Aller en haut Aller en bas

    avatar
    Malek OttarrGénie de l’Ingénierie

    Il est temps de sortir des sentiers battus.

    Message par Malek Ottarr le Lun 8 Jan - 15:19

    J'avais reçu une lettre il y a de ça deux mois, une invitation de la part de Sylène pour venir dans sa ville dont j'avais déjà entendu nombre de fois parlé au cours de ses derniers mois. Crystal Mill.
    Je voulais y réfléchir avant de me lancer, je n'aime pas tellement Sylène mais cette ville est une aubaine pour moi... Je m'étais fixé un but, découvrir le pourquoi l'éveille des robots. Surtout que je sujette que Yoko, ma secrétaire, était en cours d'éveil.

    Je construis parallèlement un robot que je vais programmer pour qu'il soit plus sensible à l'analyse pour qu'il puisse avoir plus de chance à s'éveiller de lui même... Je pense qu'il serait intéressant d'être neutre, je ne le serais jamais assez avec Yoko, avec lui j'aurais plus de détachement déjà. D'ailleurs, si tout se passe bien je l'emmènerais à Crystal Mill si je trouve que cette ville sera utile à mes recherches, mais je ne m'en fais pas pour cela, elle le sera j'en suis sûr. Une ville battit pour des robots éveillés, il ne m'en fallait pas plus.

    Je pris un pactage qui me fait une semaine de denrée non périssable, il y avait aussi mes calepins de notes, de quoi me soigner si besoin et des outils. Accroché en haut de de se grand sac, une couverture de survie. A ma ceinture un grand couteau et une sacoche rempli de petites billes, celle-ci étant des capsules flash que j'avais construite pour aveugler les créatures susceptibles de me poser soucis durant ma route. Sur le sommet de ma tête, mes lunettes qui me permettrait de ne pas me faire aveugler par le flash et de pouvoir agrandir ce que je voyais, pratique pour la réparation.
    A mon dos était posés mon bâton de transport qui, avec mes gants lasers me permettait de le charger pour pouvoir tirer des faisceaux amplifié par le bâton.

    Je fermais boutique pendant un mois au cas où bien que j'allais prendre l'un des chemins les plus courts donné par Sylène. Elle m'avait montré plusieurs chemins pour y aller, un de quatre jours mais plutôt dangereux et l'autre de 20 jours qui ne devrait pas poser souci. Je n'avais pas 20 jours à perdre et j'étais un homme de terrain à la base, bien que je n'avais pas une brigade pour m'accompagner, je fus Major de la sécurité des escouades d'exploration terrenienne. Il est évident que le voyage n'allait pas être de tout repos, mais au moins je sais comment combattre les créatures des environs, espérons juste que je n'ai pas perdu la main...

    Un dernier contrôle de tout ce que j'emportais ainsi que du bon fonctionnement de mes deux Aktechs à savoir les gantelets lasers et mon Aktechs de réalité virtuelles. Tout est ok, me voilà en marche pour Crystal Mill.

    (Malek va d'Öazis en J12 à Crystal Mill en J13)
    avatar
    DiosDivinité télépathe et métamorphe

    Re: Il est temps de sortir des sentiers battus.

    Message par Dios le Lun 8 Jan - 15:32

    [Nid de scorpiards en J13 !]

    Bienvenue explorateur : ces quatre prochains jours, il faudra faire preuve de discrétion pour ne pas subir une lutte acharnée contre de superbes scorpiards. Ceci est leur territoire : soit prudent. Ils communiquent entre eux, par des cris, dès qu'une anomalie est détectée.

    Ils peuvent t'attraper telle une mouche avant de te dévorer mais tu vas te défendre, pas vrai ?

    Comme le nid s'étend sur tout J13, via des galeries, je te conseille vraiment te ne pas faire trop le malin. Il y a des scorpiards de toutes tailles et une Reine. Mais tu ne la verras sans doute pas.

    Bon courage explorateur ! Very Happy

    Une fois J13 passé, tu pourras accéder à Crystal Mill en K13 Wink
    avatar
    Malek OttarrGénie de l’Ingénierie

    Re: Il est temps de sortir des sentiers battus.

