Aller en haut Aller en bas

    avatar
    Lucie FieldHumaine pauvre
    Humaine pauvre

    L'affaire de cœur et le cœur de l'affaire. [Callum et Lucie]

    Message par Lucie Field le Mar 12 Juin - 5:21

    Quand on venait à parler du souk et de tout ce qui se passait là-bas, il y avait forcément un nom qui venait aux lèvres de tous.  Le lord, de son vrai nom «  Callum Queen », le patron du souk. Un beau mec châtain, assez grand et toujours dans la coolitude.  Lucie le connait depuis un moment, il est légèrement plus jeune qu’elle et une sorte de relation ultra ambiguë s’est établie entre eux depuis tout ce temps.  

    Il faut dire que les deux étaient du genre pragmatique, accro à l’argent et aux bonnes affaires. L’homme est un charmeur de base et son maintien n’avait pas laissé Lucie indifférente tout comme son air blasé et fermé l’avait intrigué.
    Pour la mécano’ travailler avec lui est à la fois un calvaire et une bénédiction. L’homme peut facilement passer du beau gosse charmeur à l’homme d’affaire impitoyable en quelques instants. Ce faisant, la frontière entre les deux étaient beaucoup trop mince pour être claire. Lucie ne le savait que trop bien, c’est pour ça que maintenant, elle évitait autant que possible de traiter avec lui.

    Depuis quelques temps maintenant, elle vendait ses produits directement, sans intermédiaires, mais il y a eu une histoire très compliquée avec Elisa Murdoch. La fameuse meurtrière du nouvel an.
    Traiter sans intermédiaire pour augmenter sa marge n’était pas sans risque. Le souvenir de cette dernière rencontre incitait maintenant Lucie à la prudence. C’est là qu’entrer en jeu Callum, il avait toujours un contact, une connaissance ou encore un ami qui voudrait bien acheter un produit. L’intermédiaire idéal en somme, même s’il prenait un pourcentage conséquent à chaque transaction.

    En bonne mécanicienne, elle avait améliorée le X3 qu’elle avait créée pour Murdoch. Le concept d’un robot solide et fiable, pouvant servir de garde du corps et de piège lui avait beaucoup plus. Dans les bas-quartier, cette formule ferait forcement fortune, mais Lucie ne voyait pas trop comment le vendre et à qui le vendre. Sans compter qu’elle ne voulait plus prendre de risque du tout pendant un moment.

    C’est pour ça qu’elle se promenait dans les rues du Souk avec X4, sa nouvelle création. Légèrement plus grand, mieux blindés, plus rapide et doté d’une bombe dans sa poitrine. Elle avait donné rendez-vous à Callum pour lui présenter le robot et le convaincre de le vendre pour elle. Le lieu de rencontre était le Starlord, un bar aux multiples fonctions dont Callum venait souvent profiter. Lucie se posa à une table, le robot légèrement derrière elle et attendit l’arrivé de son… ami ? Pouvait-on parler d’amitié entre les deux ? Amant ? Collègue ? C’était si compliqué à décrire qu’elle renonça à mettre un nom sur leur type de relation, préférant boire un verre en attendant.

    Après un long, très long, trop long moment. La grande silhouette et le manteau de cuir du Lord entrèrent dans la pièce. Elle lui fit signe et quand il s’approcha, Lucie vit le regard assassin d’une des hôtesses de la boite. Une fille avec des cicatrices sur le visage, certainement une de ses conquêtes. Il ne se serait jamais tapé que la moitié des filles du Souk ! Elle se leva pour l’accueillir, ayant une magnifique vu le cou de l’homme.

    - Bon, Callum, tu te poses, tu prends un verre et tu me laisse t’expliquer à quel point je suis géniale.

    Elle-même se rassit et fit avancer le robot jusqu’à la table :

    - Je te présente X4, ma dernière création. C’est un robot de protection et d’entrainement. Il est blindé, ses systèmes sont doublés voir triplés un peu partout. Il est capable de fonctionner même très gravement endommagé. Je cherche quelqu’un de… je dirais bien confiance, mais ça ne serait pas toi alors… Je cherche quelqu’un pour le vendre. Tu pourrais m’aider ?

    Re: L'affaire de cœur et le cœur de l'affaire. [Callum et Lucie]

    Message par Callum "lord" Queen le Mar 12 Juin - 10:20

    Au coeur des affaires


    Etait-ce un rendez-vous ou une convocation ? Avec Lucie Field, il ne savait jamais où il mettait les pieds. Un coup, ils s’engueulaient comme des chiffonniers. Un autre, ils finissaient au lit dans des embrassades torrides. Autant dire qu’il pouvait s’attendre à tout et à n’importe quoi et c’était aussi épuisant qu’intriguant.

    Aussi mit-il un certain temps à se décider à se rendre au StarLord. Après tout, elle était aussi jolie que bonne mécanicienne. Avec un peu de bol, elle avait un truc intéressant à lui vendre. Peut-être ce fameux robot sur lequel elle travaillait dernièrement. Comment il savait cela ? Facile. Il avait mis un des gamins du Souk sur le coup. Celui-ci la surveillait de loin. Dans l’ancien monde, on aurait pu appeler cela de l’espionnage industriel. Mais chut ! Personne n’est au courant de ces petites affaires undergrounds. Enfin, sauf sa bande de gamins qui étaient bien content de gagner un petit salaire.

