avatar
    Malek OttarrGénie de l’Ingénierie

    Ne réveil pas l'homme que j'ai été. [PV Sera]

    Message par Malek Ottarr le Mer 27 Déc - 19:10

    Plus d’un mois que j’avais laissé cette enfant et quelle déprime. Je n’avais plus cœur à rien et de ce faite, j’ai fermé provisoirement boutique depuis son départ. Pourquoi n’ais-je pas tenté d’être un bon père… ? Non, il faut que je me rende à la raison, je ne l’aurais pas été… Je suis un homme avec trop de blessure, je ne peux pas assumer un robot fillette éveillée, pourtant, elle me manquait cruellement...

    Dans l’entrepôt, je m’étais assis devant l’oeuvre de ma vie, un robot transporteur géant encore inachevé. Je ne disais rien, je me contentais de le contempler, mes idées d’ingénieur revenait doucement, mais au fond de moi je restais vide. Dès que je prenais quelconque plan ou appareil en main, plus rien ne me venait. Je ne comprends pas…
    Cela avait des répercussions dans ma vie de tout les jours, elle ne se limitait pas à l’ingénierie. Je n’avais pas grand faim, je ne coiffais plus mes cheveux, le rasage n’en parlons pas je le repousse toujours au lendemain. C’est déjà un miracle que je fasse ma toilette et encore parfois je n’en ai pas envie. J’ai juste envie de rien, je ère dans ma ferme ou reste cloîtrer dans mes bâtiments et plus j’échoue quand j’entreprends de faire quelque chose, moins j’ai la motivation pour continuer et je me contente de me mettre en colère puis d’aller me coucher.

    Un soupire déchirait le silence si bien installé dans l’entrepôt, je me relevais doucement de mon siège en me grattant la joue barbue et traînait la patte pour sortir de mon entrepôt.

    *La faiblesse n’a pas à avoir sa place dans mes rangs.*

    Cette voix, cette écho de voix… Je pressais ma tête entre mes mains. Je ne veux plus t’entendre, plus jamais !

    Décevant.

    « TA GUEULE !!! »

    Je pris la première chose qui me passait par la main et le lançait contre le mur en hurlant puis dans un élan de colère je renversais la table pour la saisir et elle aussi la lancer contre le mur en poussant un cri guttural, puis je me mis à genoux en gardant ma tête dans mes mains, soupirant fébrilement. A peine quelques secondes après, Yoko rentrait dans la pièce et venu à moi pour poser sa main sur mon épaule.

    « Il t’embête encore ? »

    « Oui… » Je reniflais alors en posant mes poings sur mes genoux avant de soupirer. « Je peux aller au lit s’il te plaît… ? »

    « Non Malek, ça suffit, reprend toi en main. Si ses crises d’angoisse te reviennent, c’est parce que tu ne fais rien ! »

    « Mais je n’arrive à rien ! »

    « Tu ne t’en donnes pas les moyens ! Il te manque des pièces, tu ne fais aucun effort et te laisse totalement aller. Tu ne m’as pas sauvé de la casse pour que je te vois ainsi, ça suffit, je vais t’amener à la salle de bain quitte à te laver moi-même. »

    « M… Mais ! »

    Sans pouvoir rien répondre, Yoko me prit la main et me tira jusqu’en haut pour me mettre dans la salle de bain. Je rougissais, était gênée d’être dans la salle de bain face à se miroir qui reflétait à quel point je m’étais laissé aller. C’est vrai que cela était pathétique… Je frottais ma barbe, regardait mes cheveux puis soupirait.

    « Laisse moi me préparer. »

    Yoko partit de la pièce et je commençais directement à me préparer. Je me lavais entièrement puis peignait mes cheveux pour en faire une longue tresse avant de me tailler la barbe avec soin pour en faire mon bouc habituelle. Je m’étais laissé aller trop longtemps, ma secrétaire et amie avait raison sur se point, aujourd’hui je vais récupérer des pièces puis rouvrir boutique, j’ai des clients à satisfaire...

