Aller en haut Aller en bas
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

    InvitéInvité

    Au commencement déjà sombre était la chanson - Wulgrim Bursting

    Message par Invité le Lun 14 Mai - 11:03

    Wulgrim Bursting



    Wulgrim Bursting


    Carte d'identité

    Nom : Bursting

    Prénom : Wulgrim

    Date de naissance et âge : Ne sait pas

    Taille : 186cm

    Origine : Öazys, selon les registres

    Aktech' :  
    Mallaury :
    Selon les archives, il s'agirait vraisemblablement d'un héritage familiale, un cadeau de sa mère :
    Une gemme en forme de pampille, fiché dans sa colonne vertébrale, tant qu'elle n'est pas brisé, restaure l'intégrité physique du dernier dépositaire enregistré. Perte de souvenirs à chaque restauration des fonctions mémorielles.

    Bracelet de montre VR : Outil pour communiquer simplement.


    Rang : Déicide


    Physique

    Grand, blond, balafré, un regard bleu azur perçant et vif. Il vous étonnera par sa condition physique irréprochable malgré un train de vie déplorable. Mais il a déjà remercier Fortuna pour cette chance à la loterie génétique.




    Caractère



    J’ai toujours été versatile. Un tant soit peu… sociopathe. Ma petite sœur, noirceur, à grandit à merveille, surtout grâce à moi. Il y’a quelques années, j’ai un peu changé (le premier qui me dit qu’on ne change jamais, je lui ôte la vie), j’ai découvert une nouvelle vision de la vie, je l’ai adopté. Il faut vivre, vivre à l’excès, faire les choses pleinement, tout donner. Pas de place pour les lâches et les flegmatiques. La loyauté est un de mes maitres mots, et vous me verrez l’employer souvent, surtout quand je commence à être ivre. Mais en parallèle, j’ai déjà retourné ma veste avec une aisance infini… Un jour, je dialoguais avec quelqu’un à l’aide de mon module VR, on s’entendait à merveille. Et un jour elle m’a montré son visage, et puis je lui n’ai plus jamais parlé. Le pire, c’est que ça me n’a même pas heurté. J’ai pas eu mal, comme jadis j’eu pu avoir mal en faisant ça.
    Je suis aussi cinéphile, comme un peu tout le monde. Mais ce qui me décris par-dessus tout, c’est tout et rien. J’aime tout, et rien. J’ai énormément de passion, de centre d’intérêt, mais je n’ai jamais aimé quelque chose au points de déplacer des montagnes. Donc tout fini par m’ennuyer, même si tout m’intéresse… Par ailleurs, j’adore me définir de manière indéfinie. Quand les gens me disent « soit toi-même » par exemple. Non, sérieusement, ça veut dire quoi « soit toi-même » ? et si être moi-même c’est être quelqu’un d’autre ?




    Histoire



    Cette histoire relate potentiellement celle de Wulgrim, un être sans foi ni loi qui n'a qu'un seul et unique but : combler le vide de son âme, par tout les moyens.

    "Ma rancœur est tenace, je ne passe pas l'éponge
    Une pièce à deux faces : apparence et mensonge"


    Memento Mori

    - Wulgrim, Wulgrim Bursting, fils unique d’Hector Bursting, et de Beloved Don Elvir, tous deux citoyens d’Oazys. A reçu une éducation militaire et a passé haut la main les examens finaux. A postuler pour explorateur indépendant il y’a peu. Au final, pas grand-chose n’est inscrit dans les registres sur vous. Il n’y a pas grand-chose sur votre passé, et aucunes explications de votre sortie brutale du système militaire.

    - Ce n’est pas de ma faute si les registres ont été détérioré.

    - Ou quelqu’un l’a fait sciemment.

    - Avec des si, on refait le monde…

    - Qu’est-ce qui vous a poussé à vous faire tatouer ça sur l’avant-bras ? »

    - Pour tout avouer, je ne m’en rappel pas distinctement. J’ai un bref souvenir de m’être fais peindre ça sur le bras, mais sans plus. Mais il y’a a mes yeux une signification. Vous savez, j’ai toujours trouver ça fascinant. Les gens qui se prennent pour si ou ça, roi d’un truc, prophète d’un autre, meilleur ingénieur du siècle. On a la facheuse tendance à ne pas prendre en compte que du jour au lendemain, on peut disparaitre. D’une manière plus ou moins brutale. On est tellement absorbé par ce sentiment de « je suis voué à un grand destin ». Alors que cela pourrait être l’inverse, voué à mourir bêtement. Là, tout de suite, qu’est-ce qui m’empêche de venir enfoncer mon stylo dans votre œil jusqu’à votre cerveau ? Rien. Pourtant, vous vous sentez en sécurité, jusqu’à ce que j’évoque l’idée. Alors que j’aurais pu prétendre aller faire du thé et vous poignarder la nuque à mon retour. Mais non, vous êtes là à faire votre interview en pensant que ce sera un tournant dans votre carrière.

