fit son apparition au niveau de son cou.
    Elle aurait préféré qu’Ursoc ne se montre ni en publique, ni soit importuné par une si petite secousse.
    Les petites oreilles triangulaires et son air d’ourson avorté, yeux mi-clos par le fait qu’il avait surtout une énorme tête dans le cul, essayait de voir qui était ce malotru qui essayait de l’acheter à coups de croquettes.

    Blue levait ses yeux remplis d’excuses vers l’inconnu au chaperon rouge, elle ne savait pas quoi dire ni quoi faire face au comportement ingrat de son animal de compagnie. De l’animal de compagnie de sa défunte mère.
    Reportant son attention sur le petit être ayant toujours une mine de taupe-aveugle, La Zandal’ar poussait un léger soupire dont le petit animal sentit le courant d’air effleurer son pelage immaculé.

    Il ne bougeait pas d’un poil, ses iris d’obsidienne continuaient à fixer l’inconnu avec un air franchement complexe à décrire.
    A mi-cheval entre un regard d’ours dominateur énervé et celui d’une peluche-doudou à câlins : aussi mignonne qu’elle pouvait être ridicule.
    Lorsqu’il sentit le souffle de Blue, les petites oreilles touffues d’Ursoc se redressèrent.
    Prenant un air fier et arrogant, l’animal avait levé son long cou poilu en gonflant son tout petit corps chétif à la façon d’un serpent agile.
    Ses paupières mi-closes semblaient donner des avertissements.
    De quoi franchement mourir de rire quand on sait que l’animal ridicule par sa taille, n’aurait absolument rien pu faire contre un Baalkyan à la carrure de cet inconnu.

    Alors, à bout d’impatience et de ses nerfs, le furet immaculé feulait une seconde fois avant de poser sa tête sur l’épaule de la demoiselle qui du retenir un léger fou-rire aux tons gais et enjôleurs.
    "  C’est moi qui m’excuse, je ne sais jamais quoi faire quand il prend une tête aussi adorable que ridicule… N’est-ce pas Ursoc ?"

    L’animal inspirait profondément avant de relâcher un soupire si puissant et long qu’il semblait dire «  Tu me fais chier  » à l’adresse de sa maîtresse: Vraiment pas matinale le fufu.
    Puis, n’ayant pas quitté l’inconnu des yeux, il releva doucement la tête, ses moustaches commençant doucement à frémir tant son museau venait à se tendre vers cet homme à la chevelure décomplexée.
    "  Tiens, prends-le si le coeur t’en dis, je crois qu’il a finit de te bouder."
    Le fin et long animal au pelage soyeux se préparait, tel un « U » inversé à squatter ce qui était squattable dans l’optique de… tester un nouveau dodo mouvant.
    Se ramassant sur lui tel un félin, ses pattes arrières trépignaient à un point tel que son impatience contrastait avec ses airs de mâle dominant, il attendait que l'inconnu se saisisse de lui: s’en était véritablement à mourir de rire !
    " Il ne mord que les humains qu’il mange généralement. Ursoc est un fin chasseur !"

    Ajoutait-elle avec une voix basse, afin d’éviter de perturber les personnes priant et méditant autours d’elle. Elle n’avait pas oublié qu’elle était ici dans un but précis, néanmoins, affichant une moue septique, ne croyant jamais au hasard mais surtout à la destiné, elle se demandait soudainement si…
    Et si c’était Dios qui avait mit cet inconnu sur son chemin afin de l’aider dans son aventure chasseresse ? Prenant son courage à deux mains, elle poursuivit :
    " Cela vous plairait-il de venir chasser  avec Ursoc et moi le temps d’un trajet ?  Je pense que le petit n’en sera que plus heureux ! … enfin… Si vous acceptez bien sur ! "

    Ajoutait-elle d’une voix basse toujours aussi amicale et enjouée.
    Chasser leur permettrait peut-être de faire d’avantage connaissance et permettrait au petit ours blanc de se dérouiller les pattes étant donné que cela faisait presque un an qu’il n’était pas partit du tipi de sa véritable maîtresse.
    Mais à savoir si le jeune homme devant elle n’était pas trop occupé pour les accompagner où encore, s’il était assez sociale pour accepter la compagnie d’un furet grincheux et d’une propriétaire noviste du désert, cela était une autre manche.