    Je sortis de la salle de bain, habillé de ma tenue ample et rouge, parfait pour me balader. Celle-ci étant propre qui plus est, j’allais pouvoir sortir dignement au Souk pour m’acheter des nouvelles pièces.

    « Si mon visage n’avait aucune pièce maquante, je sourirais de te voir ainsi Malek. »

    « Comment te remercier ma Yoko, tu es comme une sœur pour moi. » J’embrassais le côté droit du front à Yoko, celui où ses circuits internes étaient encore caché par son visage artificielle. « Tu as raison, je me suis laissé aller depuis le départ de la petite, je vais me reprendre en main. Je vais aller au Souk, collecter des nouvelles pièces pour vos entretiens. Jacques c’est fait encore abîmé par Lion, cette fois-ci c’est le bras droit qui a été touché, du coup il peut l’utiliser mais il y a une grosse marge d’erreur pour ses gestes à cause d’une pièce au niveau de la jonction entre le haut et le bras du bras qui a été broyé. »

    « Lessie est incorrigible. »

    « Ouai, je vais lui faire un câlin avant de partir. »

    Je fis alors une accolade à ma fidèle amie avant de partir à vif allure dans mon établi qui était maintenant un vrai bazar pour prendre mon bâton porte charge, j’atelais à chaque extrémités de celle-ci des caisses de transport puis j’appelais Lion quand j’eus les pieds dans la cours. Le lion courait de son pas lourd jusqu’à moi avant de se rouler par-terre pour me faire la fête.
    Je soupirais avec un léger sourire et posait un genoux à terre en ouvrant les bras.

    « Viens là crétin de robot. »

    Lessie, un peu brute posa sa tête avec lourdeur sur moi avant de la frotter, il me donnait par moment des coups de patte qui n’avait rien de méchant. Je lui faisais des grosses grattouilles puis je me releva.

    « Tu restes ici, surveille la ferme et veille à ce que personne d’autre que moi ne rentre. »

    La bête cybernétique me suivit jusqu’aux grilles de ma ferme et ensuite faisait des rondes quand je commençais à m’éloigner. Le vent balayait le sable ainsi que ma longue tresse et mes vêtements. Doucement, je faisais pas vers le Souk.


    Après une bonne heure du marche, je pouvais clairement reconnaître l’endroit parmi des millier, bonder de monde vu que nous arrivions l’après-midi. Entre marchant et client, il y avait de quoi satisfaire tout le monde. Je remercie Dios pour m’avoir donné mes 1m90, dépassant la majorité d’une tête je ne pouvais pas me perdre.

    Flânant dans les allées, il m’arrivait de m’arrêter pour acheter des pièces, circuits et autres systèmes. Parfois on m’arrêtait pour faire un brun de causette, des anciens clients ou des personnes qui avait besoin de conseil. Au Souk, j’étais plutôt connue malgré ma discretion. Peut-être que la tenue rouge ne m’aider pas aussi, mais le rouge me va plutôt bien je trouve et sûrement que celle-ci était un vestige de mon temps passé à l’armée vu que nos uniformes étaient sables pour le terrain et rouge pour l’apparat.

    « Hey, ça serait pas l’autre trou du cul ! »

    Qui me parle de la sorte ? Cette voix m’était familière. Je me tournais alors, visage naturellement froid et qu’elle ne fut pas la surprise de voir l’ancien propriétaire de la petite fille que j’avais fais adopté accompagné de sa génialisime bande de débile. Le Souk est immense, mais il fallait bien que je tombe sur eux, évidemment. Comme les coïncidences sont bien faite n’est-ce pas ?
    Je soupirais avant de reprendre ma route, mais je fus bousculé par une personne qui me faisait désormais face.

    « Tu fuis le bosses ? T’es une aussi grosse flipette que ça ? »

    « Non, je n’ai juste pas envie de vous mettre à nouveau une raclée. » Je soupirais.