    - Certes… Mais il y’a bien une genèse à ce signe distinctif non ? Et puis, même vous, vous ne vous sentez pas en insécurité permanente, dans une peur de la mort perpétuelle.

    - Non, mais la différence est que j’ai accepté la mort. A dire vrai, c’est elle qui ne veut pas de moi. J’ai déjà essayer de m’ôter la vie, deux fois. La première fois, l’arme s’est enrailler. La seconde, même cet animal n’a pas souhaité m’achever. Ma punition continue de m’échapper.

    - Votre punition ?

    - D'une certaine façon je suis voué au malheur, parce que mes moindres désirs sont si passionnés que je suis affreusement blessé quand je ne puis les contenter, et affreusement déçu quand je les contente.

    - Je vois. Et sinon, depuis quand écumez-vous le désert ? Et pourquoi l’écumez-vous ?

    - Vous sautez du coq à l’âne c’est assez impressionnant.

    - J’aime votre lyrisme, mais le fond ne me convient pas. Vous feriez un très bon écrivain, ou conteur de fariboles.

    - Mais à la place j’ère ici, à rechercher mon passé et essayer de comprendre qui je suis et d’où je viens.

    - D’où votre fonction d’explorateur. Vous n’explorer pas pour le gouvernement en fait ?

    - Je suis multitâche, rien ne m’empêche de mener mes enquêtes tout en référant mes trouvailles au gouvernement.

    - Et rien ne vous empêche de les cacher…

    - Et rien ne vous empêche de taire, déformer, inventer mes propos. Rien n’empêche le maire de piller les fonds publics, les soldats d’abuser de leur pouvoir, les gens de voler. Allons, ne soyez pas candide.

    - Vous parlez d’un passé, d’ailleurs impossible à croire, mais, raconter nous vos exploits.

    - Je n’en ai aucun à raconter. Pas de découverte extraordinaire, pas de combats épiques. Au final, c’est un peu faire des randonnées perpétuelles. Mais j’ai un pressentiment.
    Car si on range quelques instants la flûte de pan qu’on joue en tortillant du cul pour faire croire aux autres et surtout à soi-même qu’on est en train de se forger un destin hors du commun, d’homme différencié au sens évolien, finalement derrière toutes les belles phrases et les idées méchantes de branleur casqué qui peine à faire tourner correctement une machine à laver, si on va jusqu’au bout de l’idée pure en déclenchant l’action précise comme il s’évertuait à le faire avec autant de zèle, on sait bien qu’à la fin, ça se termine toujours pareil : tout seul, dans de la merde et du sang caillé.
    Qu’est ce qui peut bien pousser un jeune homme au passé proche plein d’avenir, à gâcher ainsi toutes ses possibilités en recherchant ça comme une fin en soi, déjà programmée…
    Alors oui, j’ai une histoire pour vous, mais vous n’y croirais pas.




    Back Stabber

    Les yeux fermés, la main serrant son totem, une pierre en forme de pointe de lance, Wulgrim se répéta une fois encore, comme à chaque fois qu’il s’apprêtait à sauter, les quatre phrases de la devise de son escadron :

    Forgé dans ce métal dont on fait les armures
    Blindé par mes batailles, sacrilèges et parjures
    Soldats sans parure, combattant de carrière
    Animal de guerre, vétéran d'envergure

    Et l’onde de choc le traversa à nouveau, propulsant son corps de métal dans le vaisseau qu’il abordait. Il recevait déjà le positionnement de sa partenaire sur son affichage tête haute, elle arriverait peu après lui. Quelques dizaines de seconde, de quoi lui laisser le temps de pacifier la pièce. Sur un chariot de fer il venait défier le feu.
    La pointe du module perfora la coque métallique, avant que les bras ne viennent le freiner. C’est alors que l’écoutille s’ouvra en une puissante explosion afin de dégager le passage au soldat qui, arme au poing, réduit à l’état de macchabé sanguinolent les quelques humanoïdes présents dans la pièce. Le bruit d’huile frétillante résonnait à chaque fois qu’un des projectiles de plasma surchauffé fendait l’air et venait liquéfier la zone d’impact, matière organique ou non.
    S’en suivit un silence de mort que confirma le scanner de proximité : plus aucun vivant dans les 10m alentours.

    Et elle arriva. L’équivalent de la Loreline à Valerian, tout aussi magnifique que Cara Delevingne, il tuait pour elle. Littéralement. Elle aussi fendit la coque avec son module d’abordage, lui laissant seulement le temps de se mettre à couvert pour se protéger de l’explosion créer par l’ouverture de la porte. Un duo d’enfer.