    Pénétrant dans les lieux, il ne prit que quelques secondes pour visualiser la jeune femme. Celle-ci venait de se lever de sa table tel un diable de sa boite. Poireautait-elle depuis longtemps ? Etait-il encore une fois en retard ? Probablement vu que Victor lui était tombé dessus et lui avait expliqué en long et en large son problème de refroidissement de graisse. Heureusement, il avait pu l’esquiver en lui mettant Fioré dans les pattes. Bien pratique ce robot aux longues oreilles !

    Se dirigeant vers elle, il lui offrit un de ses sourires charmeurs, un de ceux qui faisait naitre des chatouillis dans les tripes féminines. Ben quoi ? On use de toutes les armes dont Mère Nature nous a donné ! Comme à son habitude, Lucie fut directe dès le départ, lui pointant à peine une chaise pour s’assoir et ne lui laissant même pas le temps de commander un verre comme elle le souhaitait. Il eut un soupir discret alors qu’il s’installait sous la diatribe commerciale de la mécanicienne.

    Lorsqu’elle s’arrêta enfin de parler, il se tenait adosser à sa chaise, un pied botté sur un de ses genoux, complétement décontracté et toujours aussi souriant.

    - …vendre. Tu pourrais m’aider ?
    - Bonjour, Lucie. Oui, je vais bien. Merci et toi ? Je prendrai bien une bière. Tu prends aussi un verre j’espère. Tu veux quoi ? Vin, bière, eau ?, lui répondit-il en occultant sa dernière question. Après tout, il n’y avait pas le feu au désert et ils avaient tout le temps nécessaire. Et il fallait bien l’avouer, il avait bien mérité une pause. Et depuis quand on ratait les civilités en affairs ? C’était le truc le plus agréable du truc !!

    - Hey, Guy ! Tu nous mets une tournée, steup ? Merci, vieux !, hala-t-il avant de se concentrer à nouveau sur sa « cliente ». Par Dios, mais c’est que tu as pris une ride sur le front ! T’as des soucis, ma belle ?

    A présent, il la regardait avec un air soucieux, presque pas exagéré. Franchement, si elle ne le connaissait pas, elle aurait presque pu croire qu’il ne se fichait pas d’elle. En même temps, elle l’avait bien cherché à l’accueillant comme une merde. Et puis, franchement, depuis quand on demande de l’aide en affaire ? Dans le genre, je me place en position de faiblesse, il n’y avait pas mieux. A moins que ce soit le but rechercher… Qu’est-ce qu’elle voulait vraiment ? Et pourquoi mettait-elle en avant qu’ils n’avaient aucune confiance en l’un l’autre. Que Lui n’est pas confiance, soit. De toutes façons, il ne faisait confiance à PERSONNE. Mais elle… C’était une fois de plus intriguant. A moins qu’elle avait encore son histoire avec Kaly en travers de la gorge. Sans savoir vraiment pourquoi, il sourit encore un peu plus à Lucie. Peut-être le souvenir de la scène…

    avatar
    Lucie FieldHumaine pauvre
    Humaine pauvre

    Re: L'affaire de cœur et le cœur de l'affaire. [Callum et Lucie]

    Message par Lucie Field le Mar 12 Juin - 14:50

    Forcément, ce n’était pas possible d’avoir une discussion directe avec Callum. Il tenait absolument à mettre tout un cérémonial en place avant la vente. Lucie soupira et se prit le front dans les mains. Au point où elle en était, elle demanda un verre d’alcool fort, qu’importe tant qu’elle pouvait le renverser sur Callum et y mettre le feu. Cependant, elle le note avec plaisir, il s’enquit à sa façon de sa santé et de son bien-être.

    Lucie lui fit une moue blasée et noya un peu de son dépit au fond de son verre. Par où commencer ? Déjà, qu’on ne lui parle pas de Dios, l’autre malade avait passé son temps à ne jurer que par lui et rien que pour ça, elle emmerder profondément ce gardien :

    - Ouais, un peu que j’ai des problèmes, sois gentil tu veux. J’ai peut-être merdé avec la mauvaise personne et pas qu’un peu. –Elle baissa la voix- Tu sais cette cinglé de Murdoch ? Elle m’a commandé un robot et le deal à mal tourné.

    Ce que Lucie ne disait pas à Callum c’est aussi qu’elle avait tenté le diable en voulant lui extorquer beaucoup plus d’argent que prévu. C’était le genre de comportement qu’il détestait et il serait presque possible qu’il tombe d’accord avec Murdoch ! D’u

    - Bref, je vais rester quelques temps hors du circuit, le temps de me reposer un peu. J’aurais besoin de toi pour servir… ET TU l’DIS SI JE T’EMMERDE !

    Le Lord avait détourné la tête et faisait des sortes de moue se voulant aguicheuse à une des clientes qui trainaient dans le bar. Par Kin ! Cet homme était intenable, elle ne savait jamais sur quel pied danser avec lui. On ne pouvait jamais savoir s’il serait sérieux jusqu’au bout ni même ce que serait sa réaction. A part quand on lui proposait de l’argent, là il disait toujours oui.

    - Ecoute, je ne t’en veux pas que tu cours après les autres filles, on a jamais été un vrai couple. Mais je te demande en tant que… partenaire de te concentrer un peu.