    Quoi qu’il en était, Blue avait les muscles et les nerfs tendus à la façon d’un félin elle aussi, prête à bondir vers l’extérieur tant elle était excitée par l’attente de la réponse de cet inconnu. 


    _________________


    avatar
    Günter JaegerChaperon Rouge

    Re: Symphonie pour une hécatombe -Günter-

    Message par Günter Jaeger le Mar 26 Juin - 9:59

    La jeune femme lui dit que c’était elle qui s’excusait pour le comportement de son furet. Günter secoua la tête de droite à gauche :

    - Il a bien raison d’être en colère, je l’ai bousculé et réveillé après tout…

    Puis elle lui proposa de le porter. Le petit animal semblait effectivement de cet avis. Le blond tendit les bras pour accueillir la boule de poils. Un sourire sympathique se dessina sur son visage tandis que le familier s’appliquait à trouver une position confortable. Günter se sentait honoré de servir de perchoir à la petite créature, tant pis pour les crampes à venir! Le confort de l’animal passait en priorité.

    Günter observait le petit animal d’un air attendri qui contrastait avec sa carrure musclée et l’air antipathique et même un peu rustre qu’il avait affiché au début quand la Baalkyanne lui demanda soudainement s’il souhaitait venir chasser avec Ursoc et elle.
    Elle avait baissé le ton pour ne pas déranger les autres fidèles qui énonçaient leurs prières.
    Günter hésita. Il n’aimait pas spécialement la compagnie de ses semblables, même si parfois il était quand même amener à les côtoyer plus que ce qu’il lui semblait nécessaire. Il observa la jeune femme qui disait partir à la chasse. Elle n’avait pas l’allure d’une chasseuse aguerrie… Mais au fond, qu’est-ce qu’il y connaissait, lui, en matière d’êtres humains ? Il jeta un coup d’œil à Ursoc qui semblait avoir prit ses aises sur le Baalkyan.

    - Je dois aller chasser moi aussi alors… Finit-il par répondre.

    Günter se tourna vers l’autel, fit sa prière en joignant les mains et en inclinant la tête, puis jeta un coup d’œil à la jeune femme avant de sortir du temple, l’invitant ainsi à faire de même.
    Aussitôt à l’extérieur du lieu de culte, Günter repéra son familier qui au même instant repéra son maître. L’imposant animal se redressa sur ses quatre pattes et rejoignit le blond qui lui gratouilla l’arrière de la tête.

    - Tu prévois de partir quand à la chasse ? Demanda-t-il à la jeune femme.

    Il ne pensa pas à lui demander son nom ni même à se présenter, quant à la vouvoyer, il n’y songeait même pas ! Les formules de politesses, ce n’était vraiment pas son truc.

    - T’as déjà chassé avant ? S’enquit-il.

    C’était une information non négligeable que de savoir s’il avait à faire à une parfaite débutante ou à quelqu’un d’expérimenté, mais son instinct lui disait qu’il s’agissait plutôt de la première option…
    avatar
    Blue Zandal'arFurettozorus Rex Blue

    Re: Symphonie pour une hécatombe -Günter-

    Message par Blue Zandal'ar le Sam 30 Juin - 1:36



       
    Symphonie pour une hécatombe.

       
    "La chasse, la guerre, la galanterie, pour un plaisir : mille peines  "

     Nyx
    L’air attendrit de ce jeune-homme ainsi que les aises que prenait cet étranger à l’égard d’Ursoc me fis glousser d’un rire léger et cristallin.

    Malgré ces airs typique et distant, traitant d’avantage de l’homme-bête sauvage que d’un humain basique, civilisé, cet inconnu dégageait une certaine aura de charme et de compassion pour nos amis, les bêtes.

    Sentiments que je partageais également à l’égard des créatures et qui, j’en suis certaine, finirait par nous rapprocher à n’en point douter.
    Pas d’un sentiment amicale, loin de là.
    Mais d’une relation assez proche pour que je connaisse la couleur et la texture de son esprit et de ses ambitions.