    C’était elle qui l’avait engrainé dans tout cela, son charisme naturel auquel nul homme n’aurait pu résister. Mais c’était lui, lui qu’elle avait choisie, et il n’avait jamais vraiment su pour quoi. Pourtant elle lui avait soi-disant expliquer :

    « - Pourquoi je suis avec toi ? Dans le pire des cas c’est pas si mal d’être ici, pas vrai ? Y’a plein de gens qui t’aime bien ici, c’est vrai. Moi je t’aime beaucoup.
    - Pourquoi ?
    - Combien de fois faut que je te le dise ?
    - Je ne te crois pas.
    - Tous les types avec qui j’étais, qui sont ici et là ou j’étais avant, bref dans toute les coins de la galaxie, quoi qu’ils aient fait ces types, bien né, trafiquant de drogue ou meurtrier, avocat. Ils ont tous une chose en commun. Si on les écoute y’en a pas un seul qui est vrai. Mais ils ont tous une odeur qui leur colle à la peau. Que ce soit des abrutis ou des millionnaires. Ils empestent le mensonge.
    Mais toi, toi tu respires l’innocence, le vrai. T’es tellement pur Wully. Ça te rend unique. Et le fait de t’avoir pris sous mon aile, c’est un peu… Comme si j’avais un truc que personne peut avoir. Comme si… J’avais trouvé une licorne.
    Tu me prends pour quelqu’un de froid et sans cœur. Mais tu peux me dire ce qui m’empêcherais de prendre soin de toi ?
    »

    Non, il n’y croyait pas, il n’y avait jamais cru. Il avait été pur oui, il y’a longtemps de cela. Depuis, il avait changé, elle l’avait changé. Elle l’avait forcé à choisir plus d’une fois : elle ou les autres. Et jamais il n’avait hésiter. Pas même lorsqu’il avait ôté cette première vie. Certain ont l’âme déchiré lorsqu’ils ôtent leur première vie, lui non. Il avait fixé ses yeux larmoyant, ce corps à genoux implorant pitié pour sa vie. Mais il avait fait une chose qu’il ne pardonnait pas : on ne manque pas de respect à sa Lou, celle qui éclipse Rosie Hungtington Whiteley tout comme Margot Robbie. Et c’est en pressant une détente toute fragile qu’il raya une dynastie de la surface de la galaxie. Tout ça pour une main au fesse, ou un presque viol.
    Mais c’est qu’elle trouvait si bien les mots, les gestes, elle le galvanisait si facilement qu’il en devenait un tueur froid, une force inarrêtable prêt à affronter un objet inamovible et voir ce qu’il en résultera.

    Et aujourd’hui, il prenait d’assaut une frégate militaire d’un gouvernement allié, et sans vraiment savoir pourquoi, surement parce qu’elle le voulait, tout simplement.
    Il purgea de vie tout ce qui captait son radar, coupable comme innocent, militaire comme civil, ils ne faisaient pas de quartier. Après tout, même le Joker ferait n’importe quoi pour sa Harley Quinn.
    Une fois sur la passerelle, ils ne prirent même pas la peine de discuter avec le capitaine, son crâne fut liquéfié d’un tir de plasma. Et ce n’est qu’après, qu’il comprit pourquoi.
    Ce vaisseau, sous couvert de frégate militaire lambda, possédait à son bords un nouvel genre d’arme. Le genre d’arme qui réduisit la planète Khor à l’état de cimetière stellaire. Elle avait peut-être eu raison, peut-être que cette fois-ci, la force inarrêtable qu’il était aurait été stoppé dans son élan par un objet inamovible.
    « Alors comme ça t’es avec les autres ? » annonça-t’il avec dédain. C'était sa phrase, et il la retournait contre elle. Elle qui lui avait posé cette question un milliard de fois. Eux, eux qui partageait tout, se nourrissait de l’un comme de l’autre, se séparait enfin. Une rupture brutale qui laissait au moins un corps et une âme, dans un état calamiteux. Certain préfère la mort à l’opprobre, lui aussi, aurait préféré la mort à cela.
    Et c’est d’un simple « Adieu Wulgrim, je t’aime. » que cela se termina. La drogue fit effet, et dans la minute qui suivait, il s’effondra.




    De la lumière, la sensation de chaleur des rayons solaire lui caressant le visage. Mais notre Val’, notre dormeur, n’avait pas deux trous rouge au niveau du cou.
    Un gémissement douloureux, et lentement il se redresse, il a l’impression d’avoir toujours connu ce soleil de plomb, et pourtant, pourtant tout lui semble étranger ici, même les petits drone, tête chercheuse, qui lui sauverons les fesses plus d’une fois. Il attrape son fusil à plasma, seul vestige en adéquation avec sa mémoire, puis se lève sur ses pattes.