    « T’inquiète, cette fois-ci fils de pute on va te faire ton compte. »

    Sans m’en douté, je me pris un coup d’Aktech’ électrique en plein dans l’abdomen, sur le coup, mon corps raidis tomba à la renverse au sol et me voilà rué de coup pour règlement de compte. Mon coeur était affolé, mon souffle court. Heureusement que je portais des vêtements épais, le choc électrique de cet Aktech bas marché m’avait juste sonné sur le coup, je profitais de me faire cogner pour pouvoir réfléchir quelques secondes à une tactique. Mon bâton n’était pas loin, ils étaient cinq, parfait.

    Recroquevillé au sol, mes avants bras protégeaient à la fois mon buste et mon visage, on peut dire que ses petites enflures n’y allait pas de mains mortes et cette foule qui les supportait qui plus est... Dommage pour eux, il ne savait pas à qui ils avaient à faire. Tout à coup, je saisie la cheville d’un de mes agresseurs et mon deuxième poing se heurta à son genoux, je sentis un craquement sur mes phalanges et j’entendis son hurlement, son genoux s’était luxé et j’avais dû lui péter la rotule, je me mis sur le dos et saisit les deux jambes de l’homme qui était derrière moi puis je le fis tomber lui aussi à la renverse. D’un mouvement de bascule du dos, je me relevais d’un bon pour me mettre en garde.
    Une micro-seconde me permis de regarder où se trouver mon bâton, 2m50 nous séparait et il se trouvait derrière les 4 débiles, l’autre avec son genoux pété se contentait d’hurler de douleur à terre. Pfff, pauvre puce je vais te plaindre.

    Deux se lancèrent sur moi sous ordre de leur caïd, je les esquivais en faisant une roulade sur le côté puis je m’élançais en avant poing fermé pour asséner un coup à l’un d’entre eux en plein dans la tempe, celui-ci tombant au sol sur le coup. La personne à droite de leur chef s’élançait alors que je m’apprêtais à attaquer le second type qui me faisait face et il profita de ma distraction pour m’attraper par la tresse. Je me tournais brièvement pour voir que ce rouquin à la peau sale avait ma natte fermement en main, il tira dessus pour me faire basculer en arrière et leva son genoux pour que je me le prenne dans le bas du dos, celui ci m’arrachant un hoquement de douleur. Son accolyte sous l’oeil satisfait de son chef fonçait face à moi pour m’asséner un coup de poing au visage tandis que celui qui m’avait immobilisé m’avait mis une lame sous la gorge. Durant le labse de temps avant que je me prenne un coup au visage, j’écrasais mon talon sur le pieds de celui qui me gardait immobile, le choque de la douleur le crispa à peine une seconde, assez pour que ma main attrape celle qui tenait le couteau sur ma gorge. Je le bousculais en lui faisant une clef de bras puis le mis en bouclier humain contre l’homme qui s’apprétait à me mettre un coup de poing. Assommé sur le coup, je le jetais au sol avec son autre ami lui-même dans le coltard. Plus que deux…

    « Sale pute, j’vais te niquer ! »

    Que de grossièreté, la guerre se fait en silence. En moins cinq minutes en comptant le coup d’Atkech électrique j’en avais mis trois hors d’état de nuire. Je calcul moins de deux minutes le temps d’avoir les derniers. L’homme face à moi sorti à nouveau son Aktech et essayait de m’en mettre un coup, chacune de ses tentatives se résolvait par une esquive de ma part, je finis par saisir son avant bras puis de lui frapper le ventre avec mon pieds pour le repousser et prendre à la fois son Aktech. Je me déplaçais vers lui alors qu’il se relevait et je souleva son t-shirt pour lui mettre une décharge dans le ventre. Il tombait paralysé au sol.

    « Voilà comment on assome quelqu’un électriquement jeune homme. »

    Je laissais l’aktech tomber au sol pour ensuite l’écraser sous ma sandale avant de me tourner vers le chef, quelle ne fut pas la surprise de voir une de mes clientes à trois quart dos à moi en train de maintenir l’homme avec un couteau sur la gorge qu’elle s’appréter à lui asséner. J’enjambais deux des crétins que j’avais assommé au sol et saisis le poing de celle-ci alors qu’elle allait faire le geste fatal. J’étais à son dos et la désarmait d’un mouvement de poignée pour lui faire guider son poing sous la mâchoire de se sale type qui tomba à la renverse au sol. Sans un mot, je me décollais du dos de cette femme en lâchant doucement son poing, je fis quelques pas pour récupérer mon bâton de transport fermement accroché à mes caisses que je plaçais sur mon épaule droite.