    ________________________________________
    Blue plissait légèrement des yeux en baissant doucement son visage à la façon d’un félin espiègle dont la lueur de son regard semblaient être emprunte de défit face à un rival fixant la même proie.
    Il avait pourtant pris le temps d’observer son accoutrement et c’était sans détours elle qui l’avait invité, comment pouvait-il dès lors douter de ses qualités de chasseresse ?
    Qu’importe, la jeune femme desserrait les crocs, ses narines se détendirent en laissant pousser un soupir d’encouragement autant pour cet inconnue que pour elle-même.

    Après tout, ils ne se connaissaient pas, il était normal qu’il s’inquiète et pose la question : s’ils devaient chasser ensemble, ils allaient devoir compter l’un sur l’autre pour se protéger, là était la difficulté de tout ce métier. Seul, il n’y avait aucun problème à se faire pour la survie, mais à partir de deux, trois avec Ursoc, cela pouvait s’avèrer être une affaire compliquée.

    Après quelques échanges et quelques regards obscurcis par l’incertitude, le futur frère de chasse de Blue se mit à  prier solennellement, Ursoc ronflant à la façon d’un ours rocheux des cavernes dans la capuche, avant d’esquisser une invitation pour partir vers l’inconnu.

    Un dernier regard vers le coffre contenant les deux coeurs liés et la jeune femme alluma une branche d’encens aux parfums amer et salé du sang qu’elle planta au sol avec franchise, liant ses mains en un poing sur sa poitrine, la Zandal’ar fermait ses paupières de délectation avant de glisser un « merci » soupirant et à peine audible envers Dios et son temple.
    C’était sa manière à elle d’invoquer et remercier les esprits quels qu’ils étaient. Spiritiste accomplie, Blue partit ainsi, en laissant l’encens à l’hémoglobine se consumer seule dans ce lieu sacré.

    Une fois dehors, la force puissante du soleil incandescent aveuglant ses iris d’azur, la jeune femme du abriter ses paupières le temps de repérer l’inconnu dont elle ignorait encore le nom.
    Elle repéra le chaperon rouge à deux pas d’elle, mais aussi Ursoc toujours à la même place, ses ronflements avaient cessés.

    L’expression du visage s’adoussiçant sous ses traits féminins crispés par la morsure du soleil, Blue ne pu que réprimer une moue absolument touchée par la vue de l’incroyable compagnon de route de son frère de chasse.
    L’animal bien qu’unique en son genre lui faisait penser énormément aux Coyoterres de Zandal’ar, sorte de loups étrange qui adoraient passer leurs journées à se vautrer dans la boue, le sable et la terre et dont la patience infinie ; quitte à faire partit du décors de l’horizon; leurs permettaient d’attendre leurs proies humaines favorites pour tout juste s’en saisir.

    Observatrice, elle vit immédiatement le lien aussi unique qu’extra qui liait le Baalkyen à cet animal exclusif, un sourire mi figue mi raisin lui fit incliner la tête avec respect et courtoisie.
    " J’ai une bonne expérience en la matière et même s’il est plus facile de traquer seul, Je saurais vous épauler tout en me faisant oublier. Je ne voudrais surtout pas vous gêner tous les trois."

    Ajoutait-elle en s’agenouillant à quelques mètre devant l’animal dans l’intention de le saluer de façon totalement respectable mais évidente.
    Être présente mais invisible, le suivre telle une ombre silencieuse mais protectrice et assassine : Telle était le deal de Blue. Si son gage et promesse de protection pouvait paraître un brin arrogant et orgueilleux, il n’en était pas moins réel.

    Ses doigts vinrent à caresser langoureusement son arme en bois céleste : son calumet de la paix. C’était bien lui qui allait lui permettre de voir les esprits et de les suivre jusqu’au fruit de sa traque, avec silence, souplesse et rapidité.
    Dès lors où la fumée vaporeuse s’esquisserait dans le temps à la façon d’un grain de sable, elle pourrait suivre les esprits à la recherche des proies tout en étant aux cotés de cet inconnu qui ne souhaitait pas prononcer ou invoquer son nom pour le moment.