    Message par Malek Ottarr le Mar 9 Jan - 2:54

    Le premier jour de route fut paisible, j'étais partis au crépuscule, quand le soleil laissait place à la nuit pour m'aventurer dans le désert. Afin de voyager dans les meilleurs conditions, il fallait impérativement marcher de nuit. La chaleur est aride loin des villes et la journée, cela peut devenir une fournaise. La nuit, la température était beaucoup plus basse et donc à par contrer le frais et les vents de celle-ci, le désert était plus calme. En moyenne, je marchais environ 5 à 6 kilomètres à l'heure et sachant que j'alternais une pause d'une petite heure afin de manger et me poser un peu. Le soleil commençait à atteindre le haut du ciel, je m'abritais sous une grosse roche que j'avais vérifié pour me reposer. Pour éviter tout désagrément, j'avais fais de mes mains un petit tas de sable afin d'être abrité de la chaleur au mieux et accroché par des vieux branchages ma couverture de survie. Il ne faisait comme ça pas trop chaud et j'allais pouvoir dormir à l'heure la plus chaude de la journée et donc ne pas souffrir d'une marche à pied périlleuse sous un climat arride. Je bus une ou deux bonnes gorgée d'eau et mis autour de mon visage un tissu avant de fermer les yeux durant cinq heures.
    17 heures à mon Akctech, mon sommeil c'était bien passé et j'avais dormis assez longtemps pour m'assurer une bonne marche à pieds. Abrité sous mon rocher, le visage découvert, je bus à nouveau de grosses gorgées puis mangea raisonnablement pour ne pas souffrir de la soif ou chaleur.

    18h à ma montre, le soleil n'allait pas tarder à ce coucher, d'ici deux heures j'allais être tranquille et à cette heure-ci, la température chute doucement. Après avoir rangé mes affaires consciencieusement et envoyé un message à Yoko, je creusais le mur de sable que je m’étais fait pour me remettre en marche. Mon deuxième jours de marche c’était entamé, mais quelque chose ne clochait pas, je voyais des traces sur le sable, des grosses pattes… Des Scorpiads. Merde, je devais m’approcher d’un nid voir être au dessus. Ses saloperies des sables, ils étaient un cancer pour Teren… Ses galeries, comment les éradiqués ils étaient si nombreux. On devait se contenter depuis des centaines d’années à chercher les reines pour les tuer et brûler leurs putains de tunnel quand on à le temps et l’occasion.

    Hm… Il fallait que je fasses attention à tout, le son car ses bêtes communiquent par cris, mais aussi à mon odeur et ma manière de me déplacer… Sinon ma viré dans le désert allait être bref. Un Scorpiard oui, une famille entière je ne pourrais pas résister. Heureusement que j’ai mes capsules flashs et mes compétences, je dois être encore un peu rouillé, mais si j’en croise un ça va sûrement me réveiller. Je m’accroupissais à terre en touchant la trace, elle avait l’air récente car très peu balayé par les vents… Je pris une poignée de sable et me la frottait sur les cheveux, puis sur mon corps et mes vêtements. Le sable absorbe la transpiration, enlève la graisse et absorbe l’odeur. Je me devais d’être le plus discret possible, je ne pouvais faire le zouave…

    D’un pas rapide, je me déplaçais dans le désert et ma route se conclus  de manière plutôt positif, mais je n’avais pas trouver d’autre abri qu’un vieille arbre brûlé par la chaleur du désert. Génial… Étant seul, je n’avais pas d’autre choix… Après avoir tapé sur l’arbre pour constater s’il était creux, je pris mon couteau et mis un coup dans l’arbre, la souche était creuse. Le bois était mort, je mis deux coups d’épaule pour faire tomber l’arbre, qui restait à terre et creusa le bois de celui-ci pour pouvoir rentrer dedans. Hm… J’allais pas tellement bouger dans mon sommeil ça c’est sûr. Je mis la souche sur moi et fermait les yeux…

    Quelques heures après, je sentis une secousse sur mon lieu de sommeil et mes yeux s’ouvrirent immédiatement. Ne pas bouger, ne pas bouger… Était-ce un chien de feu ? En journée cela n’aurait rien de surprenant… Les yeux bien ouverts, je restais immobile et sentit une certaine humidité et un bruit de lapement. Merde un Scorpiard, je ne pouvais même pas voir s’ils étaient plusieurs dans cette putain de souche…!