    Je regardais les cinq personnes neutralisés et mon ancienne cliente avec des yeux froids et captivant avant de me laisser disparaître dans la foule qui nous avais entouré lors du combat.

    Re: Ne réveil pas l'homme que j'ai été. [PV Sera]

    Message par Sera Crimson le Lun 1 Jan - 17:30




    Le retour avait été aussi mouvementé que l'aller à Crystal Mill. Évidemment, le fait que Yanko soit aussi présent ne facilitait pas la chose. Sera devait sans cesse surveiller le petit garçon et le protéger lorsque des créatures s'attaquait à son petit groupe. L'argentée se demandait encore comment il avait réussi à arriver vivant jusqu'à Crystal Mill sans une seule blessure. Il avait une bonne étoile qui le protégeait sinon cela n'était pas possible. Des grands combattants avaient perdu la vie en traversant ce désert. Les créatures étaient très dangereuses. Elle les avait affrontée plusieurs fois et la tâche n'était jamais facile. Encore heureux qu'elle avait les bons réflexes sinon son groupe et elle serait un tas d'os éparpillés dans le désert.

    Sylène, Yanko et elle avait réussi malgré les difficultés rencontrer sur la route à rentrer sain et sauve à Öazys. L'argentée espérait au fond d'elle que son organisme ne se soit pas rendu compte de son absence. Cela pouvait lui attirer des gros problèmes. Elle avait déjà une excuse si il l'attrapait, mais elle préférait ne pas mentir. Il pouvait vérifier si elle disait vrai et ensuite ce rendre compte qu'elle était avec une habitante de Crystal Mill ainsi que son frère. Qui sait, ce qui pourrait faire à son grande frère. Il valait mieux qu'elle se fasse petite en faisant bien son travail.

    C'était d'ailleurs dans cette optique que la jeune femme était parti dans les bas quartiers. Le gang qui s'en était prit au petit frère du gouverneur devait continuer à sévir là-bas. Certes, elle avait arrêter une bonne partie de leur bande, mais elle était persuadé qu'ils agissaient pas seul. Il y avait toujours un chef au dessus de cette bande de racaille.
    L'argentée était donc partie à la recherche d'information. Beaucoup faisait la sourde d'oreille quand elle posait des questions ou d'autre fuyait. Décidément, ces personnes devaient avoir une grosse influence pour faire peur à ce point là. Mais Sera ne se laissait pas abattre, elle mettrait fin à ce groupe quoiqu'il arrive.

    Soudain, un regroupement se fit au milieu de son chemin. Accompagné de Snow celui-ci lui dit qu'il s'agissait de son créateur en train de se battre contre des hommes. D'après les informations de son ami, celui-ci se débrouillait bien, mais Sera décida toute de même de l'aider. Elle avait attrapé un des hommes. Comme ce qu'on lui avait appris durant de longue année, elle avait mit son arme sous sa gorge prête à le tuer. On lui avait toujours répéter que si elle ne tuait pas c'était elle qui se ferait tuer. Sera allait donc donner le coup fatale quand elle sentit quelqu'un derrière elle qui la désarma et là guida pour donner un coup de poing dans la mâchoire de l'individu. Elle avait évidemment compris que la personne derrière elle était l'ingénieur. Toutefois, elle n'avait pas compris pourquoi il ne les avait pas mit hors d'état de nuire. La jeune femme l'avait donc suivit avec Snow et elle lui dit :

    « Pourquoi ne pas les avoir éliminer ? Ce sont des criminels qui ce sont prit à vous. Eux n'aurait pas hésité à vous tuer. »
    lumos maxima


    _________________
    Sera Crimson
    × Zero ×
    avatar
    Malek OttarrGénie de l’Ingénierie

    Re: Ne réveil pas l'homme que j'ai été. [PV Sera]