    En disant ça, un souvenir lui revint en tête, la première fois qu’elle l’avait attrapé dans les bras d’une autre greluche. Dire qu’elle ne lui en voulait pas était mentir en fait, cette Kaly lui avait collé un pain en plein dans le nez et la situation était partit en pugilat. Avec Callum qui n’avait rien fait pour les séparer, lui il trouvait ça amusant, deux femmes qui se battaient pour lui.

    - X4 peut se vendre très cher, trouve moi un acquéreur et tu prends 17%, comme à chaque fois.

    Pourquoi 17 ? Au terme d’atroces négociations, dont plusieurs d’entre elles ont fini dans une chambre à coucher, ils ont décidé de jouer le pourcentage au dès, un score entre 15 et 50%. A la base, Callum voulait 40 et Lucie voulait lui donner 20. Joueuse, elle avait réussi à lui arracher ce petit jeu après un câlin particulièrement agité.

    Pour augmenter un peu ses chances, elle avança la main sur la table et caressa le dos de celle de Callum. Il avait beau faire le fier et accumuler les conquêtes, il ne restait qu’un homme avec ses défauts et ses qualités. Il fallait au moins lui reconnaitre, il en avait beaucoup :

    - Tu sais, je me sens un peu seule en ce moment et j’aurais besoin de me détendre. J’ai directement pensé que tu pourrais solutionner tous mes problèmes et je t’en serais… infiniment… reconnaissante.

    Re: L'affaire de cœur et le cœur de l'affaire. [Callum et Lucie]

    Message par Callum "lord" Queen le Mer 13 Juin - 7:59

    Au coeur des affaires


    Gentil. Ce n’était pas vraiment l’adjectif que l’on utilisait pour décrire Callum. Généralement, c’était plutôt « menteur » ou « radin » pour ceux qui ne l’aimaient pas et pour les potes, c’était « manipulateur » ou « dragueur ». Alors être gentil, il ne savait pas vraiment faire. A croire que personne ne le lui avait appris. Après tout, c’était de notoriété publique qu’il venait de l’orphelinat des bas quartiers. Donc il était normal que son éducation ne soit que partielle.

    Quoiqu’il en soit, il se contenta de poser ses iris sur elle en affichant toujours son éternel sourire. Sans dire un mot de plus. De toute façon, il n’en avait pas besoin. Lucie déballait déjà toute l’affaire. Effectivement, elle avait un souci de taille : Murdock. Rien que ça ! La tueuse du Nouvel An en personne. Celle qui venait de réveiller les instincts de mère poule d’Ahsoka. Franchement, cette folle dingue commençait sérieusement à lui courir sur le haricot à réveiller les nenettes qui gravitaient autour de lui. Surtout que ces dernières ne trouvaient rien de mieux que de faire la manche auprès de lui. Pfff…

    Heureusement, une petite brune, assise au bar, venait d’attirer son attention. Aussi put il cacher sa désapprobation à la mécanicienne. Pour parfaire son masque, il lui adressa un clin d’œil évocateur. Après tout, montrer ses seins en public méritait largement une récompense… ou bien ? Peut-être pas au vu de la réaction de Lucie qui prit instantanément la mouche. Il avait oublié qu’elle aimait être le centre de son monde.
    Et voilà ! Encore une fois, elle remettait leur histoire sur le tapis. Pas un vrai couple. Pour sûr qu’ils n’étaient pas un vrai couple. Surtout en ce moment. Cela faisait un bon moment qu’ils ne s’étaient pas croisés et il n’avait jamais été d’un naturel patient pour ce genre de choses. Donc non, ils n’étaient pas un couple. Il n’était même pas sûr qu’elle soit une sex friend. Après tout, elle s’était toujours servie de leurs galipettes pour avoir une remise sur les prix ou ses exigences… et il fallait bien lui donner un petit quelque chose en retour. Tout travail méritait bien un salaire…

    En tout cas, aujourd’hui, elle le voulait comme « partenaire » commercial. Soit. Si c’était ce qu’elle voulait… Juste avant de poser sa main sur la sienne et de lui demander de la sauter dans un coin pour la détendre. Ce n’était pas vraiment demandé dans ces termes-là mais la substance était là.

    Son sourire s’élargit. Contraste évident avec les mots qui allaient suivre. Alliance parfaite avec sa main qui se retirait et qui abandonnait celle de Lucie.

    -Non. Si tu veux profiter de mon réseau, c’est minimum 40% et si tu veux mes compétences au pieu, tu mets 10 % de plus… Et encore je te fais un rabais parce que t’es une bonne « cliente ». Aujourd’hui, c’est toi qui a besoin de moi et pas l’inverse, … Partenaire.


