Aller en haut Aller en bas


    InvitéInvité

    Les démons du passé [PV Malek]

    Message par Invité le Ven 5 Jan - 16:35

    Zakhary Kammthaar



    J'observais mes bras et mes jambes avec un air dépité. Depuis plusieurs semaines déjà, j'essayais désespérément de me retaper, mais à part me greffer maladroitement quelques grossières plaques d'acier sur les bras, qui d'ailleurs n'avaient pas tenu très longtemps, je n'avais pas pu réellement faire quoique ce soit de probant. Il me fallait de l'aide, l'aide d'une personne qui s'y connaissait. Il y avait bien cette jeune fille que j'avais croisée peu de temps avant de me faire capturer par le NOD, et justement, il avait Stal et le NOD. Mais je ni comment ni où retrouver la première, et le second m'avait donné un rendez-vous qui n'aurait pas lieu avant cinq jours à présent. Il me fallait donc une solution de repli, car je ne tiendrai pas cinq jours dans mon état. Si je tombais encore une fois face à des malfrats avec des armes à feu, c'en était fini de mon blindage et donc de moi. Et ça, je n'étais pas prêt à l'accepter.

    C'est alors que je me souvins d'un détail. Il y a cinq mois, j'avais assisté à un événement tout à fait insolite. Au début, j'avais cru à une hallucination, mais étais-je seulement encore capable d'halluciner … J'avais vu Malek Ottar, Scorpius, l'homme indirectement responsable de mon état, l'homme qui m'avait envoyé à la boucherie, en tenue de civil prendre la défense au beau milieu du souk d'une petite fille face à plusieurs crétins que j'aurais personnellement massacrés. Mais lui s'était contenté de les neutraliser à coups bien sentis de bâton, avant d'emmener la petite avec lui. Suite à cette rixe, j'avais donc mené une petite enquête pour en savoir plus, et j'avais découvert qu'il vivait dans une ferme, à l'écart du souk et qu'il s'était entouré de robots qu'il accueillait et réparait. Cela ne m'enchantait pas de revoir mon bourreau, mais avais-je réellement le choix ? La réponse était claire : non.

    Je me mis donc en route, enfilant mon capuchon pour ne pas exposer mon exo-armure à la vue de tous. Je déambulai dans les rues avec un peu de difficulté, je sentais bien que j'avais prit de sacrés dégâts et certains joints de mes articulations en avaient été impactés. J'avais un mal de chien, mais bizarrement, je m'en réjouissais en partie. Je pouvais toujours ressentir la douleur, c'était une chose de plus qui me rapprochait de l'humanité que je cherchais désespérément à retrouver. La marche fut longue, la ferme de Malek était vraiment loin. Au vu de la distance, j'avais évalué le temps de marche à un rythme normal à environ une heure, mais avec ma condition, j'avais mis une bonne heure et quart pour l'atteindre.

    J'arrivais donc face à un portail en fer noir que je poussais lentement. En pénétrant, je pouvais voir sur la droite des robots qui travaillaient dans un potager de fortune. Il n'était pas très grand, mais semblait suffisant pour faire vivre l'équivalent d'une famille qui occuperait la maison qui se trouvait sur le terrain. Un peu plus loin, je pouvais voir une petite fille jouer avec ce qui ressemblait à un … un lion ? Un robot lion, énormément massif qui me repéra rapidement.

    Il fit descendre la petite fille qui jouait sur son dos et s'avança vers moi, ses crocs métalliques bien en vue. Je le voyait s'approcher de moi de manière menaçante, comme le ferait un chien de garde. Un chien de garde de la taille d'un cheval. Je tendais alors mon bras devant la bête, pour tenter de la calmer et de lui faire comprendre que je n'étais pas là en ennemi.

    « Tout doux, mon grand, tout doux, je ne suis pas là pour vous faire du m... »

    Avant que je puisse finir ma phrase, le lion mécanique se jeta sur moi et saisit mon bras tendu entre ses puissantes mâchoires. Les crocs d'acier traversèrent mon blindage bien trop entamé par mes derniers affrontements. Je poussai un cri de douleur et saisis alors la tête de l'animal, me servant de son élan et de ma force pour le projeter un peu plus loin. Je sentis alors le bout de mon bras et ma main droite s'arracher tandis que la bête retombait lourdement dans le sable. Derrière moi j'entendais la petite fille crier de peur en appelant au secours. « Malek, Malek, Lessie se bat contre un monsieur qui fait peur ! Maleeeeek ! » Je reportai mon attention sur le lion et soupirai avec lassitude en le voyant revenir à la charge, et me mis en position défensive, prêt à contrer l'animal.
    avatar
    Malek OttarrGénie de l’Ingénierie