    Message par Malek Ottarr le Sam 6 Jan - 15:37

    Je marchais dans les rues, me forçant à garder la tête vide, il ne fallait surtout pas que je pense. Pas penser, pas penser pas penser…
    Ne pense pas, soit comme ses robots qui n’ont que les ordres en tête et tait toi. C’est ça, soit impassible et discipliné, tu ne pourras arriver que de cette manière…

    Non, non je ne veux pas, ça suffit. Pourquoi a t il fallut que tu reviennes dans ma vie, depuis que j’ai vu il y a de ça deux mois cet ancien compagnon d’arme, mes crises sont plus fréquente que jamais. Je n’ai plus envie d’être qui j’étais devenu avec mon ancien travail. J’en veux tant à mon père de m’avoir forcé à intégrer l’armée d’Oazys pour que jamais je ne touche à la mécanique. Pourquoi tenait-il à me garder aussi loin au point de faire risquer ma vie sur tout ses champs de bataille. Ah, il peut-être fier d’avoir fait de sa progéniture un impitoyable tueur et tacticien. Une chance qu’il ne soit plus désormais et que j’ai de nouveau une vie paisible dans ma ferme, accompagné de mes robots dans un travail que j’affectionne depuis toujours…

    Il faut rentrer à la maison désormais, je ne tolérerais pas une autre rixe stupide qui ne fait aucun sens. Je sentis quelque chose arriver à ma hauteur et la voix qui m’interpela me paru familière, il s’agissait une fois de plus de Mademoiselle Crimson.

    « Pourquoi ne pas les avoir éliminer ? Ce sont des criminels qui ce sont prit à vous. Eux n'aurait pas hésité à vous tuer. »

    Je reconnais bien là un trait de l’armée, le danger doit être éradiqué. Mais ses gens là n’était pas des créatures à tuer à la chaîne pour sécuriser des bataillons d’exploration. Ce sont des hommes comme elle et moi et si je peux neutraliser sans tuer, je le fais.

    Je gardais la courbe droite en marchant, ne bougeant pas le regard de ma route pour lui répondre d’une voix sans émotion.

    « Pourquoi éliminer quand on peut se contentrer de neutraliser sans faire de victime Madame Crimson ? Se sera une bonne leçon pour ses gens. »

    Je gardais mon rythme de marche dans le Souk en portant mes deux caisses suspendu à mon bâton de transport qui était posé à mon épaule, esquivant de temps à autre des passants.

    Re: Ne réveil pas l'homme que j'ai été. [PV Sera]

    Message par Sera Crimson le Lun 8 Jan - 20:19




    Penser et vivre comme un robot. Voilà comment Sera avait vécu sa vie jusqu'à maintenant. Ce n'était clairement pas une vie de rêve, mais elle pouvait s'estimer heureuse d'être en vie après toute les choses qu'elle avait traversé. Elle devait quand même reconnaître que sa force était grâce à eux. Tous ses entraînements l'avait poussé à devenir celle qu'elle était à présent. L'argentée était devenir très forte. Tellement forte qu'on la surnomme Zéro. Meilleure que la première place, les gens de son organisme on était vraiment très fier de leur recrue. Chaque leçon, chaque entraînement, chaque douleur n'avait pas été vain car Zero était née grâce à eux. Sa force était devenu légendaire dans leur centre et souvent on prenait exemple sur son cas à elle pour les nouveaux soldats.

    L'argentée avait été tellement bien formé qu'elle ne savait plus ce qui était bien ou mal. Si elle avait eu l'occasion, elle les aurait tous tué un par un car c'était ce qu'elle avait apprit. Elle pensait que c'était aussi le cas pour l'ingénieur étant donné qu'elle avait comprit qu'il était un ancien militaire. Il fallait croire qu'il n'avait pas tous les même méthodes. Toutefois, elle préféra lui demander et il lui répondit :

    « Pourquoi éliminer quand on peut se contentrer de neutraliser sans faire de victime Madame Crimson ? Se sera une bonne leçon pour ses gens. »

