Aller en haut Aller en bas


    InvitéInvité

    Reprendre du service.

    Message par Invité le Lun 26 Mar - 21:30

    Aleks Stal








    Titre du RP




    La nuit est calme, tout comme la grande rue que j’emprunte qui va vers le souk. Je suis sorti depuis quelques heures, las des négociations sans fins avec des fournisseurs et les autres groupes commerciaux. Le point rouge de ma cigarette dans l’obscurité est l’une des seules sources lumineuses de la petite ruelle que je prends pour arriver au souk.  les odeurs et les bruits m’inonde, cette immense zone de la belle cité d’Oazys est un vrai patchwork de savoir faire purement oazyskians. 

    J’erre quelque temps d’étale en étale. Je passe presque inaperçu. J’ai pris le temps de porter une tenue plus passe-partout à la mode, mais assez confortable au niveau de la liberté de mouvement. Le tous dans les tons bruns ou sable. Bien évidemment, mon furet est sur mon épaule et spark à mon poignet. 

    Je finis par atterrir plus ou moins par destination aléatoire dans une zone plus ou moins mal famé de zone du souk… Ici, se vend tout et n’importe quoi. Je n’aurais pas dû venir, ce que ne manque pas de me faire remarquer Spark depuis mes implants rétinien. Les étales vendent des substances illégales… Par là, des viandes de créature dangereuse venue du désert… Un type vante son arsenal d’armes… Aucune de ces armes ne tuera qui que se soient vu leurs états. 
    Je commence à chercher une sortie dans ce maelström de vices et cette foule compacte et dense. Je ne me sens pas très bien, une sensation de danger me monte à la gorge. Si bien que je me revoie… Enfant, courant dans les rues, parfois poursuivis par des chiens ou des robots de défense de malfrat… 

    Là… Un grand type à mit des femmes à genoux… Oh non, j’avais oublié… Que tous nos effort ne parviennent à éradiqué ce commerce abject. Je vois deux hommes armée avec le type qui hurle les prix et les mérite de ses « filles ». Je vois aussi qu’une des femmes est enfait une androïde. 

    Je m’approche de l’estrade de l’homme et il me fixe dans les yeux… Je lui demande combien pour l’androïde et où il l’a trouvé. Bien évidemment, la réponse ne me plaît pas. C’est une androïde de la cité des I.A libres. 

    Soudain l’homme à un sursaut et s’exclame mon nom, le vrai… Les deux gardes du corps semble alors nerveux. Si je la laisse là, avec les autres, on va droit au désastre ! 
    Je saisis la poignée du vendeur d’esclave et d’un coup sec tir dessus en le déboîtant, la seconde suivante mon pied frappe la rotule sur le côté de mon adversaire surpris et ma main libre se glisse dans la veste du marchand d’esclaves pour saisir son arme et braquer le premier des gardes du corps. Le tir part, un revolver à poudre, la détonation est forte et le recul aussi… Mon bras part en arrière et alors que je peine à ramener l’arme dans l’axe pour viser le second. Je le vois qui à déjà son arme canon pointé sur mon torse, aussi, je me baisse pour rester derrière son patron que je tiens d’un bras en le faisant hurler. 



    « Espèce de taré ! C’est qu’une putain de robot ! » Hurle l’esclavagiste de douleur et de colère.


    « Spark, fait la venir derrière moi avec les autres filles. » J’ordonne en ignorant le marchand abject. 

    « Si une seule bouge, fume-les toutes ! » Hurle le marchand à son garde du corps. 

    Je suis alors dans un statut quo inconfortable… J’aurais dû réagir avec réflexion… Je me fais vieux. 





    ©️ A-Lice
    avatar
    Sylène BraveheartShérif foudroyante
    Shérif foudroyante

    Re: Reprendre du service.