    Sûr de lui, il s’était adossé au fond de sa chaise et buvait tranquillement son verre. Elle n’avait maintenant que trois options. La première : partir sans avoir ce qu’elle voulait. La seconde : négocier. La troisième : accepter en rechignant. Dans tous les cas, il était gagnant. Parce que soyons honnête qui allait l’aider à refourguer son robot dans les bas-quartiers si ce n’était pas lui ? Personne ou alors avec beaucoup plus de mal et moins de bénéfices. Et il ne fallait pas trop compter sur les nobles pour une telle machine.
    avatar
    Lucie FieldHumaine pauvre
    Humaine pauvre

    Re: L'affaire de cœur et le cœur de l'affaire. [Callum et Lucie]

    Message par Lucie Field le Mer 13 Juin - 13:47

    Ah le salaud ! Quand il s’y mettait, Callum était le pire des fils de pute égocentrique et arrogant de la planète. L’affaire avec Murdoch avait un peu perturbée Lucie et elle avait volontairement adoucie l’image qu’elle se faisait du patron du souk. La relation qu’elle entretenait avec lui avait toujours semblée… privilégiée, mais il semblerait qu’elle se soit lourdement trompée. Voilà qu’il lui réclamait 50% car en plus elle devrait payer si d’aventure elle voulait coucher avec lui ! Il ne manquait pas de culot ! Malgré ce qu’il venait de dire, elle s’efforça de rester aussi calme que possible et lui lança le sourire le plus hypocrite dont elle était capable.

    Elle ne lui ferait pas le plaisir d’une scène, pas dans un lieu où il était une sorte de roi. Ce requin des affaires ne valait pas qu’elle réagisse aussi ouvertement à son insulte. Non, il fallait se montrer plus fine que lui et l’obliger à changer ses positions. Pour le moment il savait qu’elle avait besoin de lui, à elle de créer son besoin envers elle ! Elle finit donc son verre et prit la même position que Callum, le regardant fixement, cherchant ses mots et la façon dont les tourner :

    - 50%, vu ta dernière prestation, je t’en donnerais pas plus de 5. C'était beaucoup trop court, j'ai pris plus mon pied le jour où je l'ai perdu ! Pourtant, contrairement à toi, je tiens compte de notre dernier marché. Je ne reviens pas sur ma parole.

    L’histoire de Murdoch prouvait le contraire, mais c’était une autre histoire. Lucie était mécano’ avant d’être négociatrice ! Mais elle avait quelques arguments dans son sac qui devraient l’aider à se sortir de ce mauvais pas :

    - X4 est un robot de protection blindé, il peut encaisser à ta place et réagir plus vite que n’importe quel gorille que tu traines, j’ai réussis à contourner les lois de la programmation, il peut s’en prendre à des humains si on lui demande ! Arrêtes-moi si je me trompe, mais je ne crois pas avoir vu beaucoup de robots-esclaves dans ce segment d’activité. Il est unique en son genre.

    Lucie ne mentionna pas l’existence X3, elle avait d’autre projet pour lui et ça rimait avec « fusil ». Pour mieux vendre sa machine, elle ouvrit un peu la bête et dévoila la robuste carcasse de la machine. En outre de ses fonctions défensive et offensive, Lucie s’était dit que ce serait une bonne idée d’ajouter des compartiments de stockage pour les marchandises ou les pièces et autres objets de valeur :

    - Tu n’es pas aussi idiot que je le pense, alors tu es certainement au courant que depuis l’affaire de Murdoch, les gens, riches comme pauvre veulent assurer leur défense ! Cette machine peut le faire et en fait, je vais appel à toi car tu es un exemple de fiabilité et que je ne veux pas m’exposer, sinon je peux me débrouiller sans toi.


    Pas exactement, mais Lucie était persuadée que Kaylar aurait des contacts parmi les riches de la ville. Tous n’étaient pas honnêtes, c’était d’ailleurs même la norme d’être pourri quand on était riche ici.

    - X4 est un prototype, tu sais aussi bien que moi que les gens en voudront un quand ils sauront ce qu’il peut faire ! Et encore, je ne l'ai pas armé ! ça c'est son petit frère X3-B qui l'est ! Tu imagines un peu l’argent que ça peut représenter ? On serait les précurseurs dans ce domaine ! On aurait le monopole !

    « monopole » un mot magique pour tous les vendeurs ou trafiquants, tous rêvent un jour ou l’autre d’avoir le monopole dans la branche où ils sont. Mais dans le cas présent, c’était bien une réalité :

    - Le problème, en tant qu’unique fabricante de ce robot, je fixe les prix. Je te propose 25%, accepte et je m’engage à t’en fournir dix de plus. Refuse et j’irais voir chez Halloway. Je serais prête à le vendre moins cher juste pour qu’il te fasse chier !


    Le dit Halloway était un petit chef qui disposait d’un des réseaux les plus puissants après celui de Callum. Jusqu’à présent il ne l’avait jamais menacé, mais si Lucie ne se trompait pas, elle pourrait faire vaciller cet équilibre.

    - X4 vaut 10 000, ça t’en ferait 2500. A toi de voir, 2500 ou 0 ?

    Re: L'affaire de cœur et le cœur de l'affaire. [Callum et Lucie]

    Message par Callum "lord" Queen le Lun 18 Juin - 8:14

    Au coeur des affaires


    Comme prévu, elle eut un cri du cœur, haranguant déjà sur ses soi-disant piètres compétences sexuelles. Franchement, il eut le plus grand mal à ne pas éclater de rire. Parce que, dans ses souvenirs, elle n’avait pas l’air de détester cela. Bien au contraire vu comment son corps réagissait au sien. Décidement, elle n’avait rien perdu de cette fougue qui l’avait attiré chez elle. Cette petite étincelle dans les iris qui illuminait tout son visage, la rendant terriblement attirante. Franchement, sans leur histoire désastreuse, il aurait sans doute replonger sans aucun problème.