    Re: Les démons du passé [PV Malek]

    Message par Malek Ottarr le Dim 7 Jan - 14:47

    Dans l’accueil entrain de faire de paperasse accompagné de ma fidèle amie Yoko, nous étions là dans un silence solennel. Les papiers, arf, c’est à s’y perdre… Entre les droits de construire, la permission de faire des armes, la déclaration du patrimoine et j’en passe… Je peux dire que je m’y perdais un peu, mais c’est là le rôle de toutes entreprises comme la mienne surtout que je suis du genre sérieux et je serais mal de la faire à l’envers au gouverneur. Je ne veux pas de problème et l’entièreté de mes robots employés sont déclarés, dont deux intelligences artificielles que j’ai projet de construire pour ma ferme.

    « Hm, Yoko… Je ne comprends pas ce qu’il me demande pour se passage… Rah, j’ai l’impression de me répeter en boucle. Comment fais-tu pour pas tout foutre en l’air à la fin de la journée ? »

    L’oeil de Yoko eut une expression amusée, c’était la seule partie de son visage qu’il restait pour faire passer quelconque émotion, la partie gauche et haute. Elle prit la feuille et la ramenait à elle.

    « C’est peut-être parce que tu m’a programmé à ça que je n’ai aucune animosité à le faire Malek, n’est-ce pas ? »

    « Haha… Je ne peux croire que j’ai programmé une personne aussi parfaite que toi. »

    « Flatteur. »

    Son programme l’a fit rougir faiblement sur ce qui restait de sa pommette puis nous en restions là pour continuer à compléter les diverses tâches administratifs que nous nous étions fixées. Tout à coup, un son, un cri d’enfant perçait le silence et nous poussa elle et moi à tourner brutalement la tête vers l’entrée.

    « Malek, Malek, Lessie se bat contre un monsieur qui fait peur ! Maleeeeek ! »

    Je me dressais d’un coup sur mes jambes et accouru dehors bâton de transport en main. Une chance que je garde toujours un gant sur la main droite ce qui me permet de transformer cette outil de voyage en un genre de canon laser. Au loin, je voyais mon lion en position d’attaque, gronder cybernétiquement sur une personne qui semblait être au loin un robot plutôt très âbimé. J’espère qu’il n’avait pas fait trop de dégat.

    « LION, AUX PIEDS ! »

    Le cadran de mon compagnon quadripède passait du rouge au bleu et ne quittant pas l’étrange du regard, il recula vers moi. Ikki quant à elle s’était positionnée à mon dos, elle tenait craintivement ma tunique rouge en observant elle aussi mon éventuel nouveau client qui avait eu ma foi un sacré accueil.

    « Ikki, va te mettre à l’abri avec Yoko... »

    « Mais… Papa... »

    « Ne discute pas. Va voir Yoko. »

    La petite couru dans l’accueil, moi, je gardais mon baton fermement dans ma main droite. Un geste trop brusque et cet étrange mâchine dont je ne reconnaissais pas la série allait voir sa tête voler en éclat. Selon mes calculs, 11 mètres nous séparait.

    « Monsieur, pardonnez l’accueil de mon lion. Que venez-vous faire ici ? »

    Je restais néanmoins prudent, Lion n’attaquait jamais au hasard un de mes clients, il a le nez pour détecter des machines d’attaque, il ne sait juste pas quand il est bon d’attaquer ou de se mettre sur ses gardes.

    InvitéInvité

    Re: Les démons du passé [PV Malek]

    Message par Invité le Lun 8 Jan - 21:30

    Zakhary Kammthaar



    Il était temps. Le major était arrivé pile au bon moment, car si le combat s’était poursuivit, l’un d’entre nous aurait fini en tas de ferraille. Je regardai l’extrémité arrachée de mon bras droit de laquelle jaillissait des étincelles, et serrai les dents. Par chance pour moi, le protocole de mon exo-armure enclenchait une production de synthèse et une injection massive d’adrénaline en stimulant mon cerveau, afin que mes capacités de combat ne soient pas altérées par la douleur. Seulement, la situation de combat était finie et les effets de l’adrénaline de synthèse s’estompaient assez rapidement. La douleur commençait à prendre le pas, mais par chance, je suppose, elle restait tout juste à la limite du supportable grâce à mon sécrétion naturelle d’adrénaline, ce que me permettait de rester conscient et de ne pas m’effondrer par terre.