    Message par Sylène Braveheart le Ven 30 Mar - 19:20

    Reprendre du service

    Sylène, Aleks et les esclaves

    Des choses à faire, il n’en manquait pas ces derniers temps. Sylène courait absolument dans tous les sens. Quand elle ne s’occupait pas de renforcer la sécurité de Crystal Mill, elle aidait les habitants, testait de nouvelles technologies, réparait les siens et en créait de nouveaux. Tout ceci avec un peu d’aide de Rey, celle qu’elle considérait comme sa fille.

    Bien sûr, entre deux, elle continuait de se rendre régulièrement sur Öazys pour créer d’éventuels liens avec des alliés amicaux envers les Millkyans et autres robots éveillés. A côté de cela, elle ne profitait toujours pour mettre sa dose de sel lorsqu’elle voyait une injustice. Si elle avait libéré de nombreux esclaves humains, elle ne comptait pas s’en priver une fois de plus. Ce que les êtres vivants pouvaient parfois être cruels. Certains öazyskyans l’étaient particulièrement.

    Aujourd’hui, le shérif ne se rendit pas dans les entrepôts désaffectés : elle se doutait que les trafiquants avaient dû bouger de planque après le passage qu’elle avait fait avec Sera et Johan. Par contre, il semblait y avoir pas mal de magouilles en cours dans le souk. S’il s’agissait à priori de trafic de biens, ça ne coûtait rien d’y passer. La jeune femme au teint hâlé était vêtue d’un jean en simili cuir noir, d’un t-shirt blanc où était écrit “freedom” en lettre noir grunge et d’une veste noire cloutée. Cela collait assez bien avec sa coiffure noire mêlée de bleue et de violet. Elle avait des mitaines en simili cuir avec son Aktech’ électrique prêt à être utilisé au cas où. Puis, toujours fidèle au poste, Buzz trottait gentiment à côté d’elle. Lui aussi était aux aguets, les oreilles dressées.

    L’odeur nauséabonde ne leur fit ni chaud ni froid. Seuls des actes mal intentionnés auraient pu les distraire. D’ailleurs, ils s’en approchaient. Un gars hurla des tarifs pour s'octroyer l’acquisition de charmantes filles. Décidément, cela faisait le troisième vendeur d’esclaves qui croisait son chemin. Peut-être devrait-elle faire carrière ou se renommer ? Sylène, la briseuse de chaînes. Non, ça ne collait pas et elle ne voulait pas d’étiquettes.

    Elle lança un regard à Buzz qui semblait déjà savoir quel serait leur prochain objectif.

    Avant cela, elle attendrait que le fumeur au furet de feu,qu’elle voyait de dos, fasse ce qu’il avait à faire avec le vendeur. En détaillant un peu les “esclaves”, Sylène ne manqua pas de reconnaître une des leurs. Elle connaissait forcément par coeur chacun des visages des siens. Elle vit rouge tout comme buzz.

    Visiblement la tension monta aussi du côté du potentiel intéressé. Le shérif entendit le nom d’Aleks Stal. Elle ne l’avait pas oublié et se demandait ce qu’il fichait ici. Il saisit le vendeur, lui déboita le poignet avant de lui frapper la rotule et de récupérer son arme. Ceci fait, il tira sur un des gros balourds.

    L’homme était apparemment du “bon côté” pour le moment. C’est à dire que voulant libérer les esclaves et sa consoeur, Sylène et lui pourraient donc s’allier un petit temps.

    Les hommes pensaient avoir souffert ? Etant donné la rage de Sylène, ils risquaient de vite comprendre ce que cela ferait. Bien sûr, elle aurait pu foncer dans le tas en se préoccupant peu de ses dommages corporels. Après tout, elle savait se réparer et la souffrance ne l’arrêterait pas. Elle n’était pas fragile comme eux, à la fin, c’est elle qui gagnerait logiquement. Mais il y avait des esclaves humaines et elles n’auraient pas sa chance. Le but n’était pas que des innocents souffrent encore.

    « Trente secondes. »
    Murmura-t-elle à son louseau.