    D’ailleurs, heureusement pour lui, elle continua son argumentation commerciale, lui annonçant au passage l’abolition d’une des lois robotiques sur son spécimen. N’était-ce pas la plus importante d’ailleurs ? « Ne pas attaquer les humains » lui semblait pourtant sensée. Surtout qu’un robot pouvait se faire programmer par n’importe qui avec assez de jugeote. Question de fiabilité cela laissait franchement à désirer. Et puis qui confierait sa vie à une boite de conserve ? Pas lui en tout cas ! Mais là, n’était pas la question apparemment…

    -Je veux bien te croire qu’il est unique… et que des couillons seront assez fous pour confier leur vie à un robot après l’affaire du Nouvel An…

    L’air de rien, il approcha son verre de ses lèvres pour s’empêcher de lui dire ce qu’il pensait réellement de son projet et ce ne fut qu’après avoir avalé une gorgée de son breuvage qu’il continua.

    -Mais il va falloir que je demande certains services… et cela va me coûter cher de les activer. Comme tu le sais, détourner une loi n’est pas sans conséquence.

    Il eut un sourire condescendant pour elle, comme un professeur faisant la leçon à une étudiante entêtée.

    -Je peux descendre à 35%. Pas plus… C'est ma dernière offre... Et tu peux bien aller voir Halloway si cela te chante… Il te fera probablement une meilleure proposition que moi. Mais ne crois surtout pas qu’il réussira à t’en vendre un seul. Tu sais très bien qu’il n’y a pas meilleur que moi sur ce marché là ! Lui, il n’est bon qu’à te trouver quelques pièces détachées… et encore cela dépend des quelles…

    Encore une fois, il n’avait rien perdu de sa superbe. De toutes façons, il avait un atout formidable dans sa manche pour contrer ce concurrent si d’aventure il venait à se trouver désagréable. Un petit appel aux bonnes personnes pouvait faire entendre raison à n’importe qui dans les bas-quartiers… et il n’était pas le « Lord » du Souk sans raison. Dans ce cas-là, pourquoi avait-il laissé Halloway tranquille pendant tout ce temps ? Hé bien, il était peut-être Lord mais il ne pouvait, hélas, pas s’occuper de tous les marchés du Souk. Et puis, avoir un peu de concurrence rendait les choses un peu plus amusantes.

    Une nouvelle fois, son verre s’attarda sur ses lèvres, cachant un soupir triste. Si Lucie continuait à s’entêter, il allait devoir se passer de cet amusement. Lui qui en avait si peu sur Teren. C’était du gâchis… surtout pour un robot dont il se méfiait comme de la peste. En même temps, il n’aimait pas les cybernétiques… et ne les avait jamais aimés.

    avatar
    Lucie FieldHumaine pauvre
    Humaine pauvre

    Re: L'affaire de cœur et le cœur de l'affaire. [Callum et Lucie]

    Message par Lucie Field le Lun 18 Juin - 14:35

    Il y avait du progrès dans la discussion mais Callum restait intraitable sur le pourcentage, il ne voulait pas revenir à leur ancien contrat. Autant essayer de négocier avec un mur de pierre, encore que le mur on pouvait le démolir et le reconstruire à sa guise. Lucie se voyait assez mal agresser Callum, physiquement, pour le faire changer d’avis. C’est ce qui était chiant avec les gens ayant du pouvoir, si là tout de suite, elle demandait à X4 de lui casser les jambes, il le ferait. Mais en dehors d’un intense soulagement, elle n’en tirerait rien et se ferait des adversaires si puissants qu’elle pourrait juste mourir.

    Murdoch serait déjà bien suffisante.

    D’un geste de dépit elle regarda le fond de son verre, dans l’état actuel des choses il n’y aurait certainement pas de meilleure offre. Le but serait simplement de mieux gérer les futures ventes. Quand les gens sauront ce que vaut un de ces robots, elle pourra bien plus facilement se passer de « l’aide » de Callum et garder la totalité des bénéfices. Pour le moment, Lucie allait lui concéder la victoire, espérant lui rendre coup pour coup dans la suite des évènements.

    - Putain, tu es le pire emmerdeur que je connaisse Callum, toi et ton Aktech techno-danseur à la con. D’accord, t’as gagné. Je te laisse 35% de mes bénéfices nets sur la vente de X4. Vu que je n’ai pas le choix. Si tu arrives à le vendre dans un délai assez cour, comprends la fin de la semaine prochaine, je te laisserais également 35% sur la vente d’X3-B.

    C’était un bon deal alléchant pour Callum. Il pouvait ne pas aimer les robots, il aimait trop l’argent pour que sa conscience l’empêche d’accepter. C’était d’ailleurs sa principale faiblesse, pognon pognon pognon. Il ne voulait que ça, argent, pouvoir et femme… Lucie était tombée dans son filet plus d’une fois. Il faut dire qu’il avait des arguments pour lui et il savait bien se servir de son Aktech, un modèle unique et très intéressant. Elle l’aurait bien démonté pour savoir comment il était fait, mais jamais Callum ne l’aurait accepté.

    Lucie vida son verre par terre, elle n’avait plus soif et l’odeur qui en sortait la dégoutait. Il était temps de conclure le deal, il fallait juste avoir des garantis que le petit Lord ne se jouerait pas d’elle. Le fait qu’il refuse les 17% ayant quelques peut ébranler sa confiance en lui. Hélas, en dehors de sa parole, de ses belles paroles. Elle ne pouvait rien lui demander.