    Dès qu’elle put voir le conscentement de la bête par un clignement d’oeil expressif, elle se remit debout, un large sourire satisfaisant sur ses lèvres rosées perçait ses émotions de joie et de reconnaissance envers son frère chasseur.
    Sur un ton enjoué, mélodieux mais toujours serein et soufflé, elle poursuivit :
    " Je compte y aller immédiatement. A pied de préférence, de toute manière les humains sont tellement balourds, incapable et handicapés qu’y aller avec un Kwak serait dangereux pour lui… N’est-ce pas ?"

    Demandait-elle avec politesse car si ce jeune homme désirait y aller à dos de bête, le risque de revenir sans n’était pas à négliger.
    Aussi, toujours accompagné d’un sourire chaleureux et attendrissant, elle se mit à porté du jeune Coyoflamme et de son maître afin que ceux-ci daignent avancer, montrant ainsi la voie qu’ils allaient prendre pour sortir dans le désert de Teren.
    "  Je me nomme Blue et je suis spiritiste. Et vous ?"
    S’esquissait-elle sereinement tout en suivant l’inconnu dans son ombre de façon proche mais pourtant éloignée, effleurant la ligne fine de l’espace intime afin que la personne ne se sente ni en oppression ni en observation.

    Qu’il se sente toujours libre de faire et d’exercer sans contrainte, mais de toujours avoir un sentiment de confort et de sécurité. En bref, comme elle l’avait dit : Elle serait son ombre silencieuse et implacable durant cette aventure qui promettait d’être torride sous ce soleil de plomb !
     


    _________________


    avatar
    Günter JaegerChaperon Rouge

    Re: Symphonie pour une hécatombe -Günter-

    Message par Günter Jaeger le Jeu 5 Juil - 18:38

    Elle avait une bonne expérience de la chasse et promettait d’être en mesure de se faire oublier. Bon, tant mieux. Günter n’avait pas spécialement la patience avec ses semblables. Autant il pouvait répéter les mêmes choses, les mêmes gestes et consacrer un temps énorme aux créatures de Dios, autant les humains avaient vite fait de l’agacer, même si ça ne l’empêchait pas de travailler parfois en équipe.

    - Tant mieux, j’aime pas qu’on me gêne. Répondit Günter sans faire de manière.

    Son côté rustre et franc pouvait plaire ou ne pas plaire que l’un dans l’autre, ça ne lui faisait ni chaud ni froid. Le Baalkyan se fichait pas mal de ce qu’on pouvait penser ou dire de lui. Seule l’opinion de Dios avait de l’importance à ses yeux. Günter fixa Blue d’un air interdit :

    - Traverser le désert à pied ?! T’as fumé ou quoi ?! Il vaut mieux y aller à dos de Gwark, on y gagne du temps et de l’énergie. En plus, si les humains sont crétins, les créatures de Dios sont loin de l’être. Alors, à ce niveau là, y a franchement pas de quoi s’en faire.

    Les Gwarks étaient ces espèces de lézards bipèdes qui servaient de montures aux Baalkyans. Ils étaient plus robustes que les Kwaks, ces volatiles dont les autres nations se servaient.

    - Bon après, si tu veux y aller à pied, je vais pas t’en empêcher, mais ‘faudra pas compter sur moi, j’ai mieux à faire que de me suicider pendant une promenade dans le désert.

    Elle lui apprit qu’elle s’appelait Blue et qu’elle était spiritiste. Il haussa un sourcil :

    - Ah ?

    Il n’y connaissait rien dans le domaine et au fond, ne s’y intéressait pas spécialement. Comme elle lui avait retourné la question, le blond prit toutefois la peine de lui répondre.

    - Mon nom est Günter, on m’appelle “Chaperon Rouge“, je suis un soldat de Dios. Dit-il en esquissant un sourire carnassier en formulant sa dernière phrase. J’ai encore des choses à préparer de mon côté avant de partir au désert, alors rejoignons-nous à la sortie Nord en fin d’après-midi. Nous irons chasser à Sèvia : c’est bio.

    Sur ce, il invita Ursoc à retourner auprès de sa Maîtresse et Kadaj à le suivre. Il encouragea la spiritiste à prendre un Gwark avec elle avant de s’en aller de son côté.

    Contenu sponsorisé

    Re: Symphonie pour une hécatombe -Günter-

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 19 Juil - 2:17