    Après lui avoir adressé un dernier regard, elle fila discrètement un peu plus loin. Le but était de faire le tour pour surgir dans le dos de celui qui maintenait les filles. Elle avait abandonné ses chaussures dans un coin sombre pour se déplacer très silencieusement, ce qui n’était pas aussi aisé sinon. Une fois le temps écoulé, Buzz surgit aux côtés d’Aleks, tout croc dehors, grognant et électrisé à souhait. Le garde du corps restant n’eut d’yeux que pour lui.

    -Wow, wow ! Rappelle ton truc là ! Sinon…

    Il n’eut pas le temps d’ajouter un mot de plus. Sylène s’était fondue telle une ombre derrière lui et lui assena une décharge virulente à la nuque. Elle ne l’avait pas tué mais sonné plus une bonne journée, d’après son expérience. La mort n’était pas une solution. Ces trafiquants méritaient d’être châtiés par Rosco après être passé devant un tribunal Millkyans. Après tout, ils s’en prenaient aux siens. Justice serait faite. Mais qu’est-ce qu’il aurait été tentant de les faire souffrir… Contrôler ses émotions de colère, contrôler...

    « Buzz. »

    Dit simplement le shérif. Le louseau se tourna vers l’homme que tenait Aleks et l’attrapa à un endroit sensible tout en lui envoyant une décharge. Apparemment, cela fut très douloureux. Tellement qu’il finit par perdre connaissance.

    Le shérif, n’adressant aucune pitié à cet homme, vérifia les environs pour être certaines que tout était ok et s’attela à faire sortir les filles humaines ou non. Bien sûr, sa consoeur lui sauta dans les bras, ravie de la retrouver et la remercia. Sylène hocha la tête en guise de réponse puis revint rapidement sur le lieu du mouvement, consciente que cela s’agiterait peut-être vite dans toute la zone après cette attaque.

    Une fois à hauteur d’Aleks, elle lui adressa un regard et dit de sa voix neutre :

    « Merci d’être intervenu. »

    Les grands remerciements n’étaient pas vraiment son fort. Cela ne voulait pas dire qu’elle n’était pas touchée que l’on défende les siens, au contraire.

    « Nous devrions bouger avant que cela dégénère. »

    Et il était hors de question de partir sans ces deux gars. Buzz était déjà en train de traîner le corps du chef. Pour le garde du corps ? Sylène l’attrapa sans difficulté et le traîna. Elle avait beau être petite, sa force était impressionnante. C’était grâce à ce genre de détail que l’on pouvait comprendre qu’elle était un peu spéciale.

    Se voulant utile, c’est finalement celle qui avait été capturée qui se proposa de porter l’homme inconscient. Le shérif accepta, se disant que de la sorte, elle pourrait passer à l’attaque si besoin. Les autres filles étaient là. Ca n’allait pas être facile de sortir discrètement avec un aussi grand groupe.

    InvitéInvité

    Re: Reprendre du service.

    Message par Invité le Sam 31 Mar - 10:57

    Aleks Stal









    feat. Pseudo


    Je suis sorti de la situation inconfortable par une vieille connaissance. Sylène, chef des I.A indépendantes neutralise en un clin d’oeil les criminelles. Nous prenons rapidement le large avec les esclaves libérés, pour le moment la rue de cette partie du souk avait peut-être été déserté, mais les loubards aux services des gangs du coin ne tarderont pas pas à ce pointer pour rétablir les choses. 

    Je hoche la tête aux remerciements de la shérif, nous avions nos divergences, mais elles n’empêchaient pas le respect. Cela dit, je pris les devants, expliquant à mon alliée, de manière simple, que je connaissais les endroits qui n’apparaissaient pas sur les plans du réseau. Je guidais alors les fugitives à travers un réseau de ruelles, construites sans aucun accord de la cité. Les habitations étaient misérables, nombre était les petits dealers qui squattaient les halls ou les paliers. L’un d’eux voulut faire le malin devant ses gars, mais une arme sur le front le calmait rapidement alors que nous passions sa ruelle pour débouché sur une allée plus grande. 
    En face, se trouvait l’un de mes établissements… Mais la rue était très empruntée. De plus, mieux valait évité qu’on ne pose des question sur la shérif, elle devait rester incognito. 