    Le soleil est accablant, fatiguant, et c’est en cachant ses yeux qu’il avance, un pas après l’autre. Est-ce une oasis qui se profile à l’horizon ? Trainant le sable à chaque pas, il essaye de remettre son esprit en place, ses souvenirs surtout. C’est à peine si il a l’impression de se rappeler son prénom. Son sac, que fait-il là ? 100 mètre plus loin ? Une brève analyse et il remarqua la petite poche, détentrice de minuscule cristaux blanc à transparant. C’était-il drogué ? Pourtant tout cela… avait sembler si réel.
    Tellement, qu’il en éprouvait encore cette rage, cette haine :
    « Il n'y a plus de barrière à franchir. Tout ce que j'ai en commun avec l'incontrôlable et le démentiel, le vicieux et le diabolique; Toutes les mutilations que j'ai infligé, et ma totale indifférence, Je les ai surpassé.
    Ma douleur est constante, et aigu. Je ne souhaite un monde meilleur à personne. En fait, je veux même que ma douleur soit infligée aux autres, je veux que personne n'y échappe. Mais même après avoir admis cela, il n'y a pas de catharsis, ma punition continue de m'échapper, et je n'en sais pas d'avantage sur moi-même. Aucune découverte ne ressort de mes dires, cette confession n'aura servi... à rien.
    »
    Peut-être était-ce ça sa punition ? Être ici, perdu au milieu d’un désert, avec une quantité de souvenir, et pourtant aucun qui ne semble correspondre à ici, ce lieu, ni même cette planète. Pas de vaisseau, pas d’atterrissage, rien. Peut-être que sa Lou l’avait déposé là ? Avait-elle existé ?






    Dossier en cours d'instruction dans les registres d'Oazys pour prétendre au rang d'explorateur.


    Autre

    Comment as-tu connu le forum ? Joker

    Est-ce un double compte ? : Perhaps


    InvitéInvité

    Re: Au commencement déjà sombre était la chanson - Wulgrim Bursting

    Message par Invité le Lun 14 Mai - 21:45

    Bienvenue !
    Bonne chance pour l'écriture de ta fiche ^^ Hâte d'en savoir plus !

    InvitéInvité

    Re: Au commencement déjà sombre était la chanson - Wulgrim Bursting

    Message par Invité le Mer 16 Mai - 11:08

    Wulgrim Bursting



    mis à jour, si il manque des trucs, ma boite à mp est ouverte !

    Re: Au commencement déjà sombre était la chanson - Wulgrim Bursting

    Message par Ahsoka Öazys le Mer 16 Mai - 16:33

    Bienvenue sur Teren I love you

    J'ai beaucoup aimé lire ton histoire ! Et sinon la description de ton familier est absolument exceptionnelle... xD

    InvitéInvité

    Re: Au commencement déjà sombre était la chanson - Wulgrim Bursting

    Message par Invité le Lun 28 Mai - 9:53

    Wulgrim Bursting



    Mis à jour vendredi 25/05

    Point revisité : Histoire, description mental, Akteck.
    avatar
    DiosDivinité télépathe et métamorphe

    Re: Au commencement déjà sombre était la chanson - Wulgrim Bursting

    Message par Dios le Lun 28 Mai - 10:53

    Bienvenue à toi, déicide !

    *Rit un bon coup* Razz Nooon on me taquine à peine arrivé ? J'adoooore ça Twisted Evil (ben oui, je suis le seul Dieu du coin, normalement...) Tu peux toujours espérer me tuer, l'espoir fait vivre comme on dit Razz

    Ton personnage est très intéressant de part son amnésie et son Aktech'. J'aime bien l'idée c'est original Very Happy (par contre je préciserai aux autres joueurs qu'il n'y a pas d'autres planètes etc. Pour plus d'info, allez lire la FAQ)

    Hâte de voir ce que tu vas faire, explorateur ! En attendant, tu es officiellement validé cheers

    Tu peux désormais :

    -répertorier ton avatar

    -éventuellement proposer un prédéfini

    -Lancer un RP (c'est le principal o/ et si tu veux des styles de présentation il y en a ici), en proposer un ou répondre à une demande de RP

    -Partager tes idées ou partager tes questions pour améliorer le forum

    -Lire ou relire la foire aux questions si besoin

    Enjoy !! Wink
    avatar
    Tarkan YamiEmmerdeur professionnel
    Emmerdeur professionnel

    Re: Au commencement déjà sombre était la chanson - Wulgrim Bursting

    Message par Tarkan Yami le Lun 28 Mai - 14:17

    Eh ben, je sais pas ce que tu prends, mais ça a l'air costaud dis-donc! Razz

    Bienvenue sur Teren!

    Contenu sponsorisé

    Re: Au commencement déjà sombre était la chanson - Wulgrim Bursting

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 16 Déc - 5:16