    Je sentis ma souche se faire jeter et donc moi avec et quand je tombais lourdement au sol, celle-ci se brisait en mille morceaux, me laissant au sol assoiffé avec mon sac heureusement toujours sur le dos. Je me débarbouillais encore un peu sonné et voyait au loin la créature qui était dos à moi. Si elle était là, c’est que les autres n’étaient pas loin et le moindre bruit que je pourrais produire me ferait immédiatement repéré par l’animal. Bordel, ce troisième jours de route aurait pu être mon dernier…. J’observais silencieusement les alentours, j’étais entouré des souches de bois, un terrain miné pour ma discrétion. Je pris une profonde et silencieuse respiration et bougeait très lentement cette zone, main sur ma poche de capsule et quittait doucement les lieux en descendant une dune. Dans les environs, rien, mais j’entendais le cris de certaines bêtes. J’ouvris mon Aktechs tout en reprenant une marche peu tranquille, bientôt 16 heures. J’avais deux heures d’avance sur mon début de marche, les Scorpiards n’était pas encore rentré à cette heure, ce sont des créatures de type diurne… Là, le soleil allait commencer à se coucher dans 4 heures. 4 heures où j’allais devoir être très attentif. Tant que je ne voyais personne, je me roulais dans le sable et prit juste un peu dos, surtout pas de nourriture, sinon j’allais les attirés. Mon Aktechs à réalité virtuel m’indiquait une boussole, je devais aller au Sud Est, là où était se putain de Scorpiard qui m’avait envoyé aux fraises, j’allais devoir le contourner…

    Je contournais la dune et marchais à pas lent pour être le plus discret possible, je priais Dios de ne pas me faire repérer, heureusement, je le déplaçais sans problème jusqu’à le perdre de vu. Je pu reprendre un rythme de marche convenable pour poursuivre ma route…  Deux heures de marches étaient passés, du sable il n’y avait que ça, rien d’autre à part ses reliefs qui se succédait. Au moins, à 18 heures j’allais être plus tranquille, enfin, c’est ce que je croyais… Après avoir passé une dune, je fus figé.. Sur ma route, un nid, un nid de Scorpiard… Non de Dios…

    Si je tentais le diable, me voici fasse à toutes leurs familles… D’un autre côté, je n’allais pas attendre ou rebroussé chemin, bien trop dangereux. Que faire, que faire ? Je ne vois pas d’autre moyen que de faire diversion. Mais comment…
    Je descendis un peu du sommet de la butte de sable et m’allongeais en calmant ma respiration… Allongé sur la dune, je posais ma main sur ma sacoche de capsule. Oui, oui ça peut marcher… Je n’ai pas d’autre choix… Juste le temps de faire diversion et de contourner le nid.. Mais ça n’allait pas faire assez de bruit… Je les avais conçu pour flasher pas faire du boucans… Ok, ok calme toi…

    Je pris une poignée dans ma main et les observait… J’ai une idée ! Je mis mes lunettes sur mon nez puis activa mes gants laser et les fis fondres très légèrement avant de les recouvrir de sable… J’entendis des grognements communiqués entre eux, ils avaient dû m’entendre. Pas de temps à perdre. Je me recouvris de sable puis les jeta au loin, à l’opposé d’où j’allais, les flashs et bruit de pétard fit crier les Scorpiards qui veillait à la sécurité du nid, moi, je plaçais mon pactage à mon ventre et couru bien qu’accroupis loin du nid, une chance ceux qui avait ressortis du nid en s’affolant ne m’avait pas vu, maintenant, je devais courir et quitter cette zone et vite !