    « Spark, appel une unité de sécurité. Qu’il sécurise les locaux et les esclaves libérés jusqu’à l’arrivée des forces de police… Que le rapport stipule que je les ai aidés à distance en les guidant vers les locaux. » J’ordonnais à la petite I.A dans ma montre.


    « C’est fait monsieur Stal. » Il eu une pause et reprit joyeusement. « L’unité 101 est en approche et sera d’ici trois minutes. J’ai trouvé un itinéraire passant par les réseaux souterrains pour exfiltrer dame Braveheart et la citoyenne Millkyans. » Ajoutais l’exubérante I.A. 

    Je remerciais avec amusement Spark avant de me tourner vers les esclaves humaines et de leur expliquer les choses. Les employés des locaux étaient au courant de leurs arrivée et une équipe de sécurité allaient les défendre jusqu’à l’arrivé des forces de l’ordre du gouvernement. Je me tournais ensuite vers Sylène et sa compatriote alors que les femmes s’élançaient vers les locaux, accueillis par les employés qui les faisaient entrer rapidement à l’abri. 

    Les gangs hésitaient toujours à s’en prendre à mes locaux… J’étais, très radicale dans ma réponse à ces agressions. 


    « Je vous aiderais à quitter la ville avec votre protégé. Et les criminelles. Venez, une équipe de ma sécurité va bientôt arriver, il faut que vous restiez invisible aux yeux des autres… Cela entraînerait de graves complications avec le gouverneur… Il perd de plus en plus la main. » Je leurs dis en guidant les jeunes femmes, oui, on peut dire ça, vers une bouche d’égout non répertorié… Toujours là après 30 ans, je m’en servais pour aller au centre-ville sans me faire agresser par les loubards des serpents de bétons. 

    Les égouts, comme tous égouts, étaient sombres, humides, nauséabonds et l’échelle qui permettait d’y descendre infester par le tétanos et autres maladies normalement anéantis depuis des siècles. Néanmoins, je parvins au sol, sur les rebords bétonné qui bordaient les flux de liquide d’un bout à l’autre de la cité. 

    J’indiquais le chemin en me fiant à mes vieux souvenirs. Mais gardant l’arme du criminelle toujours prête… Les égouts sont tout aussi dangereux que la surface. Ombrefeu est d’ailleurs à l’affût, ses oreilles dressées , ses pattes avant appuyer sur mon épaule droite.  




    ©️ A-Lice
    avatar
    Sylène BraveheartShérif foudroyante
    Shérif foudroyante

    Re: Reprendre du service.

    Message par Sylène Braveheart le Mer 4 Avr - 9:51

    Reprendre du service

    Sylène, Aleks et la concitoyenne Millkyane

    Monsieur Stal eut la gentillesse d’éviter de mentionner l’intervention du shérif pour la libération des esclaves. Dans ce cas précis ce n’était pas plus mal car elle n’avait pas spécialement envie de rendre les coupables. L’homme l’avait bien compris puisqu’il évoqua, un peu plus tard, la possibilité de les laisser partir avec les criminels. Si Sylène avait su sourire, elle l’aurait fait. Cependant, fidèle à elle-même, elle restait coincée avec son fameux air neutre mais détendu.

    Le principal était que les esclaves furent mises en sécurité, loin de leur vie misérable. Combien de personnes subissaient encore aujourd’hui l’esclavage sur Öazys ? Sans doute énormément. Il était vrai que gérer un état tout entier était une autre paire de manche que de s’occuper d’une petite ville comme Crystal Mill… Néanmoins, le gouverneur avait forcément avec lui des tas d’hommes et pouvaient les disposer dans les zones sensibles. Il fallait absolument qu’il se rende compte de la gravité de la situation. Peut-être que les appels répétés aux forces de l’ordre le ferait réagir ? Quoi qu’en ce moment avec Kin qui était mal en point, il avait sans doute des préoccupations toutes autres.