    Je fixai un moment le reste de mon bras toujours coincé entre les mâchoires affûtées du lion de métal. De l’huile et du liquide lubrifiant dégoulinait des articulations de ce qui était encore quelques minutes auparavant ma main, tâchant le corps de la bête d’acier. J’étais venu pour me faire réparer, après tout … La facture serait simplement un peu plus élevée que prévue, dirons nous. Je remontai alors les yeux vers lui. Le Major Scorpius. C’était cet homme qui, indirectement, était responsable de mon état actuel. C’était lui qui m’avait envoyé au massacre, moi et mes frères d’armes. C’était de la faute de cet homme qui se tenait devant, bâton à la main, prêt à se battre si mes intentions lui paraissaient trop hostiles et accompagné d’une bête mécanique tout aussi dangereuse que la vie de Zakhary Kammthaar avait prit brutalement fin pour devenir un cauchemar interminable. Durant tout ce temps, à chaque fois que j’avais repensé à cet homme, et à l’éventuel moment où je me retrouverais en face de mon bourreau, je m’étais imaginé ressentir de la colère et une furieuse envie de le frapper, de déverser ma haine sur lui. Pourtant, c’était loin d’être le cas. Je ressentais une part de colère, mais elle était beaucoup plus faible que ce à quoi je m’attendais. Elle semblait comme atténuée par autre chose, mais j’aurais pas su dire ce que c’était.

    « Cela me flatte que vous me traitiez encore comme un humain, peu de gens se donnent cette peine vis à vis de moi. Enfin, il est vrai que je n’entretiens que peu de contacts avec qui que ce soit ces derniers temps. Et les derniers êtres humains avec qui j’ai pu avoir une conversation de plus de trois minutes ne m’ont pas laissé un souvenir assez marquant pour que j’ai envie de les revoir. » Je marquai une pause en le fixant de mes yeux hétérogènes, l’un humain, organique, et l’autre artificiel et mécanique. Puis j’ajoutai, sans le quitter du regard « C’est un sacré animal de compagnie que vous avez là. Un très bon moyen de garder votre propriété. Mais si vous pouviez lui demander de me rendre mon bras sans l’amocher d’avantage, ce serait très aimable à vous … Major. »
    avatar
    Malek OttarrGénie de l’Ingénierie

    Re: Les démons du passé [PV Malek]

    Message par Malek Ottarr le Jeu 11 Jan - 16:08

    « Cela me flatte que vous me traitiez encore comme un humain, peu de gens se donnent cette peine vis à vis de moi. Enfin, il est vrai que je n’entretiens que peu de contacts avec qui que ce soit ces derniers temps. Et les derniers êtres humains avec qui j’ai pu avoir une conversation de plus de trois minutes ne m’ont pas laissé un souvenir assez marquant pour que j’ai envie de les revoir. » 

    Cet homme, il est si étrange… Il me fixe sans dire un mot et ses paroles me rends dès plus méfiant de lui, il à un ton, un ton particulier qui n’est pas de la joie mais pas non plus de la colère. Cela ressemble plus à de la lassitude et un e haine profonde. Tout en ne le quittant pas du regard, je me concentrais, le moindre geste suspect et je dégainais...

    « C’est un sacré animal de compagnie que vous avez là. Un très bon moyen de garder votre propriété. Mais si vous pouviez lui demander de me rendre mon bras sans l’amocher d’avantage, ce serait très aimable à vous … Major. »

    M… Major ? Comment connaît-il mon ancien titre ?! Tout à coup je me sentis perturbé, qui était-il ? Je ne reconnaissais ni sa voix ni son visage… Major, j’avais bien entendu ? Par Dios, c’est impossible, mes années d’armée ne peuvent pas me rattraper ainsi. Non, non elles ne peuvent pas !
    Ressaisis-toi, tu… Tu as sûrement mal entendu.

    Attaque le, tue-le… Cet homme est en état de faiblesse, un mot et Lion l’attaque, un geste et ton laser le perfore sans qu’il n’ait le temps de réagir. Regarde-le, sa carcasse est tellement abîmé, un simple coup de cailloux le mettrait en pièce. Personne ne doit te manquer de respect, c’est toi le chef et s’il ne te donne pas les honneur, alors élimine le !

    NON ! Je me raidis légèrement durant un moment de silence puis pris tout à coup un visage inexpressif.