    Je remis mon pactage à mon dos et couru avec mon bâton en main. Je courru à en perdre haleine sur plusieurs kilomètres et c’est au bout d’un moment qu’épuisé de ma longue course je m’effondrais au sol assoiffé et affamé, la nuit était tombé, à mon Aktechs, il était 21 heures… J’ouvris mon sac et bu, bu énormément puis mangea avant de m’étendre sur le sol… Un peu essoufflé, je regardais les étoiles, la lune éclairait ma route, heureusement… Ça me fait du bien de souffler, une pause s’impose… Je restais une bonne heure à contempler les étoiles, je me sentais maintenant plus reposé. Je n’étais plus très loin de Crystal Myll, encore à peine deux jours de marche et j’y suis.
    Je continuais alors ma route jusqu’en fin de matinée où je trouvais une cavité rocheuse… Le trou de celle-ci ne laissait pas passer un Scorpiard ou du moins un bébé, je pouvais voir à la profondeur de la grotte qu’il n’y avait rien. Je ne pouvais en revanche pas utiliser du sable pour me cacher comme l’autre jour, jallais devoir y faire avec ma couverture. Il me fallut 20 minutes pour m’improviser une tente de fortune en accrochant ma couverture de survie à des parois de rocher pour me cacher du soleil et d’éventuel créature peu observatrice. Je me mis à deux mètres de ma couverture qui me servait de mur et enlaçait mon bâton, si je me faisais réveiller, j’allais tout de suite l’entendre et donc j’allais pouvoir me protéger. J’envoyais un message à Yoko en m’excusant de n’avoir pu le faire plus tôt et m’endormis quasi immédiatement après. Malgré la chaleur et ceux bien que la parois rocheuse était une source de frais je dormis 7 heures, à mon réveil, je pouvais voir la nuit derrière le voile de ma couverture, j’observais ma montre et me dit à tel point j’avais bien dormis, ça devait être celle que j’avais le mieux passé depuis le début de mon périple. Je m’étirais et prit mon repas en veillant à bien m’hydrater puis je me rasais avec mon couteau de chasse, il s’agissait de ma dernière route. Je pense arriver d’ici dix heures à peu près… Je rangeais mes affaires et me remis en route, celle-ci était calme. Je pris une pause à environ cinq heures de marches, je me sentais tranquille, bien reposé, me revoilà partie pour environ cinq heures de marches à nouveau. Motivée par cette fin de voyage, je marchais d’un pas déterminée jusqu’à cette nouvelle ville.

    Après deux heures de pas, j’entendis des grognements ce qui me fit accélérer le pas un peu plus, je n’avais plus un pas tranquille mais bel et bien discret, j’étais aux aguets et après 3 heures j’aperçu enfin la ville, l’aube arrivait doucement. J’entendis un cris, la créature que j’entendais au loin m’avait suivis…? A peine le temps de me retourner que je sentis sa langue me serrer le bassin pour me tirer vers elle brutalement. Putain de Scorpiad ! Mon bâton qui me servait heureusement à ce moment là de canne de marche empêchait la gueule de cette ignoble créature se refermer sur moi, mais je le voyais plier à la force de mâchoire de mon attaquant. La bête se secouait et moi avec qui essayait tant bien que mal à saisir mon couteau de chasse. Ayant saisis le manche de mon arme, je le saisie et le plantait dans la langue de la créature qui d’un hurlement audible lachait prise immédiatement ce qui fit tomber mon bâton, fou de rage celle-ci me fonçait dessus alors que je me redressais. Je pris immédiatement une poignée de mes capsules, mais me prit un coup de patte qui me fit projeter à plusieurs mètres, certaines de mes capsules éclatants en faisant des faisceaux lumineux bien visible. Mon arrivée allait se faire en fanfard ma parole… Je saisis bâton laser alors que je me faisais saisir à nouveau par la langue de la créature qui me ramenait à nouveau à elle… Je résistait tant bien que mal pour ne pas rentrer dans son énorme gueule. Je collais alors main à elle et activait le gantelet laser, chauffant sa cuirasse dur, elle finit par hurler en me lâchant, je lui jetais alors une poignée de capsule aux visages après avoir mis rapidement mes lunettes, celle-ci étant aveuglé et brûlé aux yeux par mes flashs je profitais qu’elle ouvrit sa gueule pour hurler de douleur en se débattant de cette aveuglement pour concentrer un laser puissant dans mon bâton de marche et second armes pour lui tirer en plein dans dans celle-ci. Le faisceau traversa son palais et ressortit de son crâne et la bête dévalait la pente en face des portes de la ville dans un dernier soupire. Je soupirais un grand coup de soulagement en voyant qu’à une dizaine de mètres de la ville, au pieds de cette colline la bête était inerte. Je retirais mes lunettes pour les poser sur mes cheveux puis descendit la pente très rapidement pour constater que la bête était définitivement morte. Je dépoussiérais ensuite mes mèches du sable qui s’était accumulé. Crystal Mill, me voilà enfin arrivé bien que cela fut en fanfare je dois l’avouer… Est-ce que Sylène avait tout vu ? Si c’était le cas, j’espère qu’elle n’allait pas me faire la moral pour la défense des animaux…

    [HRP : Je fais la correction orthographique du RP demain, il est trois heures du matin chez moi ça commence à faire tard Wink ]

    Contenu sponsorisé

    Re: Il est temps de sortir des sentiers battus.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 19 Juil - 2:19