    Apparemment des citoyens lambdas partaient à l’aventure dans le désert soit pour trouver de l’aide, soit pour fuir ce climat hostile. C’était très courageux de leur part sachant qu’ils ne pouvaient pas se réparer aussi facilement que les Millkyans. Une question vint alors en tête de Sylène : qu’en était-il de monsieur Stal ? Il semblait avoir du matériel, une équipe à ses côtés. Pourtant, il était toujours sur Öazys.

    Quel pouvait être son réel but en restant ici ? Voulait-il veiller sur ceux qui restaient ou bien avait-il peur de partir ? Notez que le shérif ne connaissait rien du passé de Stal ni de sa réputation. Ce personnage était intriguant. Elle ne savait pas si elle devait en penser du bien ou du mal. Alors, pour le moment, autant lui laisser le bénéfice du doute. Ils avaient collaboré, pas besoin de se montrer trop dure à son égard.

    Les voilà donc dans les égouts puants d’Öazys. S’il fallait se salir les pieds avec toutes sortes de substances visqueuses, malodorantes mêlées à de l’eau verdâtre, cela avait au moins l’avantage d’être un endroit assez calme. Sylène ne grimaça pas en avançant, pas plus que sa compère. La notion de dégoût n’était pas si évidente à assimiler et ne s’exprimait pas forcément pour les mêmes choses. Un Millkyan aurait pu être dégoûté par des choses perçues comme normale par un humain et vice versa. Plus qu’une différence entre robot et humains, il s’agissait d’une autre culture.

    Les demoiselles ne prirent pas soin des criminels et les laissaient bien s’imbiber du contenu de cette pataugeoire unique, tout en avançant.

    Aleks les guidaient dans ces souterrains. La curiosité de Sylène finit par prendre le dessus et elle s’adressa à lui.

    « Merci de nous avoir aidé ainsi que les esclaves. Pardonnez-moi mon manque de discrétion mais est-ce pour agir de la sorte que vous restez sur Öazys ? J’ai entendu dire que beaucoup partaient de l’état pour essayer de découvrir d’autres lieux. »

    Elle-même comptait se rendre sur la fameuse ville nommée Sèvia, dont on commençait à parler. Apparemment des pirates s’y étaient rendus et le bouche-à-oreille avait fait circuler l’information. Il était primordial de se faire des alliés aussi le shérif comptait augmenter ses chances en se rendant sur place. Qui sait, si jamais le peuple de Sèvia n’était pas réceptif, elle pourrait peut-être en chercher  d’autres un peu plus ouverts d’esprits…

    Tandis qu’ils discutaient, Buzz restait en alerte tout comme le furet de feu et la concitoyenne du shérif. Qui sait s'ils seraient suivis ou tomberaient sur des gens qui se cachaient pour des raisons bien moins honorables que les leurs. Öazys semblait vraiment infestées d'êtres exécrables. Heureusement que, comme partout, il restait tout de même un équilibre et des personnes bien intentionnées existaient.

    InvitéInvité

    Re: Reprendre du service.

    Message par Invité le Mer 4 Avr - 20:53

    Aleks Stal









    feat. Pseudo

    Nous avancions à travers les égouts avec un bon rythme. Je ne détectais aucun mouvement suspects dans les eaux troubles, ni même signe de passage de quelconque être vivants de manière récente. La voix de la shérif fut une brisure du silence ambiant.
    Oui, pourquoi donc rester à Oazys ?

    « Je souhaite fonder une nouvelle nation, qui fonctionnerait différemment des autres. De manière plus juste et méritocratique. Qui encouragerait les sciences et saurait montrer ses crocs e ncas de besoin. » je révélais en demandant à Spark de transmettre les rapports d’explorations des dernières expéditions faites par mes équipes et moi même. 