    Neutraliser sans faire de victime ne faisait pas parti de son langage. Des qu'un ennemi s'attaquait à elle, il valait mieux qu'il finisse mort que juste assommer. Il pouvait à tout moment attaquer pour mettre fin à ces jours. Il ne fallait donc jamais se méfier de son adversaire, même si celui-ci semblait beaucoup plus faible. Pour l'argentée, la réponse lui semblait si évidente qu'elle lui répondit du tac au tac :

    « Pour ne pas devenir faible. Laisser des gens en vie alors qu'ils ont commit un crime, nous rends faible. Aimer des gens, nous rends faible. C'est ce que j'ai appris et en tant qu'ex militaire j'imagine qu'on vous a aussi apprit ça aussi. Pour mener à bien une mission, il faut savoir faire les bons choix. D'où le fait que je ne comprends pas votre décision.»
    lumos maxima


    _________________
    Sera Crimson
    × Zero ×
    avatar
    Malek OttarrGénie de l’Ingénierie

    Re: Ne réveil pas l'homme que j'ai été. [PV Sera]

    Message par Malek Ottarr le Mar 9 Jan - 16:26

    « Pour ne pas devenir faible. Laisser des gens en vie alors qu'ils ont commit un crime, nous rends faible. Aimer des gens, nous rends faible. C'est ce que j'ai appris et en tant qu'ex militaire j'imagine qu'on vous a aussi apprit ça aussi. Pour mener à bien une mission, il faut savoir faire les bons choix. D'où le fait que je ne comprends pas votre décision.»

    Hm… On dirait moi avant. Toujours éliminer ce qui s’oppose, suivre les ordres comme un robot… Elle avait l’air d’avoir subi néanmoins un endoctrinement plus antérieur que le miens si elle dit être ex-militaire et toujours penser que la mort est une solution à tout. Elle prenait chaque choses de la vie comme une mission à exécuter, la pauvre, je la plains pour être encore coincé dans cette phase car au fond, elle doit se sentir bien seul…
    Je soupirais, mais nullement d’agacement en lui répondant.

    « Je n’ai plus aucune mission à mener de la sorte à mener Madame Crimson et si vous êtes ex-militaire vous non-plus. Prenez comme mission de mener la vie que vous avez souhaité en quittant l’armée et de vivre paisiblement. C’est tout le malheur que je vous souhaites. »

    Cette jeune femme est toujours bloquée dans le rouage infernal de l’armée. C’est le pion sur l’échiquier de ses maîtres et si elle n’a vécu que pour ça comme je le pense actuellement, alors elle va avoir du mal à refermer la cicatrice laissé par la dureté de cette endoctrinement.
    Je marchais, doucement je commençais à sortir du Souk avec mes nouvelles pièces. J’allais pouvoir encore une fois réparer Jacques et rouvrir boutique… De ce petit bout de ville que je venais de franchir, mes sandales commençaient à se frotter au sable de se morceau de continent si désertique.
    Je ne regardais pas si la petite dame était toujours à mes côtés, mais sentait pour autant une présence, je pense que c’était encore elle qui souhaitait probablement comprendre mon mouvement de penser.

    Peut-être à t-elle besoin d’une sorte de mentor pour comprendre ce qu’est la vie au-delà de la mort que représente l’armée ? Je ne pouvais pas lui en vouloir dans un sens, mais à t-elle conscience que j’aurais pu être son supérieur à une époque ? Voir… Est-ce que je n’ai pas été son supérieur… ? Une énième personne que j’aurais pu envoyer à la boucherie peut-être… ? Je n’espère pas. Ça m’a déjà bien suffit d’avoir vu un ancien de mes camarades il y a de ça 3 mois… Je lui ai ruiné sa vie sans le savoir, peut-être avais-je ruiner la sienne aussi… ?