    - Maintenant, si tu as fini de marchander comme un vendeur de tapis, j’aimerais que tu me vendes un peu aussi ce que tu vas faire. Je ne vais pas uniquement te croire sur parole, j’attends des noms et au moins un ébauche du plan de vente. Que je sache un peu pourquoi tu m’extorques autant.

    Dans un coin de sa mémoire, elle nota que Callum semblait sous-estimer Halloway, tant mieux, ça finirait par lui porter préjudice un jour où l’autre. La place de premier n’est pas une finalité, ce n’est qu’une lutte de tous les jours. Non pas que Lucie veuille le voir tomber, mais que de temps en temps quelqu’un le remette à sa place ne pourrait pas lui faire de mal.

    Re: L'affaire de cœur et le cœur de l'affaire. [Callum et Lucie]

    Message par Callum "lord" Queen le Mar 19 Juin - 7:58

    Au coeur des affaires


    Le pire emmerdeur. Soit. Pourquoi pas. Autant le prendre comme un compliment vu que cela scellait un accord commercial. Autant faire une petite concession pour fêter une victoire. Par contre que venait faire son Mousik4ever dans l’histoire ? Il ne l’avait pas utilisé pour conclure le deal alors pourquoi diable en parlait-elle ? En quoi cela la chiffonnait ? Décidement, Lucie était une jeune femme difficile à suivre…

    Heureusement, elle jeta une nouvelle fois un pavé dans la mare en lui imposant un délai de vente irréalisable. Il avait jusqu’à la fin de la semaine prochaine pour vendre sa boite de conserve. Pourquoi autant d’empressement ? Avait-elle des problèmes d’argent ? Un usurier frappait-il à sa porte tous les matins ? Voulait-elle certaines liquidités pour partir d’Oäzys comme Soka ?

    Plongé dans ses interrogations, il ne lui répondit pas tout de suite, se contentant de l’observer en fronçant les sourcils. Il resta donc au fond de sa chaise, les avant-bras sur les accoudoirs, laissant pendre son verre au bout de ses doigts. Son regard ne quitta son joli minois que pour suivre le liquide de son verre finir par terre.

    Il n’eut pas le temps de tiquer à ce geste malheureux car déjà la grosse voix gutturale de Guy, le gérant du bar, se faisait entendre, menaçante à souhait.

    -HEY !! C’est pas parce que tu es une poule de Lord C que tu peux te permettre de salir mon bar ! Encore un coup comme ça et j’vais t’faire nettoyer tout ça à coup de batte dans l’cul !! C’est clair ???!!


    Ayant toujours adoré le langage fleuri du patron des lieux, Callum souriait de toutes ses dents. Apparemment, il n’était pas prêt à prendre la défense de la demoiselle. Après tout, c’était bien elle qui était en tort. Surtout qu’il était presque certain que Lucie n’aurait pas réagi autrement que Guy si quelqu’un avait fait de même dans son atelier…

    Alors, certes, il aurait pu réagir sur le fait qu’elle n’était plus sa « poule » mais pourquoi se battre pour une fille qui n’avait été dans son lit que pour avoir quelques rabais ?

    -Hors de question que je te donne les noms de mes contacts ou que je t’explique mon plan. Secret professionnel. Après tout, je ne te demande pas tes secrets de fabrication. Alors, va falloir que tu te contentes de ton délai ridiculement court.

    Il eut une petite pause où à nouveau ses sourcils se froncèrent en l’examinant. A croire qu’il allait en rester là. Mais il n’en avait pas encore fini avec elle.

    -Qu’est-ce qui se passe à la fin de la semaine prochaine pour que tu veuilles tant avoir ton fric, hein ? Dois-je m’en faire pour le réapprovisionnement ? Ou alors je n’ai pas compris qu’il ne s’agissait que d’une pièce au lieu d’un truc en série…

    Pour la première fois depuis le début de leur rencontre, il s’était penché en avant, posant même ses coudes sur le plateau de la table les séparant. A croire qu’il s’intéressait vraiment à ce qui pouvait lui arriver. A croire qu’il s’intéressait vraiment à elle. Après tout, pourquoi cela ne pouvait pas être le cas ? Il était un homme comme les autres et il avait déjà craqué pour elle bien des fois… En plus, ne lui avait-elle pas fait des avances en posant sa main sur la sienne au début de la conversation ?

    -Qu’est-ce qui se passe, Lucie ?

    avatar
    Lucie FieldHumaine pauvre
    Humaine pauvre

    Re: L'affaire de cœur et le cœur de l'affaire. [Callum et Lucie]

    Message par Lucie Field le Mer 20 Juin - 1:07

    Le barman hurla sur Lucie alors qu’elle avait à peine reposé son verre, à croire qu’on ne pouvait être en paix nulle part. Après un long soupire, elle enfila ses lunettes et récupéra le liquide avec l’aide du SR1. Car oui, le champ de manipulation pouvait aussi servir sur les liquides. Elle le reposa dans le verre et le plaça aux pieds de la table. Le barman n’aurait plus aucune raison de crier comme ça… Ce n’était pas une utilisation très noble d’un aktech aussi précieux, mais en même Lucie n’avait pas la tête à une autre dispute.