    « Lion, veuillez me remettre le bras. »

    Ma créature artificielle était totalement perturbé par mon langage, il n’avait pas l’habitude de m’entendre parler de cette voix neutre et surtout je n’avais pas l’habitude de le vouvoyer, quand je m’en aperçu, je secouais brièvement la tête et reprit une voix plus douce.

    « Donne Lessie. »

    Mon compagnon arrivait vers moi un peu craintif et posait le bras à mes pieds, je me penchais doucement sans quitter du regard l’inconnu et prit l’appareil. Sacré bras synthétique… Je l’observais un peu dans un silence d’église puis je regardais à nouveau l’inconnu.

    « Venez avec moi dans mon atelier, je vais vous remettre le bras. Cela ne vous sera pas facturé évidemment. »

    Je marchais d’un pas tranquille pour ouvrir ma porte d’entrepôt et attendit mon client, je ne passais aucune émotion sur mon visage, mais en réalité je me sentais extrêmement stressé, avais-je vraiment bien entendu… ? L’homme de métal est doucement arrivé vers moi et passa la porte en me jetant un bref regard et je fis de même pour essayer de me rappeler de son visage. Rien, aucun souvenir me rapporte à lui. Je fermais la porte derrière nous et lui dit de s’asseoir à mon atelier, une grande plaque de métal qui ressemblait à une tale.
    Je pris mon matériel dans une grosse malle que je posais à côté de cette table puis posait des lunettes multifonction sur le sommet de ma tête puis je pris un carnet de note.

    « Il va me falloir votre identité et ce que vous souhaitez comme réparation afin que je vous fasses un devis. D’office je vous mets le bras en réparation, mais se sera à mes frais, une manière pour excuser le geste de ma créature. »

    En le scrutant, il semblait vraiment très abîmé, mais il fallait d’abord que je sache le problème avant de l’analyser de font en comble ?

    InvitéInvité

    Re: Les démons du passé [PV Malek]

    Message par Invité le Sam 13 Jan - 19:25

    Zakhary Kammthaar



    Malek m'avait invité à le suivre dans son atelier, chose que je fis sans me poser de questions. Nous prîmes alors place à une table qui ressemblait davantage à une grosse plaque de métal qui avait été posée là et soudée à un pied pour faire office de « table de travail » ou « table d'opération ». Malek m'observait et semblait tenter de me sonder, j'avais la sensation d'être analysé sous toutes les coutures à chaque fois que ses yeux se posaient sur moi. Sans doute essayait-il de se rappeler qui j'étais grâce à mon visage. Pas de chance pour lui, ce dernier était bien trop incomplet pour que quelqu'un qui ne me connaissait pas personnellement puisse me reconnaître. Avec un œil en moins et ma mâchoire inférieure remplacée par une prothèse cybernétique tout sauf esthétique, il était donc très difficile pour quelqu'un qui ne m'avait pour ainsi dire jamais observé de près de reconstituer mon visage et y mettre un nom. Cela aurait pu me mettre en colère. Après tout, j'avais en face de moi mon bourreau, celui qui m'avait envoyé à la mort, et pourtant … Je ne lui en voulais pas, je ne parvenais pas à ressentir de la haine à son égard. Simplement de la pitié et de la compassion. Car avec le recul, et ce que je voyais dans cet endroit, j'avais l'intime conviction qu'il était comme moi et qu'au final, l'armée lui avait beaucoup trop prit et pas assez donné.

    « Il va me falloir votre identité et ce que vous souhaitez comme réparation afin que je vous fasses un devis. D’office je vous mets le bras en réparation, mais se sera à mes frais, une manière pour excuser le geste de ma créature. »

    Cela confirmait ce que je pensais, il ne me reconnaissait pas. Je supposai que ce n'était pas plus mal. Malek semblait avoir vraiment raccroché. Bien qu'il me soit assez difficile de concevoir que Scorpius avait décidé d'abandonner l'armée pour devenir fermier, je n'avais pas connaissance de tout ce qu'il s'était passé depuis ce fameux jour. Et la présence de cette enfant robot, la façon qu'elle avait eu de l'appeler « papa » … Cette ferme, tout cet endroit, le fait qu'il réparait les robots et qu'il leur donnait une seconde vie … Quelque chose me disait que de l'eau avait coulé sous les ponts et que l'homme que j'avais en face de moi aujourd'hui n'était plus le Major Scorpius, machine organique créée et formatée par l'armée, mais bel et bien un être humain qui répondait au nom de Malek Ottar.