    « Mais pour voyager, voir d’autres horizons et survivre assez longtemps pour les raconter. Il faut être préparé. Les gens qui quitte la cité,voit à court et moyen terme. Ils ont hélas de grandes chances, soit de mourir sous les coups des pillards et des monstres, soit de devenir eux même des pillards et des monstres. » Je lui dis en expliquant ma vision de cet exode anarchique.

    j’avançais de quelques pas et nous sommes alors face à une grande portes, de l’acier, une valve charger d’empêcher les choses de dehors d’entrer dedans. La valve se commande de manière locale et informatique. Je laisse Spark débuter le piratage et en profite pour développer mes idées. 

    « Il y a beaucoup de monde qui souffre à Oazys, parce que les membres du gouvernements préfèrent l’immobilisme, à l’évolution douce te encadré. Quand mes équipes auront trouvé un lieu aptes à accueillir une nouvelle cité… un lieu avec de l’eau en abondance, des terres fertiles et des ressources à proximité. Je mènerais personnellement tout les laissé pour compte et déçu d’Oazys vers une nouvelle chance de construire quelque chose de mieux. Quand nous auront montré que notre voie fonctionne nous tendront la main à ceux qui le souhaite. » 

    La valve de deux mètres de diamètre émit un chuintement et coulissait dans les parois, ouvrant la voie vers l’extérieur. Me laissant inonder par le soleil qui s’engouffrait dans la faille faite dans ce royaume de ténèbres, je sortis à l’extérieur… Nous étions vers les fermes du sud. Les immenses champs agricoles irrigué de maïs et de blé doré s’étendaient devant nous. 

    Il y a quelque chose qui me tiens à coeur néanmoins avant que la shérif ne parte. 

    « Écoutez, je suis… Désolé. L’homme en armure que vous avez rencontrer il y a quelques temps dans les champs. C’était moi. j’ai été très exécrable envers vous à ce moment. Je tenais à m’en excuser personnellement… Vous avez vos convictions sur l’évolution, la mienne suis un autre chemin. Mais je reste convaincu quelle peuvent coexister pacifiquement. » je déclarais à la … jeune femme. 



    ©️ A-Lice
    avatar
    Sylène BraveheartShérif foudroyante
    Shérif foudroyante

    Re: Reprendre du service.

    Message par Sylène Braveheart le Dim 8 Avr - 11:10

    Reprendre du service

    Sylène, Aleks et la concitoyenne Millkyane

    Sylène écouta silencieusement les explications d’Aleks. Il parla de nation plus juste que celle-ci qui encouragerait les sciences mais qui saurait se défendre. Visiblement, il avait peur que partir à l’aventure sans y être réellement préparé mène soit à la mort, soit à un destin de criminel. Le shérif n’était pas réellement de cet avis du moins pas pour le second point. Il était vrai que ces humains non préparés se mettaient en danger : ils n’étaient physiquement pas prêts pour affronter la réalité des explorations. Mais, que voulez-vous, ils répondaient à une situation d’urgence. S’ils ne mourraient pas dans le désert, c’était peut-être les créatures qui viendraient à eux en pleine ville. Cet état n’était plus protégé par Kin… Cela dégénèrerait forcément rapidement. Sylène s’en voulait un peu bien qu’elle ne fut pas réellement responsable. Si Sÿn n’avait pas voulu détruire les siens, jamais elle n’aurait fait intervenir Rosco. Tout ceci n’était qu’un tragique enchainement d’évènements.

    Aleks poursuivit en expliquant chercher un endroit où accueillir une nouvelle cité où tout serait parfait. C’était sans doute plus facile à dire qu’à faire. Tout le monde savait que Teren était un monde hostile et que pour s’imposer dans une région, il fallait réussir à se faire respecter des créatures. Pour cela, il fallait un gardien. Donc soit Aleks avait omis ce détail, soit il comptait convaincre le gouverneur de lui laisser Kin… Ou il voulait en créer un ? Le shérif se retint bien de lui proposer de lui en fabriquer un. Elle ne faisait cela que pour des alliés. Ainsi, elle travaillait pour Aïsty et leur fournirait un gardien robotique très prochainement.