    - Sa poule, j’t’en foutrais moi d’être la poule de Callum Queen.


    La principale raison de la présence du Lord dans sa vie était sa relative compétence pour la chose et le besoin de Lucie de décompresser de temps à autre. Au début, elle avait un peu surestimé leur relation et l’avait en effet prise au sérieux, mais le temps passant il apparaissait clair qu’il la prenait pour un passetemps et inversement. Mais jamais elle n’était allée ramper à ses pieds pour réclamer ses faveurs ses attentions.

    Les bénéfices et autres ristournes restant un bonus appréciable, mais un bonus et non pas la raison principale de leur coucherie. Du moins, c’est comme cela que Lucie voyait son comportement vis-à-vis de lui. Même si quelques instants avant, elle s’était comporté exactement comme une de ces dites poules. Mais à situations d’urgences, mesures d’urgences.

    Le souci c’est que Callum commençait à sortir de son rôle de négociateur, il commençait à voir que quelque chose n’allait pas et les questions gênantes suivirent juste après. Les lèvres sérées, Lucie lutait sur la façon dont elle devait s’adresser à lui... :

    - Murdoch a placé une prime sur ma tête, je ne sais pas de combien mais je suis sur la liste des gens à capturer et…sacrifier.

    Dur à dire, et n’aidant pas franchement à équilibrer les forces entre eux :

    - J’ai besoin de lever des fonds pour me perfectionner et construire de nouveaux modèles plus puissant. Ecoute, X4 est une poubelle faite avec des restes récupérés à droite à gauche. Je peux t’en fabriquer 3 autres d’ici la fin de la semaine maintenant que j’ai les plans. Ça t’en ferait quatre à vendre, plus X3… avant que je parte. Vois ça comme une sorte de vitrine de ce que je peux faire.


    Il fallait aussi lui parler de ça, le fait que les dragons bleus lui avaient proposés un poste au sein d’une de leur expédition. L’entretien d’embauche fut pour le moins unique, mais les opportunités offertes compensaient largement ce qu’elle avait vécu :

    - Les dragons bleus vont partir et je vais aller avec eux, je ne sais pas combien de temps ça prendra. Avec l’argent accumulé et l’expérience que j’aurais acquis, je voudrais fabriquer X5, un modèle digne de ce nom que tu pourrais vendre à la chaine.

    C’était utopique de croire que cet argumentaire changerait quoi que ce soit, mais Lucie avait du mal à aligner deux pensées cohérentes depuis un moment. Pour elle, tout pouvait être une solution ou un moyen de récupérer de l’argent. Sauf tapiner bien sûr, mais de toute façon, une fille boiteuse n’était pas très vendeuse.

    - Callum, je ne sais pas ce que l’avenir me réserve et j’en suis terrifiée, je me suis faite une ennemie mortelle et j’ai accepté de partir loin d’ici… Je ne contrôle plus rien et je me débats, j’ai l’impression que je vais me noyer.

    C’était fini, elle avait lâché le morceau, Callum savait exactement tout ce qu’il pouvait savoir. La question restait : comment allait-il s’en servir ?

    Re: L'affaire de cœur et le cœur de l'affaire. [Callum et Lucie]

    Message par Callum "lord" Queen le Mar 26 Juin - 9:40

    Au coeur des affaires



    Parfois, il détestait avoir raison. Même s’il aimait toujours autant voir les rouages des esprits se mettre en marche face à lui. C’était presque jouissif de les voir se débattre pour trouver une solution. Sauf que cette fois-ci, il fut le témoin d’une capitulation dont il n’aimait pas le résultat. Lucie avait réellement des problèmes. Des soucis mortels même.

    Sans réellement savoir pourquoi il sentit une certaine inquiétude pour la jeune femme grimper en flèche en son for intérieur. Un truc désagréable qui lui serrait les tripes et qui lui fit agripper la main féminine qui traînait encore sur la table. Un geste de compassion, un geste d’une intimité sans doute un peu folle, un geste en souvenir de leurs bons moments. Parce que bien évidemment ils en avaient eu. Des petits moments de bonheur partagés. Ces petites minutes où l’on se croit à l’abri du monde, invincibles à deux.

    -T’auras ton fric à la fin de la semaine prochaine, laissa-t-il tomber. Non comme une promesse mais comme un fait. Il n’avait toujours pas lâché sa main, la serrant même un peu plus fort pendant qu’il réfléchissait à la suite.

    -Tu seras peut-être contente de savoir que Soka part avec toi. Morgane vient aussi de la recruter….

    Décidément, « Blue » n’avait perdu ni la main ni son temps pour lui arracher ses meilleurs éléments, celles à qui il tenait. Heureusement, elles n’étaient pas les seules parce qu’il serait sans doute devenu fou et aigri. Devait-il en vouloir à la pirate ? Sans doute mais cette dernière avait quelques arguments pour elle… Sans compter que dans le cas de Lucie, elle lui sauvait les miches.

    -Sois prudente là-bas, hein ? Ils n’ont pas la même philosophie de vie que nous là-bas… Je ne suis pas certain qu’ils aiment la mécanique autant que toi… ni même ta fougue autant que moi…
    , lui murmura-t-il, mi-inquiet mi-complice.