    « Je suis désolé, mais … Je crains ne pas avoir beaucoup d'argent. À vrai dire, je n'ai pas le moindre sou. Je suis désolé, Maj… Mr Ottar, j'ai bien conscience que cela est très osé et quelque peu irrespectueux de me présenter à vous de la sorte et d'espérer la charité. Mais voyez vous, je … Disons que je mène des activités qui nécessitent une armure en bon état, ce qui n'est pas trop mon cas. Et pour diverses raisons, je ne peux pas m'adresser à un organisme public, aussi j'ai voulu faire appel à vous car on dit de vous en ville que vous êtes un mécanicien de génie capable de réparer à peu près n'importe quel robot, quelque soit son état. Et disons que, dans mon cas … Je suis plus un robot qu'autre chose. »

    Je retirai alors entièrement ma cape afin de découvrir mon corps artificiel. Les impacts étaient vraiment nombreux, à vrai dire plus nombreux que ce que je me souvenais. Devant l'expression perplexe de mon interlocuteur, je procédais alors à quelques explications.

    « On ne dirait peut-être pas, mais à la base, j'étais un humain tout comme vous. Suite à un malheureusement événement, j'ai été grièvement blessé et tout ce qu'on a pu sauver de mon corps, c'est ce bout de visage que vous voyez là, ainis que mon cerveau, mon coeur et mes poumons. Et encore, mêmes mes organes internes ont été cybernétisés. À vrai dire, je ne sais même pas si j'ai encore quelque chose d'humain en moi. »

    J'observai alors ma main qui n'avait pas été arrachée, poussant un soupir las et teinté d'une légère tristesse, avant de relever les yeux vers mon ancien major, attendant sa réponse.
    avatar
    Malek OttarrGénie de l’Ingénierie

    Re: Les démons du passé [PV Malek]

    Message par Malek Ottarr le Mar 17 Avr - 13:57

    Je tapotais le crayon que je tenais entre mes doigts sur le carnet. Hm… Pas le moindre sous, une technologie qui de prime abord me semblait assez spécifique, d’autant plus qu’il était humain, c’est comme tenir une vie entre mes mains pour la réparation. Que faire… ? Si je refusais, cet homme en piteux état n’allait probablement pas s’en sortir et si j’acceptais cela allait me coûter cher avec une chance sur deux pour le tuer selon les zones de réparation.

    Cessant les tapotement de mon crayon pour prendre note des points abordés avec lui, je pesais le pour et le contre de sa demande puis je commençais à l’observer. Cet homme avait dû traverser l’enfer… Tout son corps était quasiment plus que des pièces et il ne savait même pas ce qui était synthétique chez lui ou non.
    Je pourrais l’amener dans le sous-sol à mon grand-père peut-être pour le scanner… ? Mais… Hm, non, trop dangereux. Si cette cave était si bien caché et vu ce que j’ai pu y trouver, il ne vallait mieux pas tenter le diable. C’est rageant car il a une technologie à la pointe que je ne peux même pas utiliser publiquement…

    Je faisais claquer mes lèvres en dégageant l’air par mon nez de manière audible.

    « Vous semblez être un peu spécifique Monsieur… Et je ne vous caches pas que votre demande me semble très compliqué… Avec tous mon respect, vous êtes un cyborg. Un robot, si pendant la réparation est bon à jeter ce n’est pas grave, mais j’ai un souci d’éthique avec vous, vous êtes humain bien que très artificiel... Je ne répare pas des gens comme vous, je ne suis pas médecin-prothésiste. »

    Je posais une main sur son genoux, l’autre sur son mollet et le fit bouger la jambe puis réitérais sur l’autre en soupirant, consterné par l’ampleur des dégâts sur son corps cybernétique, je fis pareil avec ses bras en les bougeant bien qu’un des deux n’étaient plus fonctionnel pour le moment, après, je mis mes lunettes sur mon nez et analysait son visage pour voir les réparations éventuels à faire.

    « Concrètement, que désirez-vous réparer en priorité, en sachant que d’office, je vous fais le bras et avez-vous une sensibilité à la douleur ? Ah oui, vous êtes Monsieur…? »

    On n'était pas sortie de ma grange vu le chantier que cet homme était, selon ce qu’il me demande, je verrais comment me débrouiller pour l’aider.
    avatar
    DiosDivinité télépathe et métamorphe

    Re: Les démons du passé [PV Malek]

    Message par Dios le Dim 22 Avr - 13:37

    [RP abandonné]

    Contenu sponsorisé

    Re: Les démons du passé [PV Malek]

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 19 Juil - 3:44