    « Madame Crimson… » Je dis d’un air pensant.« Dans quel section de l’armée vous étiez sans indiscrétion ? »

    Je n’avais peut-être pas à lui demander ça, mais j’avais besoin de cette réponse pour me rassurer. J’espérais sincèrement qu’elle ne faisait pas partie de la brigade de sécurité des bataillons d’exploration Terrenienne… Ou alors qu’elle y fut affecter après mon passage. Qui plus est, mon nom était connu à l’armée même si j’étais plus souvent nommé par mon nom de code que par mon nom de famille…

    Re: Ne réveil pas l'homme que j'ai été. [PV Sera]

    Message par Sera Crimson le Lun 22 Jan - 21:45




    Être fort encore et encore. Ne pas laisser l'amour vous rendre faible. Ne pas avoir de compassion pour l'ennemi. Voilà les règles qu'on lui avait apprit durant toute ses années. Elle croyait que c'était les même pour les personnes faisaient parti de l'armée, mais en rencontrent l'ex militaire, elle se rendit compte qu'elle s'était trompé. Toutefois, il prit le temps de lui expliquer pourquoi.
    Pour lui, il n'avait plus aucune mission. Elle non plus et pourtant, elle n'aurait pas hésiter à le tuer. Il rajouta qu'elle devrait quitter l'armée pour vivre sa propre vie. Chose qu'elle ne pouvait absolument pas envisager. Cela aurait beaucoup trop de répercussion étant donné qu'il n'était pas un groupe comme l'armée. Si on apprenait que son frère avait reprit contact avec elle, il se ferait tuer. Elle en était sûre. Dans son organisme, il n'y avait pas de place pour la famille.

    Sera aurait même préféré être dans l'armée plutôt que chez eux. Au moins, elle aurait été plus libre de ses choix. Inconsciemment, elle repensait à tout ce qu'elle avait vécu et de la vie qu'elle aurait pu avoir. Oui, elle aurait aimé faire comme il lui conseillait de faire, mais cela était juste impossible. Pensive, elle fut surprit quand il lui demanda dans quel secteur de l'armée elle était. Ceux à quoi elle répondit :

    « Je ne suis pas dans l'armée. » Ne voulant pas donner plus de détail sur l'organisme, elle ne rajouta rien d'autre avant de demander : « Maintenant que vous avez quitter l'armée, vous êtes heureux ? »
    lumos maxima


    _________________
    Sera Crimson
    × Zero ×
    avatar
    Malek OttarrGénie de l’Ingénierie

    Re: Ne réveil pas l'homme que j'ai été. [PV Sera]

    Message par Malek Ottarr le Mar 17 Avr - 15:42

    Ensemble, avec la dame aux cheveux argentés, nous foulions la terre désertique d’Oäzis, celle-ci semblant déterminé à vouloir me raccompagner à mon travail. J’avais bien remarqué lors d’un léger coup d’oeil sur elle que mes paroles l’avaient fait réfléchir, Dios merci, ils ne l’avaient pas totalement déshumanisé.

    Je recalais mon bâton sur mes épaules et remarquait une légère brise se lever, le sable tournoyait légèrement à nos pieds pendant notre marche qui se faisait à mon rythme, mon regard se perdit l’espace d’un instant dans le ciel bleuté, un ou deux petits nuages cassaient la neutralité du ciel.

    « Je ne suis pas dans l'armée. »

    Me dit ma provisoire accompagnatrice sans m’en dire plus. L’observant le temps de sa phrase, j’avais remarqué que la question l’avait fermé dans sa coquille, signe quel avait gardé un traumatisme de cet organisme probablement secret. Hm… J’en connaissais seulement cinq et je n’avais pas beaucoup d’élément dessus et il ne fallait pas en avoir trop non plus cela étant dit… Mon grade m’avait permis de mettre le nez dedans et l’armée sont des enfants de coeur sur certains points à la place d’eux.

    « Maintenant que vous avez quitter l'armée, vous êtes heureux ? »  

    Hum… Excellente question, mais je devais répondre de celle-ci, cela était nécessaire pour lui montrer qu’un après peut se faire après un tel endoctrinement. Ma voix, un peu gêné par le faite de parler de ça se fit entendre.