    Soudain, il allongea son bras pour lui attraper le menton et lui voler un baiser. Un baiser d’adieux, tendre mais impératif, sensuel mais peu sauvage sur les bords. Un baiser à l’image de leur relation chat-chien, désir-répulsion.

    -Au revoir, ma belle… Tu vas me manquer…, lui souffla-t-il dans un sourire charmeur et sincère. Juste avant de se lever pour clore leur rendez-vous. De toutes façons, il s’était bien trop dévoilé pour gagner encore quelque chose de la mécanicienne. Il était temps de se mettre à distance avant qu’elle ne puisse en profiter pour lui soutirer d’autres sensations, d’autres révélations de ses sentiments. En plus, elle faisait naitre en lui bien trop de choses déplacées… Du bien comme du mal.
    Il lui tourna donc le dos pour se diriger vers le bar, lui faisant un dernier commentaire en même temps qu’un signe d’au revoir de la main.

    -Je ferai livrer ton dû à l’atelier. Tu peux donc dormir sur tes deux oreilles.


    Après tout, il pouvait peut-être parler à Cyrus pour qu’il bloque le contrat de Lucie pour quelques jours. Juste le temps qu’elle puisse embarquer. Même s’il s’agissait d’un énorme service qui allait lui coûtait sacrément cher.

    Pour l’empêcher de le suivre et de lui en demander d’avantage – aussi bien d’un point de vu financé qu’émotionnel - , il s’empara de la taille de la jolie blonde de Guy, Annette et fourra son nez derrière son oreille dans un geste sans aucune équivoque. Ce soir, il s’amuserait avec elle et non Lucie.

    avatar
    Lucie FieldHumaine pauvre
    Humaine pauvre

    Re: L'affaire de cœur et le cœur de l'affaire. [Callum et Lucie]

    Message par Lucie Field le Mar 26 Juin - 16:58

    Le lord du souk était vraiment quelqu’un d’unique, il avait fait preuve d’un comportement détestable tout du long de la négociation. Se comportant comme un vrai requin, mais dès lors que Lucie fit preuve d’une faiblesse sans rapport avec les affaires, il se montra conciliant et compatissant. Un retournement brutal de situation, mais pas déplaisant. C’était intéressant, à voir… Ainsi, Lucie n’avait pas fait d’erreur, il tenait bien à elle d’une façon ou d’une autre ? Il n’y avait pas qu’un attrait purement physique ou professionnel.

    Sa main, si petite entre celle de Callum, tremblait légèrement. Signe de nervosité rare chez elle, ou alors c’était le fait que l’homme lui enserrait assez fort. Il avait de la poigne le gaillard ! Ses yeux semblent trahir une centaine de contradiction de son esprit. Sans le vouloir, elle semblait avoir allumé une sorte de feu en lui… en d’autre circonstance, elle en aurait certainement profité mais dans le cas présent, elle était juste reconnaissante de son geste. Il lui suffisait amplement.
    Callum lui souffla également que Soka serait du voyage, si la mémoire de Lucie ne lui faisait pas défaut, c’était une des collaboratrices privilégiés du Lord. A défaut d’être rassurant, elle ne serait pas la seule nouvelle dans l’équipage et ça, c’était un vrai plus qui fit sourire Lucie.

    - Je serais prudente, ne t’en fait pas… et je crois que la capitaine aime ma fougue autant que toi, Callum… J’ai frappé son recruteur et ça l’a fait rire.

    Elle avait essuyé une remontrance après, mais ça, il n’était pas obligé de le savoir, comme il n’avait pas à savoir qu’elle avait aidé à les faires s’évader et que maintenant, on rechercher une complice des dragons bleus ayant à sa disposition un Aktech d’un genre nouveau. Ils pouvaient toujours chercher les pauvres…

    Ses pensées furent brutalement interrompues par le doux baiser que lui remit le Lord ! Sous la surprise, elle ne chercha pas à se débattre ou à se retirer, juste à profiter de ce petit instant où elle et lui étaient enfin sur la même longueur d’onde. Leurs corps étant moins prompts à se déchirer que leurs esprits. Il rompit l’étreinte après une éternité bien trop courte et se leva, ajoutant qu’elle lui manquerait…

    Cet aveux fit fondre le cœur de Lucie, elle avait envie de rester avec lui maintenant, ne serait-ce que pour ce soir. Mais il se dirigea vers le bar, sans même la regarder, pour saisir une des prostituées par la taille et lui lancer qu’elle aurait son argent à l’atelier en temps et en heure. Une pointe de jalousie étreignit le cœur de la mécanicienne mais elle ne dit rien. Se contentant d’approuver d’un geste de la tête, elle se leva et se dirigea vers la sortie. Sur le pas de la porte, elle eut un dernier regard vers Callum, il dévorait le cou de la blonde…

    Lucie se détourna de cette vision et s’enfuit presque dans la rue, des larmes de jalousie perlaient au coin de ses yeux. Comment un homme comme lui pouvait lui faire autant d’effet et pourquoi elle craignait de ne plus le revoir ? Se serait-elle attaché à lui en dépit de tous ses défauts ? Au moins l’affaire était conclue…

    FIN

    HRP: Merci pour cette aventure, Callum est très attachant et détestable en même temps !

    Contenu sponsorisé

    Re: L'affaire de cœur et le cœur de l'affaire. [Callum et Lucie]

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 19 Sep - 18:28