    L’homme semblait réellement convaincu de pouvoir faire mieux que Sÿn et de pouvoir convaincre ceux qui auront été laissé de côté dans cette société voire même d’autres, s’ils le voulaient.

    Un tel objectif était beau. Elle-même avançait dans ce sens avec les siens. Il faudrait le garder à l’œil, au cas où les choses évolueraient pour lui et ceux qui croiraient en son projet.

    Alors que la valve s’ouvrit, Sylène et ses compagnons se laissèrent guidés vers la lumière avec prudence. On sait tous que ce n’est pas toujours bon d’aller vers la lumière, après tout. La fille de William remarqua qu’ils se trouvaient au niveau des fermes du sud d’après les paysages. Sa base de données étaient très remplie et lui permettait en une fraction de seconde de répertorier ce qu’elle voyait et de faire des plans. Mine de rien, grâce à cette petite excursion, elle connaissait de nouveaux passages au sein d’Öazys. Elle aurait pu remercier Aleks pour cela mais mieux valait éviter. Il aurait pu se senti coupable de trahison envers Sÿn. Quoique cela ne semblait pas être l’amour fou entre ces deux-là ? L’homme était trop énigmatique pour savoir ce qu’il pensait réellement et quelle était réellement sa cause. Il aurait pu lui raconter toutes ces histoires juste pour l’endormir et lui faire croire être de son côté. Mieux valait rester sur ses gardes.

    En tout cas, ils étaient désormais libres et Sylène pourrait rentrer avec ses compagnons sur Crystal Mill. C’était positif. Elle allait s’avancer lorsqu’il reprit la parole pour s’excuser de son comportement passé. Il ajouta même être certain que leurs idéaux puissent coexister pacifiquement.

    Le shérif hocha la tête et répondit de sa voix neutre :

    « J’accepte vos excuses. Sachez que je le pense également. Je ne désire pas évoluer dans un monde où la guerre explose de nouveau. Nous devrions nous tourner vers le passé. Si Teren est une planète hostile, elle a au moins le mérite de nous permettre de vivre. Je pense que les gens sur Terre ont fait d’énormes erreurs et il faudrait éviter de les répéter. Aujourd’hui les Öazyskyans pensent pour la plupart qu’un peuple robotique est forcément leur ennemi et qu’il faut les détruire. Demain, ils regretteront peut-être de ne pas avoir plutôt préféré une alliance contre une menace réelle. »


    Sylène n’était pas prophète mais se souvenait des paroles de son père, William. Il lui avait expliqué que la planète Terre avait été détruite suite aux folies des hommes et qu’ici ils avaient eu un nouveau départ. Cela fera bientôt mille ans… Pourtant les choses ne semblaient pas changer. Chacun voulait mordre sur le territoire de l’autre, montrer sa supériorité. Elle se demandait un avenir sur le long terme persisterait si tous finissaient par s’affronter.

    En même temps, personne ne voulait voir son peuple s’éteindre et répliquerait donc pour sa survie. Tout ceci ressemblait à une histoire sans fin. Est-ce que Teren subirait le même sort que la Terre ? La jeune femme l’ignorait, d’autant plus qu’elle n’avait pas les détails de ce qu’il s’était réellement passé dans les détails.

    Elle secoua la tête et dit à Aleks :

    « En tout cas je vous remercie de nous avoir aidées. Je saurai m’en souvenir en temps voulu. »


    Elle le salua d’un signe de tête avant de partir avec ses compagnons, toujours sur ses gardes. Elles devaient arriver en un morceau jusqu’à Crystal Mill et juger ces esclavagistes.

    Contenu sponsorisé

    Re: Reprendre du service.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 19 Sep - 18:28