    « Je pense que globalement oui… Au départ on est euphorique de se détacher de l’armée et donc tout ce que ça représente puis on se sent un grand vide… L’armée, ça casse l’enfant que tu aurais dû être pour que tu transformes en robot bon qu’à répondre aux ordres pour lequel on t’a programmé… Mais pour se détacher pleinement de l’armée, sans avoir forcément le besoin d’y retourner, il faut bien se rappeler le pourquoi de notre départ et surtout trouver un sens à notre vie. Moi, c’est la mécanique, je n’ai plus que ça. Le passé va parfois te rattraper brutalement… Mais l’important n’est pas la chute, mais la force que tu vas employé pour te relever. »

    [Le passé va parfois te rattraper…] Ô combien oui… Cela m’avait fait un choc d’être confronté à un de mes soldats récemment, il était tellement défiguré et paria après mon commandement que mes actes à l’armée me sont revenus en pleine gueule. J’ai eu un deuxième revers de la médaille et je le mérite, j’ai l’intime conviction que cela ne sera pas le dernier.. Et il y a mon ancienne personne qui vient parfois ponctuer mes journées et que je tente de ne pas écouter. Elle est comme une voix dans un désert de solitude, elle m’appelle pour que je puisse redevenir le Major que j’étais, mais je me refuse de redevenir comme lui, comme j’étais… Yoko me dit que je me dissocie trop de mon passé, elle a sûrement raison, mais qui veut se rappeler de toutes les horreurs qu'il aurait pu commettre...?

    Re: Ne réveil pas l'homme que j'ai été. [PV Sera]

    Message par Sera Crimson le Dim 22 Avr - 16:12




    Il semblait avoir eu à peu près le même parcours désastreux. Elle ne connaissait pas les détails de sa vie, mais étant plus âgé qu'elle il pouvait sans doute lui ouvrir un peu plus les yeux sur sa situation. Faisait-elle le bon choix en restant comme un robot ou bien devait-elle les fuir pour vivre la vie qu'elle aurait dû avoir avec sa famille ? Le choix était très difficile. Surtout qu'elle savait pertinemment que son organisme n'allait pas la laisser se la couler douce sans rien dire. Ils allaient très certainement la poursuivre pour la ramener dans les rangs et si elle ne revenait pas ils allaient s'en prendre à son frère et ses parents. Pour elle, il était impossible qu'elle les laisse faire. Toutefois, elle préférait avoir l'avis d'une personne ayant emprunter le même chemin avant de prendre une décision.

    C'était avec une oreille attentive qu'elle l'écouta dire :

    « Je pense que globalement oui… Au départ on est euphorique de se détacher de l’armée et donc tout ce que ça représente puis on se sent un grand vide… L’armée, ça casse l’enfant que tu aurais dû être pour que tu transformes en robot bon qu’à répondre aux ordres pour lequel on t’a programmé… Mais pour se détacher pleinement de l’armée, sans avoir forcément le besoin d’y retourner, il faut bien se rappeler le pourquoi de notre départ et surtout trouver un sens à notre vie. Moi, c’est la mécanique, je n’ai plus que ça. Le passé va parfois te rattraper brutalement… Mais l’important n’est pas la chute, mais la force que tu vas employé pour te relever. »

    Malek avait été très honnête avec elle et quand il lui parla elle ne pouvait que se reconnaître. En effet, son organisme l'avait détruit de l'intérieur à un point où elle ne réfléchissait plus avec le cœur et elle obéissait sans faire la différence entre le bien ou le mal.
    Il lui donna aussi des conseils pour pouvoir partir sans se retourner. Trouver un sens à sa vie. Chose qui allait être compliqué à faire. Sera était complètement perdue et elle ne savait pas quoi faire et elle le partagea se doute avec l'ingénieur :

    « Je ne sais pas si je serais un jour capable d'aller de l'avant...ce n'est pas quelque chose de facile quand on a vécu toute sa vie à combattre sans réfléchir aux sentiments des autres ou bien des miens. Et puis...j'imagine que nos démons revienne un jour où l'autre. Est-ce que cela a été votre cas ?»
    lumos maxima


    _________________
    Sera Crimson
    × Zero ×

    Contenu sponsorisé

    Re: Ne réveil pas l'homme que j'ai été. [PV Sera]

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 23 Juin - 23:28